Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Qipp: l’application pour gérer ses objets

L'application Qipp.

L’application Qipp.

L’application Qipp pourrait chambouler votre rapport à vos objets préférés. Lancée par une spin-off de l’ETH de Zurich et plébiscitée par la Commission pour la Technologie et l’Innovation de la Confédération Suisse, ce programme permet de lister ses objets et d’y associer différents services, comme expliqué dans ce communiqué.

L’idée est notamment de simplifier l’accès à la documentation d’un smartphone, d’une TV, voire d’un vélo. Différentes possibilités sont proposées dans l’application. On peut même souscrire à un service d’objet trouvé associé à une carte sous forme de QR code.

Différents prix et des questions

L’idée semble séduisante et a déjà convaincu plusieurs jurys. Reste à savoir quelle est la réelle efficacité de l’application, à tester sur le long terme. Le concept est toutefois sympa pour ne pas manquer la mise à jour de son appareil photo, par exemple… Ou de faciliter le prêt de sa moto… Reste de nombreuses questions qui dépassent ce petit programme.

Plus philosophiquement, je m’interroge sur cet intérêt à lister ses objets et à en constituer des collections, comme le propose cette application. Dans quelle mesure n’est-ce pas là le triomphe absolu d’une société au matérialiste déviant? La même société matérialise qui méprise ses mêmes objets en programmant leur obsolescence…

Xavier Studer

 

La vidéo de présentation de Qipp

10 commentaires pour “Qipp: l’application pour gérer ses objets

  1. Jacouille
    08/02/2014 à 9:04

    Bonjour, l’idée n’est pas mal, moi ça fait des années que j’ai un tableur Excel avec l’inventaire de mes objets, lieu de stockage, telle armoire, cave, bureau ou maison, date d’achat (pas pour le chocolat).
    C’est parfois utile, pour ce que l’on n’utilise pas tous les jours.
    Je suppose que leur appli est connectée, comme ça, y’a encore quelqu’un qui pourra savoir quels livres vous lisez, quelle marque d’app photo et aspirateur vous possédez…

  2. palomar
    08/02/2014 à 9:25

    C’est sûrement un très bon logiciel, mais c’est juste une gestion de base de données, certes peut-être sophistiquée et très ciblée. Je ne vois pas en quoi il est exceptionnel.

  3. 08/02/2014 à 10:04

    Autant prendre le leader qui ne risque pas de disparaître de si tôt : Evernote.

    • Claude Demierre
      08/02/2014 à 12:24

      +1, c’est exactement ce que je fais avec Evernote: Manuel, date d’achat, adresse SAV. modèle, #série
      Mais pour mes codes et mots de passes c’est GoodReader qui reste en local, accessible sur mon iPhone et iPad; je les mets dans un fichier pdf lui-même protégé par un met de passe.

      • MarkK
        08/02/2014 à 2:58

        Pour les codes et mots de passes, j’utilise une carte Pathword de la société suisse ITAvalanche.com, une vrai merveille. Un mot de passe unique pour chacun de mes services, avec maj-minuscule, chiffres et caractères spéciaux (Le site n’est pas très pro, mais cela fonctionne. voir sur http://www.itavalanche.com/shop/products/90-pathword-card.aspx).

  4. MarkK
    08/02/2014 à 1:01

    Start-Up ou Spin-off (mais alors de quelle(s) entreprise(s)).

    A propos de Qipp, application et service intéressants pour des collectionneurs.
    Pour ses objets de tous les jours, personnellement, je n ‘adhère pas.

  5. Philippe Malera
    08/02/2014 à 4:49

    Cela pourrait aussi limiter un peu notre soif de consommation dans le sens que cela permettrait de se prêter plus facilement certains objets entre voisins par exemple.
    Je prends un exemple, j’ai acheté une tronçonneuse que j’utilise à peine une fois par année pendant moins d’un heure, si tous mes voisins font de mêmes (ce qui est possible) vous voyez le gaspillage.
    Il suffirait d’avoir un inventaire publique de nos objets publique et un minimum de générosité pour mettre en commun tous ces objets que l’on utilise si rarement. Car à chaque fois que j’ai besoin d’un objet, je ne vais pas forcément faire le tour du voisinage, par contre si certain de mes voisins jouent le jeux et ont aussi des objets publique, je vais surement consulter le web avant de prendre la décision d’en acheter un neuf.
    Potentiellement ce petit outil pourrait favoriser le partage au lieu d’acheter bêtement plein d’objets que l’on utilise rarement.

    • Obiwan
      08/02/2014 à 5:29

      C’est bon je ne suis pas le seul à avoir remarqué que le point qui pourrait être le plus intéressant c’est le prêt d’objet car lister ses possessions tout le monde peut le faire avec un simple tableur Excel. A voir si la mayonnaise peut prendre.

    • ced
      08/02/2014 à 5:36

      C’est un peu comme avec les voitures, il y en a beaucoup et à tous les besoins, mais le 3/4 du temps elles restent garées et elles inondent les rues.
      Bonne idée pour l’inventaire publique, on pourrait prêter gratuitemet ou pour quelques francs un objet qu’on utilise rarement. L’appareil nous est vite rentabilisé et les autres en sont content car ils n’ont pas eu besoin de payer une grosse somme pour acheter un appareil qui traînera également dans un placard durant des semaines ou des mois.

  6. MarkK
    09/02/2014 à 2:21

    Le « partage communautaire » ne fonctionne bien que si les objets prêtés (ou loués) sont chers/rares.
    Pourquoi, simplement parce que la commodité à un prix.
    Exemple : avant de l’utiliser un « objet communautaire », il faut prendre le temps de le demander, vérifier son état de marche, sa disponibilité, ne pas le ramener en retard, etc. Est-ce que ce temps investit vaut la peine face au 200.- CHF que coûte la tronçonneuse, le Kärcher ou quoi que ce soit d’autre ?
    Pour beaucoup d’objets de tous les jours, cela ne vaut pas la peine. En revanche, dés que le prix dépasse un seuil critique, là cela en vaut la peine. Mais du coup, il ne s’agit plus de biens du quotidien…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :