Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Internet: Gassmann lance un gestionnaire de contenus pour assurer l’avenir des magazines

Le magazine Détour de Terre et Nature est boosté par Magnum 3.0.

Le magazine Détour de Terre et Nature est boosté par Magnum 3.0.

Certains titres de presse peinent encore aujourd’hui à prendre le virage numérique. Sur le segment encore profitable des magazines, le groupe de presse Gassmann lance un nouveau gestionnaire de contenus (CMS) qui intéresse déjà des acteurs internationaux renommés… En bref, il permet de dépasser les limites du e-paper, PDF et du HTML classique, d’abord sur les smartphones…

Avec Magnum 3.0, pour Magazine numérique post 2.0, la filiale Inédit Publications veut aider les acteurs de toute taille de ce marché à proposer leurs magazines, brochures ou publications de manière optimale sur le numérique, et particulièrement le mobile. L’idée est de permettre de porter en une dizaine d’heures un magazine complet dans un CMS orienté mobile.

Portages facilités sur le web

Après sa mise en route et la création de templates spécifiques, ce CMS permet de monter des pages complètes avec photos, vidéos, galeries photos en une dizaine de minutes par page, selon Jean-Paul Schwindt, directeur de cette antenne de Gassmann basée à Lausanne. Le résultat se distingue par son ergonomie, comme il est possible de le constater pour le magazine Détour, à consulter ici…

Le magazine en ligne peut être feuilleté comme un produit traditionnel, mais de manière adaptée au monde numérique et au mobile. Différents chemins sont aménagés pour faciliter l’accès et la lecture des contenus. Enfin, un PDF peut être mis à disposition des lecteurs qui souhaiteraient retrouver la mise en page originale.

Deux formules sur abonnement

Concrètement, après la mise en fonction de Magnum 3.0, Inédit Publications propose à ses clients soit de saisir eux-mêmes leurs contenus, soit la possibilité de lui confier cette tâche. Détail important, le CMS fonctionne sur les serveurs de Gassmann et non chez son client, qui n’a pas à se soucier des éventuelles maintenances techniques.

Avec son produit, Jean-Paul Schwindt parie sur l’avenir. Il donne ainsi l’exemple du Canadien La Presse+, qui a introduit une formule similaire basée sur Nuglif il y a quelques années pour compenser la baisse du tirage de son titre papier. Parallèlement, le groupe nord-américain a décidé d’arrêter l’impression de son quotidien à fin 2017…

Publicité et abonnement

Et le financement? Magnum 3.0 permet non seulement de porter le contenu éditorial, mais aussi les publicités. L’annonceur peut ainsi être présent sur toutes les plate-formes. Par ailleurs, ce CMS peut aussi fonctionner avec un système de «mur de monétisation»; il permet ainsi la combinaison les revenus des abonnements et de la publicité…

Aujourd’hui, Inédit Publications est en discussion avec plusieurs groupes internationaux qui seraient intéressés par la simplicité d’utilisation et de déploiement de cette plate-forme par ailleurs également pensée pour les moteurs de recherche (SEO). Une affaire à suivre de près…

Xavier Studer

Test: la bande-annonce sur Instagram…

Une publication partagée par Xavier Studer (@xavier.studer.blog) le

Inédit Publications en bref

Cette filiale du Groupe Gassmann (Terre & Nature, Courvoisier, Canal3, Bieler Tagblatt, etc) emploie une trentaine de professionnels de la communication et du développement numérique. Elle fait valoir plus de 100 publications et des dizaines d’applications à son catalogue. Par exemple:

Bâtir (90 ans, Fédération Vaudoise des Entrepreneurs)
Courrier du Médecin Vaudois (Société Vaudoise de Médecine)
Regard (Magazine du Beau-Rivage et Le Palace Lausanne)
ENVIES (Magazine MANOR)
Efficiences 21 (Développement durable)
Haevenly (Magazine du Montreux Palace)
Brochures communales (150 communes romandes)
Cliniquement Vôtre (Magazine d’Hirslanden)
Connexions (Magazine des TL à Lausanne)

2 commentaires pour “Internet: Gassmann lance un gestionnaire de contenus pour assurer l’avenir des magazines

  1. Tobias
    19/11/2017 à 10:42

    Oui mais quels magazines? N’oubliez pas que des grands titres ont simplement disparu ou vont très mal…

    • Gregory
      19/11/2017 à 11:19

      Des publications publicitaires comme celles listées dans l’article. Sinon ce n’est pas rentable pour un marché comme la Suisse romande, surtout que le lecture numérique prend mal. Peut-être au niveau international même si les groupes des presse développent en général leurs propres solutions

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :