Le blog high-tech et telecom de Xavier Studer

Société de l'information et multimédia en Suisse.

Mobile: un seul réseau pour Sunrise et Orange? L’exemple anglais

avec 10 commentaires

Dans un pays où la concurrence existe, le Samsung Galaxy S3 fait la une des sites...

Dans un pays où la concurrence existe, le Samsung Galaxy S3 fait la une des sites...

La fusion d’Orange et de Sunrise a été stoppée par nos autorités de la concurrence. Un bon point. Reste qu’il est toujours difficile pour les alternatifs de concurrencer Swisscom. Toute économie de fonctionnement est donc la bienvenue, notamment au moment du déploiement de la 4G.

En Grande-Bretagne, O2 Telefonica et Vodafone UK ont annoncé en fin de semaine leur intention de mutualiser l’exploitation de 18’000 antennes. Cet exemple montre à quel point la Suisse est à côté de la plaque en matière de télécoms. En effet, même après cette mutualisation, il reste outre-Manche trois réseaux pour cinq concurrents…

Dans toute l’Europe
En effet, selon cet excellent article publié par Les Echos, il restera en 2013 trois réseaux aux Royaume-Uni: ceux de Vodafone UK – O2 Telefonica, T-Mobile-Orange et Hutchinson. Sans compter de probables opérateurs virtuels.

Publicité


La Grande-Bretagne n’est pas le seul pays où de tels accords ont été signés. Toujours selon Les Echos, des opérateurs ont récemment mutualisé leurs réseaux en Espagne, en Suède, au Danemark et en Pologne. Le concept de concurrence sur les infrastructures se trouve donc fortement pondéré…

La fin de la concurrence sur l’infrastructure?
En effet, depuis des années, l’idée est que différents opérateurs se fassent concurrence sur l’infrastructure pour stimuler l’innovation et la mise à jour technologique, ce qui a plutôt bien marché jusqu’ici. Alors faut-il laisser tomber cette idée?

Certainement pas. Il n’y a  qu’à voir en Suisse les annonces qui se multiplient et les opérateurs qui sont entrés dans une certaine course à l’ouverture des antennes 4G. De manière quelque peu inattendue, un premier réseau signé Swisscom sera opérationnel d’ici à fin 2012.

Trois réseaux, sinon rien
Il faut donc conserver l’idée de concurrence sur les infrastructures. Mais revenons à notre exemple anglais. Il est frappant de constater que sur trois réseaux, cinq opérateurs majeurs sont en concurrence. En Suisse, il ne reste que trois opérateurs de deuxième catégorie…

Publicité


Pourquoi France Telecom est-il parti? Pourquoi Tele2 est-il parti? Pourquoi Telefonica a-t-il renoncé à venir après avoir acheté une concession 3G? Pourquoi T-Mobile  n’est-il jamais venu? Et que dire d’Hutchinson que l’on voit en roaming dans de nombreux pays européens?

Nouvelle donne
Y aurait-il quelque chose de pourri en Suisse pour que notre situation soit si atypique? Je me mets donc à rêver. Pourquoi ne pas imaginer trois réseaux qui seraient: Swisscom-Vodafone, Sunrise-T-Mobile et Orange (Mattherhorn)- Orange (France-Telecom)?

Le songe n’aura été que de quelques secondes. Visiblement les lobbys sont trop forts dans ce pays. Et on peut déjà redouter que la prochaine révision de la loi sur les télécoms ne suffise pas. La Suisse n’a probablement fini d’être un « Sonderfall »… Cela dit, pourquoi pas: du moment où cette situation est pleinement assumée.

Xavier Studer

Rédigé par Xavier Studer

10/06/2012 à 10:00

10 réponses

Souscrire aux commentaires via RSS.

  1. Et dire que Vodafone était partenaire de Swisscom. On fait tout à l’envers ici?

    Lucas

    10/06/2012 à 10:57

    • Oui… Et on se fiche bien nous, ici :-(

      Oreille

      10/06/2012 à 11:35

  2. Les réseaux suisses peuvent ils supporter autant de clients ? Les normes ne sont elles pas plus strictes en Suisse ? Il y aurait assez de bande passante afin de ne pas être ralenti à 300 Ko/s en 3g ?

    Nycko

    10/06/2012 à 12:27

    • Le rayonnement toléré est dix fois plus faible, ce qui nécessite plus d’antennes. La question de la bande passante dépend du spectre de fréquences. De toute manière qu’il y ait trois ou six opérateurs, le nombre de clients restera le même…

      Xavier Studer

      10/06/2012 à 19:10

      • Ha ! donc chaque opérateur a ses antennes ? alors ce sera à l état de couper court à cette folie pour le bien des habitants alors.
        Relier le tout sans faire de compromis.
        1 seul réseau, X opérateurs. 1 lois et ce devrait être réglé.

        Nycko

        10/06/2012 à 19:30

        • Comme je l’explique ci-dessus la formule un seul réseau pour tous est mauvaise. C’est une forme de communisme qui se traduit dans les faits par un manque de dynamisme et de renouveau. De manque total de compétition sur les infrastructures. Bref, une catastrophe annoncée. L’idée est de conserver trois réseaux, mais de doubler le nombre d’opérateurs y ayant accès…

          Xavier Studer

          10/06/2012 à 19:58

      • Et en plus avec des antennes qui émettent 10X moins fort, nos smartphones émettent eux bien plus fort (pour simplifier, hein) pour compenser…super pour la batterie..

        berurier1

        11/06/2012 à 14:43

  3. Orange a quitté la Suisse alors qu’ils gagnaient de l’argent, mais pas assez visiblement. Le problème n’est pas du côté de la loi, mais de la taille de notre pays, trop petit pour intéresser les géants de télécoms. Ils n’y viendraient que si la Suisse abandonnait ses lois spécifiques, et là désolé « no way baby », je crois vraiment qu’une majorité de suisses ne souhaite pas un alignement sur l’UE : loi sur le rayonnement, paix du travail, etc…

    YaYa

    11/06/2012 à 09:32

  4. Et les MVNO, n’est ce pas déjà mis en place ? Donné d’autre formules avec les réseau des opérateurs existants ? Migro, Coop, Aldi ou Lidle l’ont déjà fait… Ils proposent déjà des formules pour les petits consomateurs en utilisants les réseaux des opérateurs existants.

    Lordthrawn

    11/06/2012 à 09:33


Laisser un commentaire