Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Test: Google Pixel C; un exemple de tablette sous Android

Google Pixel C et son appendice magnétique

Google Pixel C et son appendice magnétique

Son design avec son clavier aimanté et son écran de 10,2 pouces est à couper le souffle. En lançant la Pixel C, Google marque une étape dans la production d’ardoises animées par Android, c’est-à-dire la version 6 dans ce cas. Les deux objets assemblés pèsent tout de même un peu plus de 900 grammes pour 12 mm d’épaisseur. Test

La mise ne marche se passe sans encombre. Après avoir introduit son e-mail, on récupère à la vitesse de l’éclair les données Google associées. On découvre alors progressivement le design épuré d’Android 6 Marshmallow.

Google Pixel C: une puissance colossale!

Et visiblement, Google a soigné les détails. Le processeur NVIDIA Tegra X1 avec une partie graphique Maxwell GPU ainsi que 3 Go de mémoire vive font exploser les scores des outils de benchmark. Cette Pixel C dépasse les 93 500 points sur AnTuTu! Une valeur stratosphérique.

Ce ne sont pas mes enfants qui ont longuement joué avec, notamment à Asphalt 8, qui douteront de performance de cette ardoise livrée avec 32 ou 64 Go d’espace de stockage, mais sans emplacement pour une carte micro-SD supplémentaire. Dommage. Très lumineux, l’écran se distingue aussi par son bon contraste et ses couleurs vives.

Test: des photos pour dépanner…

Cette tablette est aussi équipée de deux capteurs photo de huit et deux millions de pixels, sans flash, uniquement pour dépanner. En effet, les clichés, très pixellisés, sont à peine passables en conditions de basse lumière. On est loin de ce que font aujourd’hui les meilleurs.

En mains, cette Google Pixel C métallique est agréable. Au dos, une ligne de diodes multicolores s’illumine pour rehausser le design épuré de l’objet. Il est même possible de les utiliser pour connaître la charge restante dans l’accumulateur qui lui confère une autonomie de dix heures environ en cas d’usage modéré. Il suffit de tapoter du doigt de l’appareil…

Bluetooth et sans fil

Mais le clou du spectacle, c’est le clavier Bluetooth de la Pixel C. Cette coque métallique qui dispose à l’arrière de quatre petits pavés en caoutchouc pour l’empêcher de glisser, comporte une grande surface magnétique, de l’autre côté, en dessus des touches.

Il suffit de poser la base de l’ardoise dessus pour rendre les deux objets solidaires. Il est alors possible de la relever pour l’incliner selon l’angle de travail idéal. Simple, efficace et si agréable à utiliser! D’autant plus que ce clavier ne dispose pas de port de chargement!

En effet, il s’alimente en électricité automatiquement, sans fil, lorsqu’il sert de coque et protège l’écran. A ce moment, les deux côtés de la Pixel C sont métalliques et tenus ferment ensemble grâce à des aimants disposés de part et d’autre du clavier. Superbe.

Un clavier agréable et design

La frappe est agréable, car les touches sont suffisamment éloignées les unes des autres. Un petit bruit mécanique, comme sur certains claviers Logitech, rend la saisie de texte presque ludique. Précisions toutefois qu’il n’est pas rétroéclairé. Un moindre mal compte tenu de sa finesse d’environ 5 mm, contre 7 mm pour l’ardoise.

L’utilisation de ces touches d’appoint à Android six fait des merveilles. On peut agréablement taper ses œuvres dans Microsoft Word ou dans les outils de Google. La navigation, avec les boutons logiciels home et retour à gauche et multitâche à droite est toujours des plus rapides. Il est aussi possible de connecter une souris Bluetooth pour presque disposer d’un PC…

A l’usage, surtout pour ce qui est des jeux, les deux haut-parleurs délivrent un son un tantinet métallique. Il peut être judicieux d’utiliser un casque audio pour plus de confort acoustique. A noter que le clavier peut aussi être fixé au dos de l’appareil lorsqu’on n’en a pas besoin.

Pixel C: un bilan favorable

Pour ce qui est du côté matériel, cette ardoise se branche à un chargeur de type USB-C. Pratique. Dommage que le câble de données soit vendu en option. Il en existe une version intégralement USB-C ou une autre adaptée à l’ancien standard USB. Regrettable aussi qu’il manque l’infrarouge pour la transformer en télécommande. La batterie serait amovible, selon le carton d’emballage.

Au final, ces deux produits impressionnent par leur design et leur finition exemplaire. Reste la question du prix puisqu’il faut débourser au minimum 549 francs pour la Pixel C et 169 francs pour son clavier magnétique 100 % sans fil, pour un total de près de 720 francs… Android 6.0 en version native convaincra les fans…

Xavier Studer

Gamme Nexus: tous les détails

La Google Pixel C et ses LED multicolores.

La Google Pixel C et ses LED multicolores. Un test convaincant.

4 commentaires pour “Test: Google Pixel C; un exemple de tablette sous Android

  1. gregory
    18/01/2016 à 8:50

    Un bien bel objet mais je m’interroge sur l’utilité de ce genre de matériel sous Android ou iOS depuis la sortie de Windows 10. Vision toute perso, l’écosystème des app a bien entendu un bel avenir sur les smartphone mais dès 10 pouces, un système complet comme Windows prend largement le dessus au niveau possibilité d’usage. Qu’en pensez-vous M Studer ?

    • Cédric
      18/01/2016 à 10:07

      Bah on utilise pas tous windows, donc moi j’aurai jamais un truc sous windows 10 (ma religion me l’interdit),
      Donc pourquoi pas cette tablette, bien que je préférait une sous ubuntu touch (bien qu’ android utilise le noyeau linux, donc compatible avec ma foi).

    • 18/01/2016 à 6:04

      J’utilise tous les jours un Yoga 3 Pro sous Win 10…

  2. Eco
    18/01/2016 à 3:09

    Belle tablette mais à ce prix le choix il est relativement large. Je rejoins le fait que au de là de 9 pouces et avec clavier windows est le choix le plus complet, surtout qu’avec un tablette de 4GO de RAM on peux y installer android avec amiduos (qui marche beaucoup mieux que cette pourriture de bluestacks). Perso en 2013 à ce prix (tablette seule) j’ai acheté une galaxy note 8 avec LTE et stylet intégré, que j’utilise encore tous les jours. Et franchement 549 CHF pour une tablette 32 GO sans carte SD….Android sur un smartphone ou petite tablette est très bien, mais sur des tablettes plus grosses est inférieur à IOS et à Windows (zéro multi-tache par ex. sur cette tablette). Aussi le clavier ressemble pas mal à celui de ma vieille W510, bien fait pour 10 pouces mais pas un vrai clavier de taille normale. Et pour finir IOS bien que très fermé offre quand même des applications dans certaines domaines (comme la musique) d’une qualité bien supérieur à Android qui à elles seules pourraient justifier le choix d’un ipad….

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :