Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

«Local Breakout» ou comment contourner le roaming

Lézarder, OK. Mais gare aux factures de roaming....

Lézarder, OK. Mais gare aux factures de roaming….

Le roaming est presque déjà enterré. Swisscom proposera bientôt de surfer à l’étranger aux tarifs locaux. La mise en œuvre, pas si complexe que ça, nécessite cependant une certaine détermination. Il s’agit de faire appel au «Local Breakout» (LBO) pour réduire ses frais d’itinérance… Explications.

Dès juillet 2014, les clients séjournant dans un pays européen pourront choisir un opérateur local pour leurs communications des données, quel que soit leur opérateur dans leur pays d’origine, selon cette présentation. Swisscom offrira également cette possibilité à ses clients. Sans changement de carte SIM ni de numéro de téléphone, il sera possible d’opter pour un opérateur local à l’étranger…

Voici la procédure qui m’a été transmise par Swisscom:

Le client doit percevoir l’offre LBO. Cela signifie que le fournisseur local doit investir dans des activités de marketing, p. ex. à des endroits (entry points) bien fréquentés comme les aéroports, ainsi qu’en ligne. Cette démarche est toutefois du ressort du fournisseur et non du nôtre.

Sélection manuelle

Le client doit sélectionner manuellement le réseau qu’offre LBO. Il doit saisir dans ses paramètres l’APN LBO spécifique (également appelé APN EU). Après avoir ouvert son navigateur, le client arrive sur une page d’entrée du fournisseur LBO, où il verra les offres et pourra en acheter une à l’aide de sa carte de crédit.

Théoriquement, il existe différentes méthodes de paiement (comme pour le principe Prepaid), mais le choix incombe en l’occurrence au fournisseur du LBO. Alors seuls la voix et les SMS passent encore par l’itinérance traditionnelle.

Attention au retour en Suisse

Pour les données, le client dispose d’un contrat séparé avec le fournisseur local. Il doit donc également s’adresser au fournisseur de LBO pour les questions liées au Customer Care. Si plus aucune couverture du fournisseur de LBO n’est disponible, ou si le client revient en Suisse ou se rend dans un autre pays, il doit de nouveau saisir l’APN Swisscom dans ses paramètres, de manière à ce que l’itinérance des données – l’utilisation des données – fonctionne en Suisse.

Dépassé?

Important: nous n’autorisons l’utilisation de LBO que parce qu’elle nécessite des adaptations dans les systèmes. Nous ne sommes ensuite plus impliqués en ce qui concerne LBO et ne pouvons donner aucun renseignement quant à sa disponibilité et ses fournisseurs.

On suppose par ailleurs que les offres LBO ne seront pas légion, car les frais de marketing et de communication sont en l’occurrence très élevés, un ARPU* unique pouvant peut-être s’élever à 5 à 10 euros. Et ces ressources doivent continuellement être mises en œuvre du fait de l’arrivée de nouveaux touristes dans le pays. En outre, LBO est pratiquement dépassé par les idées Roam like @ home actuellement disponibles dans l’UE.

XS

*Revenu moyen par utilisateur

14 commentaires pour “«Local Breakout» ou comment contourner le roaming

  1. SuguS
    19/05/2014 à 7:54

    Un truc de geek. Trop compliqué.

    • Tom
      19/05/2014 à 8:46

      Mais non !!, il y aura sûrement un apli pour faire tout ces changements sur mobile , et puis les offres des opérateurs étrangers seront moins cher , que les propositions des opérateurs CH. Infin espérons …… sûrement

  2. 19/05/2014 à 8:43

    bientôt il y aura une APP pour faciliter cela, du moins pour Android ça semble faisable..En étant geek, je trouve cette possibilité géniale, reste à voir si les prix seront vraiment les mêmes comme en local ou si c’est des offres « spéciales »….

  3. marco
    19/05/2014 à 9:29

    En effet truc de geek trop compliqué, même moi j’ai pas envie de faire ca … mais une puce local dans un ancien tel (style ton vieux iPhone) ca fera bien l’affaire.

  4. Saïmon
    19/05/2014 à 9:31

    Surtout, il faut vraiment rendre ça super compliqué histoire de décourager un maximum de monde ! On a vraiment l’impression qu’ils y vont à reculons. On se demande pourquoi…

    • Phil.
      19/05/2014 à 10:09

      Mais bien sûr que c’est compliqué, puisque ce n’est que le début! Il faut laisser le temps au produit de se développer! Le fait que ce soit possible, c’est déjà vachement bien je trouve. Je suis prêt à parier que, au plus tard en 2015, ce sera simple comme bonjour.
      Je me souviens, au début des années 90, il fallait aussi pas mal de jugeote pour comprendre ce qu’est le roaming. Mais là je parle peut-être d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître… (Mon dieu, je suis vieux!?)

  5. Saïmon
    19/05/2014 à 2:45

    Si si je me rappelle! J’ai eu mon premier natel en 1998. Et pour accéder au roaming, il fallait l’activer en tapant une ligne de signe de type *#123456789*

  6. phil
    19/05/2014 à 7:34

    ahhhh… très intéressant… 🙂
    vivement les offres 😉
    au fond, ce n’est pas plus geek que d’autres fonctions d’un smartphone

  7. 21/05/2014 à 2:00

    « En outre, LBO est pratiquement dépassé par les idées Roam like @ home actuellement disponibles dans l’UE »

    Il confirme donc que le cartel d’opérateurs suisses est complètement dépassé par rapport à ce qui se passe dans l’UE…

    • viande_de_chat
      22/05/2014 à 9:24

      Dépassé? La Suisse n’appartient pas l’UE à ce que je sache…

      • Gabriel
        03/06/2014 à 9:44

        Non, tout le monde le sait , ce qu’il veut dire c’est que la Suisse a beaucoup a apprendre de ce qui se passe en UE ! Perso etant a 30km de la France , j’ai investie dans un repeteur de signal GSM pour avoir du reseau Français quand je suis chez moi et beneficier des tarifs Français qui sont tres interessant, que ce Soit Free, B&U , RED … ! J’utilise pour appeller beaucoup vers la France , ainsi que vers l’etranger vu que c’est inclus en ilimitee dans le forfait.

        • Patrick
          05/07/2014 à 12:17

          Quand on voit les problèmes de qualité de réseau qu’il y a en France (nivelé par le bas par les offres low-cost de free), je préfère payer plus cher et avoir un réseau qui tienne. Sans compter le nombre de licenciements prévus chez Bouygues, Orange et SFR parce que c’est le seul moyen de pouvoir s’aligner sur les prix de free.

  8. Phil.
    31/07/2014 à 1:09

    Quelqu’un pourrait me renseigner sur les prix proposés par les opérateurs français, pour nous, clients Swisscom? Car c’est plutôt opaque sur la toile… Merci d’0avance!

  9. viande_de_chat
    31/07/2014 à 2:25

    Y a-t-il des offres? Si c’est le cas, je n’en ai pas entendu parlé. Les opérateurs sont certainement frileux et je les comprends. Car si on compare les investissements nécessaire pour la réalisation technique du local breakout avec ses revenus potentiels, je pense que le business case n’en vaut pas la chandelle…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :