Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Téléphonie mobile: les normes sur le rayonnement ne seront pas abaissées

Le rayonnement des antennes reste un sujet de préoccupation alors que l'usage des smartphones explose...

Le rayonnement des antennes reste un sujet de préoccupation alors que l’usage des smartphones explose…

Le Conseil des Etats a refusé jeudi d’abaisser dans les conditions actuelles les valeurs limite contre le rayonnement non ionisant dans la téléphonie mobile. Contrairement au Conseil national, il a refusé la motion «Garantir le plus rapidement possible la modernisation des réseaux de téléphonie mobile». Un des lobby des télécoms s’active…

L’Association Suisse des Télécommunications (Asut) a rapidement diffusé un communiqué de presse pour indiquer que « le Parlement envoie des signaux contradictoires au sujet de l’extension des réseaux de téléphonie mobile.»

Ne pas rater le virage de l’internet des objets

«Sans modification du droit de l’environnement, les opérateurs de téléphonie mobile devront installer des milliers de stations émettrices pour répondre à la demande sans cesse croissante pour l’internet mobile, une solution peu respectueuse de l’environnement et coûteuse», indique encore l’association.

L’Asut estime encore que ces aménagements sont urgents, car le surf mobile sur plus de 11 millions de terminaux ne cesse de se développer. Le lobby brandit aussi la menace de performances en baisse et de l’utilisation croissante des antennes de téléphonie mobile pour de nouveaux usages comme la voiture ou les objets connectés.

Changement rapide de législation

L’Asut invite par conséquent le Conseil fédéral à créer aussi rapidement que possible des conditions favorables dans le cadre de ses compétences, pour que la Suisse ne soit pas dépassée dans ce domaine. Pour information, la régulation est beaucoup plus souple dans les pays voisins.

Restent nombre d’inconnues. Alors qu’Apple vient de publier une mise en garde sur son site internet quant à l’utilisation de ses produits, nombre d’associations dénoncent les effets du rayonnement des antennes sur la santé. Quoi qu’il en soit, aucune preuve décisive ne semble encore disponible.

Xavier Studer

7 commentaires pour “Téléphonie mobile: les normes sur le rayonnement ne seront pas abaissées

  1. 09/12/2016 à 8:14

    En même temps vu les normes bien plus élevées dans les pays voisins on subit ce rayonnement alors je trouve qu’ils légifèrent sur pas grand chose et après on se retrouve avec du EDGE en frontière alors que tous les réseaux français sont en 4G…

    • Tom
      09/12/2016 à 8:33

      @tiff119 c’est très bien dit, c’est pas rare de ce trouver au centre ville Genève et avoir Orange fr. Max en 4G

      • Richard Engel
        10/12/2016 à 4:03

        Il n’y a pas que Genève en Suisse.

  2. Pedro
    09/12/2016 à 8:21

    J’attends avec impatience une étude indépendante qui écrit que ces ondes sont nocives et ce serait sympa de voir la réaction de nos gouvernements et du public 😀
    On coupe tout du jour au lendemain ou on condamne tout le monde au nom de la technologie alors que certains personnes ne l’utilisent meme pas ?

    Le wifi en 2.4ghz serait une des causes du problème de stérilité, des gens ont des cancers proche de l’oreille alors j’attends de voir le 5ghz et plus 🙂

  3. 09/12/2016 à 8:30

    il faut savoir que si les antennes rayonnes moins, nos Natels demandent plus d’énergies et rayonnes plus pour intercepter et garder le signal… et c’est ca qui est le plus « nocif » même si il y a pas de preuve que ça l’est… en téléphonant quand nous avons pas pleins réseau, le natel émet plus d’ondes… c’est juste incompréhensible venant de la chambre des états… Ils se prononcent à mon avis sur un sujet qu’ils ne connaissent pas et s’en foute des répercussions… on devrait leur couper leur réseau peut-être qu’ils comprendraient plus vite à quel point il y a de l’importance…

    • Sim
      09/12/2016 à 11:25

      Votre remarque semble pertinente. Mais l’énergie supplémentaire requise par le mobile ne concerne que la personne qui l’utilise. Être cohérent, c’est tenir compte des autres. C’est analyser l’ensemble des paramètres. Parmi ces paramètres, il y un phénomène d’accumulation des ce « smog d’ondes » et la possibilité que certains y sont plus sensibles que d’autres (et il se pourrait même que ces ondes parasites salissent le son de ma super chaine Hifi, criminel !).

      Ces politiciens « ~ qui n’y connaissent rien et à qui il faudrait couper le réseau  » appliquent le principe de précaution face à un domaine qui comporte des inconnues.

      Si Apple publie une mise en garde, c’est parce qu’ils ont d’excellents avocats qui appliquent eux aussi le principe de précaution: éviter que (peut-être) des plaintes collectives forcent Apple à payer des milliards…

  4. Ludo
    09/12/2016 à 12:07

    Décidément, nos élus ont pris des décisions de champions hier. Et on ne va malheureusement pas voir de référendum…

    Je ne pense pas que l’UE prennent des risques inconsidérés sur le rayonnement. De plus, il n’a jamais été démontré qu’il y avait plus de cancer dû au rayonnement dans l’UE qu’en Suisse.

    Quand à Apple, c’est surtout le SAR de l’appareil qui est élevé. (environ 1.5 contre 0.1 pour les mobiles les plus faibles). Par contre, il me semble que le rayonnement d’un téléphone sans fil est bien plus élevé qu’un mobile, de l’ordre d’un SAR de 10. Tout ces chiffres sont bien sûr à confirmer.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :