Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Exodus met en lumière les mouchards tapis dans les applications mobiles…

Exodus Privacy traque les mouchards dans les applications.

Exodus Privacy traque les mouchards dans les applications.

Un organisme français appelé Exodus et mis en lumière par l’Université de Yale propose une page édifiante sur les applications mobiles. Sur son site, il est ainsi possible de prendre connaissance des différents mouchards utilisés par les grands noms d’internet pour alimenter les statistiques de leurs programmes sous Android. Faut-il paniquer?

Il est vrai qu’en consultant la liste des plus de 500 applications passées à la moulinette, on peut s’interroger. En effet, quelque 60 différents traceurs sont utilisés dans les programmes mobiles, selon Exodus. Concrètement, ces mouchards plutôt discrets permettent d’analyser les habitudes des mobinautes.

Pour les développeurs et les éditeurs

Grâce à ces petits informateurs, les développeurs et les éditeurs sont en mesure de glaner des informations stratégiques non seulement sur les habitudes des utilisateurs, mais aussi sur les spécifications des smartphones utilisés par leurs clients. Au moment de la publication de son billet, l’Université de Yale constatait que 75% des applications contenaient des traceurs.

Et ce n’est pas pour rien. Ces informations facilitent l’élaboration de feuilles de route pour les développeurs et par exemple, de privilégier certains développements sur d’autres. Evidemment, certains grands noms de la toile ne se privent pas de collecter des données plus ou moins personnelles pour mieux cerner les comportements de leurs utilisateurs.

Des informations si essentielles…

Et là, effectivement, cela peut faire froid dans le dos. L’accumulation et le croisement de ces données peuvent potentiellement permettre de réaliser de véritables portraits robots des internautes et des mobinautes. Que se passerait-il si ces données passaient dans des mains mal intentionnées…

Reste que si la leçon prodiguée par Exodus est des plus instructives, la collecte de certaines informations est essentielle pour les éditeurs de contenus de qualité sur internet. Grâce à ces données, ils peuvent non seulement cultiver une offre adaptée à leurs clients, mais aussi essayer de la monétiser…

Xavier Studer

Plus d’infos sur Exodus Privacy

Exodus se présente en vidéo

4 commentaires pour “Exodus met en lumière les mouchards tapis dans les applications mobiles…

  1. Thomas Tuor
    05/12/2017 à 7:50

    Merci pour cet article. Est-ce une pratique nouvelle ou est-ce que cela a toujours existé? Comment peut-on éviter Facebook aujourd’hui? merci

  2. Rakarth
    05/12/2017 à 8:11

    Cette pratique a toujours existé.

    La première chose que l’utilisateur lambda n’arrive pas à percuter, c’est que rien n’est gratuit et que même si l’argument premier est l’optimisation, la réalité commerciale n’est jamais loin

    La seconde chose est qu’aucun utilisateur, moi compris, ne lit les CGU avant de les accepter et donc signe virtuellement un contrat en un clique qui couvre le devellopeur sur passablement de pratique et application de SLA souvent limites

    • 05/12/2017 à 2:35

      Je ne suis pas d’accord avec votre affirmation « rien n’est gratuit ». C’est comme la fameuse rengaine « si c’est gratuit, alors c’est vous le produit ». Oui, c’est souvent le cas, mais ce n’est pas une règle absolue pour autant.

      Les applications réellement gratuites et sans contreparties (pas de traceurs, pas de publicités…), ça existe, fussent-elles sur nos appareils mobiles ou nos ordinateurs de bureau 😉

  3. Pedro
    05/12/2017 à 5:20

    Non cela n’a pas toujours existé. Les anciens OS et programmes étaient beaucoup plus respectueux à ce niveau là.

    C’est récent et les premiers coupables sont les usagers. Tout le monde donne des informations sur facebook alors que cela ne passerait jamais si le gouvernement faisait voter des lois pour récupérer les même informations.
    Ensuite tout ce qui est smartphone et objet connecté sur internet sans aucune sécurité, sans parler qu’il faut un compte et une connection internet pour tout maintenant.
    C’était à nous les utilisateurs de refuser tout ça sans pouvoir le faire hors ligne.

    Les gens se réveillent bien trop tard… Vous pouvez jeter vos smartphones et attendre un nouvel os comme sur le futur librem 5 pour pouvoir revenir en arrière. Sans parler des os intégré au processeur comme Intel me…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :