Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Le Google Play Store adopte les normes PEGI

Les applications ou les jeux vidéo proposés sur les smartphones et les tablettes tactiles peuvent parfois être violents ou choquer les petites têtes blondes. Pour plus de clarté, Google, s’est ainsi aligné sur la norme de classification PEGI déjà adoptée en Europe pour évaluer les jeux vidéo.

La Pan European Game Information (PEGI) doit permettre au consommateurs européen d’obtenir facilement et rapidement des informations sur le type de jeu vidéo qu’il a entre les mains. Cinq logos sont affichés sur les boîtiers: «3+», «7+», «12+», «16+» et «18+». On les retrouvera bientôt sur son smartphone et sa tablette Android.

Tous les éditeurs sur Google Play devront utiliser le processus de l’International Age Rating Coalition (IARC) pour leurs nouvelles applications ou celles qui seront mises à jour. L’obtention d’une classification d’âge est gratuite. Le processus a par ailleurs été développé de manière à être rapide et facile.

Initiative plus large

L’introduction de la norme PEGI pour le Google Play fait partie d’une initiative plus large par laquelle Google va intégrer des classifications d’âge d’autorités diverses à travers le monde, explique la Swiss Interactive Entertainment Association (SIEA) dans un communiqué de presse diffusé mardi.

Cette évolution s’inscrit elle-même dans une tendance beaucoup plus vaste puisqu’il existe une coalition internationale de classification par âge des jeux vidéo et applications en version numérique; qui s’appelle IARC. Nicolas Akladios Vice-Président de la SIEA se réjouit de cette évolution et se demande ce que fera Apple qui possède son propre système.

Google Play rejoint ainsi le marché Mozilla Firefox en utilisant le processus IARC pour classer ses applications selon des systèmes éprouvés tels que PEGI (Europe), ESRB (Amérique du Nord), ClassInd (Brésil), USK (Allemagne) et Classification Board (Australie).

Plus d’infos sur le site de la SIEA

Xavier Studer

Infographie: présentation de l'IARC.

Infographie: présentation de l’IARC.

Les commentaires sont désactivés.