Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Concurrence: la bizarre affaire Teleclub. Analyse

Le Commission de la concurrence (COMCO) ne travaille pas toujours à la même vitesse. Pour preuve ses (non-) communications de cette semaine. Le «gendarme» de la concurrence semblait, hors communiqué, donner mercredi plutôt raison à Swisscom dans l’affaire Teleclub ouverte récemment sur les droits sportifs, même si les investigations se poursuivent.

En effet, l’enquête a débuté le 4 avril et la COMCO semble déjà avoir rendu une première décision en faveur de Swisscom, selon le communiqué de ce dernier. Cet empressement, certes justifié par la nature de la demande, soit des «mesures préventives», tranche avec l’annonce vendredi de l’ouverture d’une enquête contre Swisscom, fruit d’un dossier jauni. Bizarre…

En effet, dans ce dernier dossier, les faits remontent à 2008! Si vous avez bien lu. Cinq ans après, la COMCO ne sait toujours pas si Swisscom a abusé de sa position dans le cadre d’un appel d’offres lancé par la Poste. Pourtant, l’examen d’un tel cas ne semble pas si complexe que cela… Bizarre, non?

Bizarre, vous avez dit bizarre?

Tout cela est bizarre, comme l’affaire Teleclub. En effet, peut-on reprocher à Swisscom, qui s’est désormais plus clairement engagé dans Cinetrade, de tirer profit de ses exclusivités? En passant, l’opérateur a tout à fait raison de tirer à boulets rouges sur la passivité de certains téléréseaux, qui ne veulent pas lâcher le morceau, pour preuve ce communiqué.

Bizarre aussi cette collision de deux dossiers. La même semaine la COMCO laisse filer des informations sur un dossier et communique ouvertement sur l’autre. On a presque l’impression qu’il y aurait un lien entre les deux alors qu’il n’y en a pas. Mais dans l’esprit du public, cette relation se crée indubitablement… Chercherait-on à faire passer une décision en s’appuyant sur une autre? Ce serait bizarre, non?

Scinder Swisscom en deux

En fait, cette bizarre situation est directement en rapport avec le malaise que doit provoquer dans les administrations le dossier Swisscom, toujours majoritairement en mains de l’Etat. Cet opérateur produit en effet un excellent travail, excelle en lobbyisme et communication, et profite indéniablement de son assise sur le marché.

Plus personne ne sait comment empoigner ce dossier hérité d’une libéralisation bâclée du dernier kilomètre. A l’heure de la fibre optique, la solution semble pourtant plutôt simple sur le papier: scinder Swisscom en deux. D’un côté une société pour le réseau fixe (détenue par un consortium d’opérateurs?) et de l’autre une société pour le mobile et la commercialisation des services (téléphone, internet, TV). On y verrait peut-être alors un peu plus clair…

Xavier Studer

13 commentaires pour “Concurrence: la bizarre affaire Teleclub. Analyse

  1. Tricoline
    20/07/2013 à 7:18

    Swisscom est farouchement opposé à l’idée de se scinder en deux !

    L’Etat à mis des golden boys à la tête de Swisscom, ces derniers sont « lachés » et ne veulent rien savoir.

    Bien évidement pour une saine concurrence il faudrait que la construction du réseau soit séparée du business des services.

    La situation actuelle donnera le résultat prévisible avec fibre optique pour les grands centres très rapidement, pour le reste on verra, avec même j’en reste persuadé, des régions entière non fibrées, car pas rentable.
    Cela sera les communes qui devront se le payer de leur poche, Swisscom viendra pleurer misère, cela s’est déjà passé pour le VDSL, mais bon pas sur cette fois que les communes se fassent avoir 2 fois de suite.
    La fracture numérique est en marche en Suisse.

    • Xavier Studer
      20/07/2013 à 7:33

      Pour la fibre, je suis plus positif que vous. Regardez ce qui se fait sur Fribourg…

      • Tricoline
        20/07/2013 à 10:55

        Ce sont les contribuable fribourgeois qui passent à la caisse, pas sur que cela plaise à tout le monde !

        Sur Vaud rien se similaire, les campagnes n’auront rien avant des lustres !

        Quand à vous même, qui habitez Lausanne, pas de soucis !

        • Xavier Studer
          21/07/2013 à 6:23

          On en reparlera bientôt…

          • Tricoline
            21/07/2013 à 5:30

            Oncle Broullis voudrais offrir la fibre à ses lointains petits cousins de Gros de Vaud ? hahahaha !

            NB : Broullis c’est le grand argentier du Canton de Vaud, celui qui a tellement serré les cordons de la bourse que ses chaussées sont en piteux état maintenant !

  2. merinos
    22/07/2013 à 10:56

    on va faire simple…

    que Teleclub propose des offres identiques pour tous les opérateurs helvétiques.
    après, à eux de se débrouiller afin de permettre la diffusion de l’intégralité des différents canaux… 😉

    • Tricoline
      22/07/2013 à 11:59

      Tout à d’accord !

      Peu importe le diffuseur, c’est comme pour faire ses courses je peux aller où je veux à contrario de Swisscom TV ou d’un UPC qui m’impose ses dictats (exclusivités)

      Imaginez une seule petite seconde que si vous habitez telle région vous avez l’interdiction d’aller dans les commerces d’une autre région, cela se fait …. Dans des dictatures ou des pays en guerre, deux conditions inexistantes en Suisse.

  3. berurier1
    22/07/2013 à 11:43

    Qui est l’actionnaire principal de Swisscom? La confédération. Ne cherchez pas plus loin!

  4. Markol
    22/07/2013 à 2:04

    Je suis d’accord avec toi du moment qu’importe la marque mais si tu veux aller à la Coop tu ne trouvera pas des produits Coop à la Migros. C’est la même chose ici, Swisscom à investit dans les events sportif et veux un retour sur investissement. Les cablo ne croyaient peut-être pas au succès et n’ont pas voulu prendre de risque et maintenant ils pleurent. Ils étaient au même niveau que Swisscom lors des enchères. En France cela se passe exactement comme cela, celui qui a investit à l’exclusivité

  5. YaYa
    22/07/2013 à 2:44

    Scinder le réseau et faire de Swisscom le seul opérateur mobile qui ne posséderait pas son propre réseau fixe ? c’est quoi ce gag ? Franchement Xavier, en général vos articles sont bien réfléchis, mais là… c’est un peu léger. Dans ce cas, il faudrait interdire aux Cablos l’accès à la téléphonie mobile, sinon la concurrence serait biaisée dans l’autre sens… ou les obliger également à mettre leur réseau à disposition de la concurrence, à des prix contrôlés par la Comco…

    • Xavier Studer
      22/07/2013 à 3:04

      Il est fort probable que la concurrence serait aussi stimulée sur le mobile… Tous les opérateurs disposeraient de lignes louées au même prix… Intéressant, non?

  6. YaYa
    23/07/2013 à 12:43

    Seulement à condition que Cablecom, Orange et tous les cablos se voient imposer les mêmes prix pour la mise à disposition obligatoire de leur infrastructure, sinon, comme dit, on créer une distorsion de concurrence dans l’autre sens…
    Saviez-vous que depuis des années Cablecom s’oppose à la location de ses lignes ? que Swisscom, par exemple, pourrait utiliser pour le haut-débit dans certaines communes, évitant ainsi des millions d’investissement pour la mise en place d’un réseau parallèle…
    N’oublions pas que la plupart des téléréseaux ont été financés par de l’argent public, comme celui les PTT à l’époque, mais ceci, visiblement, est bien mis sous le tapis dans un but de lobbying par les sociétés qui ont récupéré à vil prix les infrastructures mises en place et le personnel compétent, déjà formé…

    • Xavier Studer
      23/07/2013 à 12:57

      Pourquoi pas! Sans oublier la fibre de Sunrise!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :