Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Gartner prévoit un sombre avenir pour les applications

Des applications souvent gratuites.

Des applications souvent gratuites.

Environ une application sur 10’000 serait rentable en 2018, selon les dernières prévisions de l’institut Gartner. Le cabinet d’étude estime que la lutte entre les développeurs sera plus dure que jamais pour satisfaire les exigences croissantes des utilisateurs.

Cette indication temporise des chiffres donnés récemment par les concepteurs de systèmes mobiles, notamment Apple. Rappelons que la semaine dernière, la pomme célébrait un chiffre d’affaires de 10 milliards de dollaars et plus d’un million de références à disposition sur l’App Store. Alors que penser?

Le tout gratuit, ou presque

Dans son texte de presse Gartner souligne qu’il existe beaucoup d’applications gratuites et qui ne généreront jamais directement de recettes. Plus loin, l’institut précise sa pensée, et c’est là qu’il convient de nuancer ses propos…

Gartner prévoit que, d’ici 2017, 94,5% des téléchargements seront à mettre sur le compte d’applications gratuites.  En outre, pour ce qui est des applications payantes, environ 90% seront téléchargés moins de 500 fois par jour et généreront moins de 1250 dollars par jour.

Des chiffres à tempérer

Si vous avez bien lu, Gartner déplore un chiffre d’affaires de seulement 1250 dollars quotidiens, ce qui représente tout de même pas loin de 37’000 dollars par mois, de quoi payer deux ou trois développements… Surtout que cela représente tout de même 450’000 dollars annuels…

Visiblement, ces chiffres sont à prendre avec un recul considérable, même s’ils mettent en lumière de réels problèmes. Les attentes autour des applications mobiles sont probablement démesurées aussi bien chez le consommateur que chez les développeurs.

Une question de visibilité

Par ailleurs, il est difficile d’avoir de la visibilité parmi des millions de titres.  Il ne suffit donc pas de développer une application, mais il faut lui donner de la visibilité et communiquer autour de son existence. Même s’il n’y a là rien de neuf, il est important de rappeler.

Enfin, il faut suivre de près le développement du web mobile. Dans quelle mesure pour certaines sociétés n’est-il pas plus judicieux de développer une application qui fonctionne dans le navigateur internet. Ou faut-il  tout de même être présent parallèlement dans les marchés et sur la toile…

Xavier Studer

17 commentaires pour “Gartner prévoit un sombre avenir pour les applications

  1. MonBug
    15/01/2014 à 7:15

    Seul fait avéré : $10mrds de CA sur 2013 uniquement pour Apple. Ajoutez le play store !! Quand a ce que sera le marché des apps dans 5 ans, Gartner n’en a aucune espèce d’idée. Extrapolation sortie comme par hasard juste après le communiqué d’Apple.

    • BlueDream
      15/01/2014 à 7:41

      Il existe des millions d’applications Windows. Avec les outils de développement de Microsoft, Windows va tout bouffer!!!! Yahooooooooooo!

      • Taz
        15/01/2014 à 9:17

        Toujours aussi optimiste, c’est bien

  2. gregory
    15/01/2014 à 9:13

    Quelle merveilleuse époque du tout « gratuit », je peine à me retrouver avec cette mentalité actuelle qui tue la créativité

  3. TerraNova
    15/01/2014 à 9:36

    Petite expérience personnelle. Avant hier j’écris aux dev de l’App Path (Android) pour leur demander quand ils pensaient implémenter la gestion des vidéos et aussi si ils allaient réintégrer le module supprimé il y a quelques mois et qui permettait de partager la musique écoutée.
    Ils me répondent rapidement pour me dire que la vidéo est leur prio en ce moment mais que l’autre option reviendra plus tard (donc jamais…).

    Hier je lis que Path ont reçu 25 millions de la part d’investisseurs. L’an passé ils avaient aussi reçu 30 millions !

    Je me pose quand même des questions par rapport à des sommes pareilles et à l’évolution de cette App qui ne bouge pas depuis 2 ans mise à part une refonte minime de l’interface et l’ajout de quelques stickers… Ou va donc tout cet argent ?

    J’en ai profité pour les recontacter et leur demander ce qu’ils vont faire avec cet argent et si ils prévoyaient de sérieusement améliorer cette App… Pas de réponse et je ne m’attend pas vraiment à en recevoir une, les dev devant se la couler douce aux Caraibes certainement.

    • Elzo
      15/01/2014 à 10:01

      L’argent va, comme dans la plupart des start-ups, couvrir les pertes accumulées au long des années. Ils sont tous bien gentils avec leurs applications, mais derrière c’est des sociétés (pour ces exemples là, pas les devs indépendants) avec des frais de gestion, de bons gros salaires pour les patrons… et pas de revenus sur le long terme. La question est de savoir comment ils peuvent monétiser une simple application pour que les investisseurs revoient leur argent… La plupart n’y arrive pas et fini par vendre, et c’est là que les actionnaires(investisseurs) font leur plus-value. C’est bien connu qu’aux États-Unis ils jouent direct aux millions, c’est pas comme nous avec nos Sàrl’s à trois sous.

      • TerraNova
        15/01/2014 à 10:47

        Sauf qu’ils ont, pour l’application dont je parle (Path) une option Premium à 15.-/an à laquelle j’ai souscrit en septembre dernier, à sa sortie. Seulement depuis tout ce temps, rien de plus en étant Premium mise à part quelques stickers gratuits dont je pourais largement me passer…

        Ce que je veux dire c’est que certains Dev ne gagne presque rien et propose des App exceptionnelles, parfois même gratuites, et qui évolues, alors que d’autres, même en touchant des dizaines de millions ne sont pas fichus d’améliorer ou de proposer régulièrement de nouvelles choses à leur App…

        • Elzo
          15/01/2014 à 12:57

          Je pense qu’on surestime de beaucoup l’afflux de clients premium, quelque soit les applications. Tout comme avec le streaming de musique, ils aiment bien dire qu’ils ont beaucoup de clients et à la fin on ne les voit toujours pas rentables. La plupart de ces start-ups américaines ont de grosses machines derrière, et même en premium elles n’arrivent pas à couvrir leurs frais.
          Mais entièrement d’accord sur le reste. C’est la différence et ceux qui font quelque chose de sympa en espérant tout de même un retour respectable, et ceux qui se fixent d’abord les objectifs commerciaux et doivent se démerder après pour essayer de proposer quelque chose. Le créateur de WordPress par exemple, lui il a fait son truc dans l’ordre naturel des choses et bien lui en a pris.

          Et un autre chiffre. J’avais déjà fait remarqué dans un autre billet que plus de 50% des revenus des stores étaient dû aux jeux. Bah, en fait c’est même que 25(!!!) studios qui se partagent 50% des revenus. On nous vend du rêve avec ces stores, de l’argent pour tout le monde… et finalement.

  4. Machinchose
    15/01/2014 à 11:35

    La chute (ou le recul) du PC y est pour quelque chose. Les App (mobiles) remplacent petit à petit les navigateurs standards. En effet aujourd’hui, pour être consulté de manière aisée sur un mobile il faut (malheureusment) encore une App. C’est ce qui pousse bon nombre de service à avoir leur App (souvent gratuite) présente dans les différents store. On passe donc du web ouvert à des services séparés et déconnecté les uns des autres (passage d’une app à l’autre).

    Le site Wired envisage plutôt l’inverse, soit la mort du Web: http://www.wired.com/business/2014/01/death-pc-also-mean-end-web/ emporté avec le PC dans sa chute.

    • 15/01/2014 à 12:52

      C’est vrai, et de moins en moins je prends le temps de faire des recherches sur le vrai Web, c’est à dire la page Google.ch, yahoo.fr etc… Tout passe par des apps téléphone-Tablette.
      Même windows 8.1 a pris ce chemin, pour un bon 60% de mes activités en rapport aux recherches pour l’info il y a des apps.

    • Elzo
      15/01/2014 à 1:11

      Le jour où ils arrêteront de séparer les « ultraportables » de leur statistiques, où ils arrêteront d’inclure les netbooks pour mettre en valeur les tablettes comme si ces produits (au delà du bla bla des usages différents) pouvaient ne serait-ce qu’un instant ne pas se marcher dessus, alors là on pourra voir un peu plus clairement ce qu’il se passe dans le marché du pc.
      Ils sont drôles quant même, comme si les gens allaient à la fois acheter un netbook 10 » à 400chf et une tablette 10 » au même prix. Vite, le pc se meurt, achetez une tablette chez l’un de nos clients qui nous a commandé cette « étude »! Et personne ne leur demande pourquoi c’est les marques qui faisaient des netbooks qui sont le plus touchées? Ni que les 30mio de ventes annuelles de netbooks font forcément se refléter dans leurs statistiques s’ils ne prennent pas la peine d’ajuster leur méthode de calcul?

      • 15/01/2014 à 2:07

        C’est plus si facile le marché du PC….
        Mes 2 produits « Asus Book T100 » et « Acer iConia w3 » vous les mettez sous Laptop ou tablette ?
        De plus, sont parfaitement capables de remplacer un « mac mini ou NetTop (EeeBox, Zotac mini PC etc…) » en utilisation DesKtop.
        Juste branché à un Ecran en HDMI puis utilisation souris-clavier sans fil avec 1 ou plusieurs HDD branchés à l’USB……….

  5. Nicolas Chauvin
    15/01/2014 à 3:47

    Depuis le début d’iOS, $15 mia engrangé pour rétribuer les développeurs pour 1 millions d’apps.
    Soit $ 15’000 en moyenne par app.
    Hors revenu publicitaire, ça ne faire pas beaucoup de revenu pour rentabiliser le développement d’une app, à par dans les pays émergents.

    • MonBug
      15/01/2014 à 5:24

      Bcp d’apps (la majorité) sont gratuites.

      • Noisequik
        15/01/2014 à 6:26

        Très peux d’applications sont rentables de par leur prix de vente.
        Il faut voir les applications comme un support parmi tant d’autres pour un service déjà existant (Facebook, Twitter, Tumblr, journaux et magazines, marques etc.).

    • laurent
      15/01/2014 à 8:35

      vous auriez les chiffres pour Android svp ?

    • Obiwan
      15/01/2014 à 9:21

      Vu sous cet angle ce n’est pas l’Eldorado. En plus les clients Android depensent encore moins que ceux d’Apple. Mis à part les jeux, la musique et pourquoi pas des apps professionnelles il n’y a pas beaucoup d’avenir. Et pour les apps professionnelles difficile de combattre les mastodontes de l’informatique.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :