Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Internet nomade: de la théorie à la pratique

La Transformer d'Asus: un des symboles de la société de l'information.

La Transformer d’Asus: un des symboles de la société de l’information.

Jour après jour les nouveautés technologiques se succèdent dans ce blog. Les appareils nomades permettent mille et une fonctionnalités, mais peinent à être utilisés par le plus grand nombre. Trop souvent, les mobiles ne sont que des baladeurs mp3 ou des consoles de jeu… La société de l’information reste une chimère.

J’ai fait ce constat samedi dernier lors de ce qui devait être un achat de Noël. Une grande enseigne de la place proposait un appareil d’optique en promotion avec un rabais alléchant. J’ai voulu rapidement savoir si cette offre était vraiment intéressante.


Un acte pourtant si simple

Je brandis alors mon smartphone et constate sur toppreise.ch que l’objet que je convoitais était encore  35% plus avantageux en passant par la filiale internet du même grand groupe en question. Le prix le plus élevé relevé sur internet correspondait effectivement au montant initial en vitrine.

J’ai alors réalisé que ce geste simple de comparaison, banal à mes yeux, était loin d’être la norme. Comme d’ailleurs nombre de gestes que j’effectue au quotidien. J’ai par exemple été un des premiers lecteurs du Temps sur mon Nokia N95, ce qui demandait une certaine dose de patience à l’époque…

Une question de génération

Les plus technophiles diront qu’ils consultent tous les jours leur application de news sur leur mobile préféré. Certes. Mais combien d’utilisateurs autour de moi ne se servent de leur iPhone que pour téléphoner. Parfois, il faut leur montrer comment télécharger une application…

Alors oui, l’ère de la société de l’information mobile est arrivée. Toute la puissance d’internet est en permanence et en puissance au bout de son cellulaire. Mais le plus difficile reste à faire: tirer profit en permanence de ces formidables ressources qui auraient fait le bonheur d’un Voltaire… Une question de génération et d’apprentissage!

Xavier Studer

16 commentaires pour “Internet nomade: de la théorie à la pratique

  1. Plouc
    13/12/2011 à 6:56

    Le meilleur reste à venir. Je pense que les téléphones vont remplacer nombre d’ordinateurs et de tablettes. Mon Galaxy Note en est un bon exemple!

  2. jean-Luc
    13/12/2011 à 7:45

    Le pire,c’est quand je fais une comparaison sur toppreise chez des amis qui me demande mon avis sur un achat, j’ai souvent des remarques concernant la garantie ou le fait que ça va tuer les magasins…je leur répond que généralement la garantie est plus rapide sur internet car il faut généralement renvoyer à l’importateur et que certain vendeur propose même des prise en charge à domicile + appareil de rechange. Quand au fait que ça tue les magasin,je rétorque que les 2 trust qui ont 80% des magasins sont encore suffisamment riche puisque l’on a bientôt des supercentre commerciale tout les 5km qui vendent exactement la même marchandise….

    • Julio
      13/12/2011 à 9:14

      Je suis un petit commerçant dans la vente multimédia. Et je peux confirmer que la vente sur internet est vraiment une plaie pour nous. Bien pire que les grandes surfaces. Ils pratiquent des prix que nous ne pouvons concurrencer, car ces sites profitent en général du marché gris, sans passer par les filiales officielles, et de plus, ils ont très peu de frais, n’ayant pas de surface de vente ouverte au client. Pour ma parte je tire mon épingle du jeu en proposant une service à domicile et un conseil au client impeccable, mais bon, c’est de plus en plus dur, et il y a de moins en moins de gens prêts à payer pour un service qu’ils estiment normal. C’est dommage, car lorsque la vente par correspondance aura fait couler les petites enseignes, les gens seront bien embêtés lorsqu’ils auront besoin d’un service à domicile.

      • Cédric Jeanneret
        13/12/2011 à 4:29

        Sans vouloir paraître sans cœur, en tant que consommateur je dois aussi penser à mon budget. Payer beaucoup plus cher sous prétexte de soutenir le commerce local et de proximité a aussi ces limites lorsqu’il s’agit d’équilibrer un budget qui n’est pas extensible à l’infini.

        De plus, de tout temps de nouvelles technologies ont fait apparaitre de nouveaux commerces et disparaitre d’autres.

      • Julio
        14/12/2011 à 8:47

        @Cédric Jeanneret

        Je ne dis pas de soutenir bêtement les petits commerces. Les clients doivent évidemment avoir un intérêt. Et dans ma branche, l’intérêt est dans le conseil et le service après-vente, que beaucoup de gens négligent, venant pleurer ensuite lorsqu’ils ont un pépin. Le conseil étant inexistant et le service après-vente assez médiocre lorsqu’on passe par internet, les clients soucieux d’avoir un suivi sérieux de leur achat ont intérêt à passer par un petit commerce. Évidemment, la majorité de ma clientèle se compose de retraités ou de personnes non technophiles qui n’ont pas envie de se prendre la tête à installer leur matériel ou à courir à gauche à droite lors d’une panne. Mais il est clair que le petit commerce ne doit cesser de se renouveler s’il veut survivre. Et pour en revenir au sujet, il est difficile pour un magasin spécialisé d’être bien placé dans Toppreise, car le classement ne met pas en avant les services proposés, mais uniquement le prix.

  3. 13/12/2011 à 7:49

    Etonnamment, moi qui défendait corps et âme les tablettes, là je dois dire que j’en reviens un peu, quelque soit le système. Je trouve que c’est pratique pour consulter, visionner, éventuellement jouer, mais le travail dessus est vite fastidieux, difficile, les applications manquent toujours des fonctionnalités ou des raccourcis que l’on retrouve sur ordinateur. La combinaison clavier (complet, avec ses raccourcis) + souris est quand même puissante! Je pense en particulier à destination d’Office (Microsoft ou like). C’est pourquoi je me demande comment va évoluer le marché. Et en particulier, si Microsoft, qui ne réussit plus grand chose ces temps-ci, ne va pas se planter avec son Windows 8 qui sera plus dédié aux tablettes qu’aux ordinateurs de bureau. A mon avis, ils risquent d’arriver avec une guerre de retard et un système hybride qui ne satisfera personne! Sinon je crois à 200% au mobile, moi qui me déplace très souvent pour mes activités, je ne pourrais me passer des mon sac d’accessoires: smartphone, tablette pour lecture tranquille, portable PC pour travail un peu plus assidus.

    • Xavier Studer
      13/12/2011 à 7:59

      Vous avez raison. Je dénonce depuis des années les manques inacceptables des dernières tablettes!

    • Nycko
      13/12/2011 à 11:04

      Bonjour, Depuis bien longtemps les solutions existent pour ce soucis. Pour 20 dollars sur ebay on a ce clavier pour toutes les tablettes android http://www.youtube.com/watch?v=pNwN8WLpSAM
      Un adaptateur mini usb est fourni. Pour la bureautique essayez « Olive Office » Editor et Viewer.

      • 13/12/2011 à 12:08

        Essayé, réellement, de l’ASUS transformer à l’iPad avec le kit Logitech, et même sur Android puisque c’est possible, avec une souris Bluetooth. Aucun n’arrive à la cheville d’un ordinateur de bureau (et je ne parle même pas de logiciels comme Olive Office sous Android ou Quickoffice sous iOS). En cas d’urgence ou pour dépannage, à la limite, mais jamais pour bosser ni taper du texte au kilomètre! 😉

        Maintenant, ça reste un avis très perso et je ne juge pas!

    • Nycko
      13/12/2011 à 12:48

      Ok ok, je donne juste des petites solutions pour des utilisateurs moyens qui auraient une possibilité de retoucher deux trois petites choses à un documents, ajouter une photo, correction, e-mail prof. urgent ou je ne sais quoi….sans avoir le pc allumé ou tout simplement en séminaire 🙂
      La tablette reste actuellement un appareil de visionnage multimedia, boîte à lettre et/ou le moyen de pas prendre 1 tél+ un ordi avec sois.

  4. fred
    13/12/2011 à 8:25

    Pourquoi on en revient toujours à confronter PC et tablette ? Je pense définitivement qu’il s’agit de deux objets totalement différents, pour le moment tout du moins. Le PC reste et restera toujours un élément de base mais perso ma tablette a fait une entrée fracassante dans mon foyer, je ne sais pas si je suis une exception. Après c’est peut être plus une question de pouvoir d’achat et de devoir faire un choix auquel cas on se tournera d’abord vers le PC, en attendant que la version hybride parfaite soit trouvée

    • Nycko
      13/12/2011 à 12:04

      Déjà en 2009 avec ma première Android Tablette (A81) j étais blasé de taper mes recherches sur l écran. Je crois pas que c est une question de moyens mais plutôt de jugeotte, car j avais déjà opté pour un de ces clavier en latex qui coûte 3 fois rien sur ebay et mon expérience surf a été satisfaite.

      • fred
        13/12/2011 à 1:16

        disons qu’acheter juste une tablette pour surfer c’est un peu court et c’est un vrai luxe, après ca me semble tellement évident l’application d’un PC et celle d’une tablette que j’aurais de la peine à me passer de l’un ou l’autre

  5. fred
    13/12/2011 à 8:30

    encore une petite chose digne d’intérêt, cet article sur le marché des tablettes qui voit les libraires percer dans ce marché, mais encore loin de l’iPad

    http://actu-des-ebooks.fr/2011/12/12/amazon-et-barnes-noble-dans-le-top-5-des-vendeurs-de-tablettes/

  6. Cédric Jeanneret
    13/12/2011 à 4:26

    Le gros problème vient aussi des frais de roaming. C’est en général à l’étranger que j’aurais le plus besoins des divers fonctions de mon smarthpone, fonction que je ne peux utiliser sans me ruiner en frais d’itinérance…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :