Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Les jeunes délaissent Facebook pour Instagram

Un des tableaux du Baromètre de Switch.

Un des tableaux du Baromètre de Switch.

Les réseaux sociaux sont toujours très en vogue. Selon une étude de la Fondation Switch, Facebook est désormais moins attrayant et moins utilisé par les jeunes. Instagram, au contraire, marque des points. Son utilisation serait en train d’exploser chez les 8-20 ans.

Le 6e «Switch Junior Web Barometer» montre également que YouTube reste le plus utilisé. WhatsApp et iMessage occupent aussi des positions privilégies, mais semblent perdre du terrain, selon le coup de sonde organisé auprès de 371 Alémaniques et Romands.

Facebook moins apprécié

Facebook est toujours très utilisé et ce sont surtout les enfants qui, en majorité, évaluent positivement ce réseau (88%). Les adolescents sont moins euphoriques qu’autrefois. Plus de la moitié déclare même que ces derniers temps, Facebook les «énerve», est-il indiqué dans un communiqué de presse de la Fondation.

«Facebook a certainement perdu un peu de la fascination du nouveau et de ce qui est «tendance». La plateforme fait partie du quotidien, elle n’est plus aussi captivante qu’au début», explique le psychologue médiatique Daniel Süss, professeur à la Haute Ecole zurichoise de sciences appliquées (ZHAW) et professeur de sciences publicistiques à l’Université de Zurich.

Internet plus utilisé

En comparaison des résultats des années passées, la fréquence d’utilisation d’internet est en hausse parmi toutes les catégories d’âge. Environ 37% des enfants âgés de 8 à 12 ans surfent chaque jour sur la toile. Chez les adolescents de 13 à 16 ans, ce chiffre grimpe à 82%. Et parmi les plus de 17 ans, 98% consultent quotidiennement internet.

Les durées d’utilisation sont en stagnation parmi les enfants, tandis que les adolescents sont non seulement plus souvent sur le réseau des réseaux, mais aussi plus longuement. Il convient de relever que 33% des plus de 17 ans sont connectés plus de quatre heures par jour. Ce chiffre est nettement plus élevé que ceux relevés ces dernières années (2013: 9%, 2012: 8%).

Quelle crédibilité?

Comme souvent, ces différentes études menées sur internet souffrent de leur méthodologie. Et bien qu’elles puissent donner une tendance générale, elles ne doivent probablement pas être prises à la lettre. Le professeur Daniel Süss est d’ailleurs très prudent lorsqu’on lui demande de commenter l’évolution mise en évidence par le baromètre de Switch:

«Pour cette question, il faut être assez prudent en parlant de tendance étant donné que la base de données de la présente étude n’est pas représentative. Il est également assez difficile de faire un classement de toutes ces plateformes étant donné qu’elles ont des fonctions très différentes.»

«C’est ainsi que certaines fonctions peuvent passer assez rapidement d’une plateforme à une autre si le cercle d’amis change ses habitudes de communication. YouTube est très utilisé afin de voir des films distrayants, mais de plus en plus lorsque l’on cherche des informations sur un thème spécifique, par exemple pour l’école.»

Xavier Studer

4 commentaires pour “Les jeunes délaissent Facebook pour Instagram

  1. Oreille
    02/09/2015 à 9 h 03 min

    La mobilité dans les services qu’utilisent les jeunes ne me surprend pas vraiment.

    Ce que je trouve assez fou, c’est l’âge mini de 8 ans alors que les conditions générales Instagram mentionnent clairement dans l’article 1 : ‘Vous devez être âgé(e) d’au moins 13 ans pour utiliser le Service.’

    J’avais lu leurs CG il y a quelques mois et y avais constaté qu’il n’y avait pas vraiment de moyen pour les parents de chapeauter un compte enfant, que celui-ci restait seul à pouvoir engager des demandes de suppression de contenus, par exemple. On peut donc être surpris par l’âge minimum dans les statistiques, alors que de telles conditions ne laissent pas vraiment la maîtrise de l’outil aux parents.

    En tout état de cause, les publications de nos têtes blondes alimentent les Big Data centers et je ne pense pas que ce soit que pour rendre service aux utilisateurs.

  2. 02/09/2015 à 12 h 01 min

    On peut prendre ces chiffres avec des pincettes, mais on doit quand même s’inquiéter des conséquences de l’hyper connectivité : sédentarité, isolement social, etc… Ceci peut poser des graves problèmes de santé physique et/ou psychologique à long terme.

    • f.delamuraz
      02/09/2015 à 14 h 01 min

      Cela créé une nouvelle sélection naturelle….

  3. Oreille
    02/09/2015 à 18 h 39 min

    La mobilité dans les services qu’utilisent les jeunes ne me surprend pas vraiment.

    Ce que je trouve assez fou, c’est l’âge mini de 8 ans alors que les conditions générales Instagram mentionnent clairement dans l’article 1 : ‘Vous devez être âgé(e) d’au moins 13 ans pour utiliser le Service.’

    J’avais lu leurs CG il y a quelques mois et y avais constaté qu’il n’y avait pas vraiment de moyen pour les parents de chapeauter un compte enfant, que celui-ci restait seul à pouvoir engager des demandes de suppression de contenus, par exemple. On peut donc être surpris par l’âge minimum dans les statistiques, alors que de telles conditions ne laissent pas vraiment la maîtrise de l’outil aux parents.

    En tout état de cause, les publications de nos têtes blondes alimentent les Big Data centers et je ne pense pas que ce soit que pour rendre service aux utilisateurs.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :