Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Ricola lance son premier jeu pour iPhone

Ricola Farmer: le jeu pour iPhone.

Ricola Farmer: le jeu pour iPhone.

Le marketing au travers d’applications ne fait décidément que commencer. Ricola a envoyé mercredi à la presse un communiqué à l’occasion du lancement ce jeudi de l’application Ricola Farmer pour iPhone. Celle-ci permet de planter des herbes aromatiques dans toute la Suisse.

Mais attention, ce jeu n’est qu’en partie virtuel. En effet, utilisant la géolocalisation, il faut réellement se trouver à un endroit pour y planter l’une des treize herbes à cultiver. En plus, tous les emplacements ne sont pas aussi fertiles. Il faut de préférence choisir son champ à la montagne…

Le premier à revendiquer un emplacement pourra en profiter pour y faire pousser ses plantes. Cela signifie que le premier arrivé dans un endroit sera le premier servi. Un concept original qui fait interagir tous les utilisateurs entre eux. Il est d’ailleurs possible de partager certaines informations sur Facebook pour inviter se amis à jouer.

Sur la durée

Pour stimuler les ventes d’un des bonbons les plus célèbres de Suisse et présent sur plusieurs marchés, des informations et des codes additionnels sont fournis sur tous les emballages Ricola. Visiblement, il faudra parfois de l’aide pour progresser.

Le jeu s’inscrit dans une certaine durée puisqu’il est nécessaire d’entretenir ses champs. Ricola Farmer permet notamment aux joueurs de découvrir comment sont cultivées les herbes qui entrent dans la composition des produits de la firme basée à Laufon dans le canton de Bâle-Campagne.

Xavier Studer

24 commentaires pour “Ricola lance son premier jeu pour iPhone

  1. Eric
    02/05/2013 à 7:19

    J’avais oublié qu’en Suisse, les marques ne connaissent que l’iPhone…. C’est triste cette mentalité.

    • rolgui
      02/05/2013 à 7:27

      On aime les pommes ou on est allergique.

    • Rolgui
      02/05/2013 à 7:28

      On aime les pommes en Suisse.

      • Plouc
        02/05/2013 à 7:46

        on se demande qui est pomme. payer plus cher du matos craignos…

        • oli
          02/05/2013 à 8:31

          la jalousie de ce trio magique est assez jouissive. continuez à pagayer les loosers

    • 02/05/2013 à 8:39

      Peut-être qu’ils n’ont pas le temps ni le budget pour développer sur 36’000 résolutions différentes ?

      • Eric
        02/05/2013 à 9:58

        Il y existe une multitude de solution pour faire de la DEV multiplateformes.
        Corona SDK, Adobe AIR, sans parler des outils pour dev en HTML5.

        Pour ce qui est des résolutions, navré de t’apprendre que c’est des foutaises !
        Je dev moi même et je n’ai aucun pour m’adapter a toutes les résolutions !
        Exactement comme les sites web Responsive. les condtions existent pour cela en programmation…

        Je pense plutôt que les responsables sont obnubilés par Apple et ne regarde pas le marché / nbe connaissent rien d’autre.
        Oui iOs a un % énorme en Suisse, mais ils se privent de l’autre moitié des utilisateurs de smartphones.
        Ca me rappelle les sites optimisés pour Internet Explorer.

        Maintenant, ce n’est qu’un constat, je me fous royalement de ce genre d’applis useless qui n’est que du marketing déguisé.

        • 02/05/2013 à 11:35

          Pour les jeux, ce n’est pas vraiment simple de s’adapter à plusieurs résolutions, sauf les jeux full 3D.
          Mais dès qu’il y a une interface 2d, des textes etc… (comme ce jeu Ricola) c’est le casse tête. Il n’y a qu’à voir le nombre de jeux qui ne supportent pas l’écran retina ou la résolution de l’iphone 5!

        • sandra
          02/05/2013 à 4:41

          Vous n’avez pas été retenu dans l’appel d’offre c’est cela ? Ah non c’est vrai vous vous êtes trompé de plateforme.

          • dal
            02/05/2013 à 4:46

            pourquoi tant d’agressivité envers quelqu’un qui explique qu’une légende urbaine est fausse?

          • 02/05/2013 à 4:59

            On parle d’un jeu, pas d’un bloc note !

          • dal
            02/05/2013 à 5:35

            on parle surtout d’une surcouche a google map…

        • Alain
          06/05/2013 à 9:37

          Quel engouement pour une application développée par une (love)marque Suisse ! Ils décident de la balancer sur Iphone et la moitié de la terre vient critiquer cette décision, parce que eux, ils n’ont pas franchi la porte de la secte à la pomme. Mais moi je m’en fout, il y a assez d’autres applications sous Windows ou Android ! Et pourquoi dépenser autant d’énergie à convaincre les autres que la marque qu’ils ont choisie est la mauvaise ?
          Messieurs qui venez critiquer Apple, vous croyez-vous plus malins avec votre HTC, Samsung, Nokia et j’en passe ? Cette situation est ridicule, elle me rappelle l’école primaire lorsque mon camarade prétendait que ses chaussures étaient meilleures car un tennisman de renom les portait alors que moi j’avais des chaussures de basketteur. Franchement, à votre place, j’aurais honte de perdre mon temps à ces inepties. Si quelqu’un a décidé de manger une pomme plutôt que du sandwich à la crème ou du pain d’épice, c’est son choix. C’est peut-être ce qui distingue les utilisateurs de Mac aux autres : ils assument leur choix d’avoir acheté un produit qui leur plaisait, pas parce qu’il est le plus puissant du monde ou le plus fiable. Par contre, un utilisateur Android tentera systématiquement de se justifier. Je suis un utilisateur d’Android et je sais que les produits Apple sont mal conçus, à l’ergonomie et au design ratés et sont très peu fiable (essayez de plonger un Iphone dans l’eau, il ne tient pas 3 secondes). Pourtant, je ne viens pas remettre en question le choix des gens qui veulent juste acheter un Iphone parce qu’il leur plaît, comme je ne me permets pas de critiquer celui dont le choix vestimentaire est douteux. Ma foi, Apple conçoit depuis toujours des produits complètement dépassés et bourrés de gadgets inutiles, contrairement à Samsung, par exemple qui reste dans la sobriété. Et si beaucoup de consommateurs se laissent prendre au piège, tant pis pour eux, je ne vais pas les critiquer.

    • 02/05/2013 à 11:25

      En Suisse, l’iPhone reste encore majoritaire, de plus, nombre de sociétés de webdesign (mobile compris) n’ont pas encore engagé des développeurs Android, et ne possèdent qu’un département iPhone. Elles sont aussi majoritairement sur un écosystème Mac, ce qui appuie de se destiner à un environnement Apple. Enfin, en Suisse-Allemande, contrairement à la Romandie où Android progresse très rapidement, l’iPhone reste LE smartphone.

      Maintenant, les mythes sur le développement sous Android dureront encore longtemps, malgré qu’ils soient complètement dépassés. Tout autant que le côté « unifié » de l’environnement iPhone (qui au contraire du début, se fragmente de jour en jour).

      Le principal problème est le cahier des charges. Android et iPhone sont deux philosophies radicalement différentes de développement, un projet prévu sur une plateforme ne devrait jamais être porté tel quel sur l’autre, ce qui malheureusement est pourtant toujours le cas. Sur iPhone, l’environnement de base (ainsi que l’esthétisme de l’IU) est beaucoup plus simple et efficace que sur Android, en revanche, les fonctions évoluées de partage entre applications (une des forces d’Android), l’utilisation de librairies communes (facilitant des fonctions complexes à implanter) et la gestion de signaux multitâche est beaucoup plus lourd à développer que sous Android. Ainsi, un projet iPhone ne prend jamais en compte les avantages d’Android, et un projet Android imposerait trop de contrainte de développement sous iPhone.

      C’est pour moi une des causes du mauvais portage des applications iPhone sous Android. Ainsi que l’incompréhension des utilisateurs sur cette soit-disante « puissance » d’Android qu’ils ne voient jamais: clair, ce ne sera jamais le cas avec des applications portées d’iPhone.

      • dal
        02/05/2013 à 1:36

        aaah les belles applications portée de l’iphone qui supportent pas le bouton back et qui en rajoute un dans le coin le plus anti-ergonomique du monde avec les 3-4 onglets en bas pour passer d’un truc à l’autre… Que du bonheur 😉

        • Mark
          02/05/2013 à 3:50

          C’est juste. Je me demande encore pourquoi est-ce que cette partie n’a pas encore été revue… Tout comme le bouton unique, qui pourrait très esthétiquement laisser place à 3 autres du genre « home », « back » et « settings »… (Sans forcément être dans cet ordre, ni ces fonctions)

  2. Dédé
    02/05/2013 à 7:20

    Si leur jeu est aussi cool que leurs pubs, ça va faire un malheur!

  3. Oreille
    02/05/2013 à 7:57

    Après les amis virtuels, les champs virtuels… 🙂

  4. 02/05/2013 à 9:46

    Mouahaha… Sur Android on a Ingress : espionnage, tactique, conspiration, etc.
    Sur iPhone, ils plantent des champs d’herbes aromatiques.

    Et il y en a encore pour se plaindre que ça ne sort que sur iPhone !?
    TROLL/off

    Sinon, c’est une chouette initiative et ça fait plaisir de voir des entreprises suisses faire preuve de créativité au lieu de créer dea applications faire-valoir qu’on désinstalle direct.

  5. Dlr
    02/05/2013 à 9:54

    Connaissant très bien les développeurs, je peux vous confirmer que le choix d’iOS n’est lié à absolument aucune considération technique.

    Au contraire, le projet de développement pour Android est déjà prêt et ne depend que sa l’acceptation du jeu sur la plate-forme iOS avant d’être approuvé.

    La raison du choix de commencer avec iOS uniquement remonte aux sources du concept, à une époque où iOS était en effet dominant sur le marché suisse, ce qui n’est évidemment plus le cas mais qui sur de longues périodes de développement se ressent encore le jour du déploiement.

    Les commentaires – très manichéens – de ce blog sont à mourir de rire (ou de pitié, c’est selon).

    Tout le monde sait que développer pour iOS c’est comme d’acheter en 2013 des skis de 2m non carvés pour le slalom. Mon petit troll pour me marrer. Allez, lâchez vous 😀

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :