Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Réseaux 4G: Salt a-t-il vraiment dépassé Sunrise ces deniers mois?

La campagne Snapchot de Salt.

La campagne Snapchot de Salt.

Salt s’est fendu cette semaine d’un communiqué de presse pour faire valoir ses progrès en matière de réseau 4G. L’opérateur basé à Renens indique couvrir actuellement 98% de la population suisse. Il affirme même avoir dépassé le très vantard Sunrise qui se gausse de proposer le meilleur réseau du pays. Qui croire?

Pour revendiquer ce résultat, Salt brandit les résultats compilés par le test de performance 4G Mark, qui a déjà valorisé à l’étranger d’autres réseaux de l’hexagonal  Xavier Niel, propriétaire de Salt… Quoi qu’il en soit, selon l’opérateur, les résultats du test démontrent une augmentation régulière de ses performances durant les derniers mois.

Travail de longue haleine

Salt estime que «ce superbe résultat est la récompense des investissements massifs et continus sur notre réseau lors des dernières années. Durant 2017, nous avons construit et mis à jour de nombreux sites».

Dans son texte, Salt précise encore qu’il a particulièrement travaillé «sur les basses fréquences qui participent à l’amélioration de la couverture à l’intérieur des bâtiments. Il indique par ailleurs qu’il est le “seul opérateur de téléphonie suisse qui fournit un accès en 4G+ à l’ensemble de sa clientèle”.

Des résultats qui varient en permanence

Que penser? Comme nous l’avons constaté à plusieurs reprises, les résultats des réseaux varient fortement dans le temps et dépendent du planning du déploiement technologique des opérateurs. Les résultats sont aussi très différents d’une région à l’autre.

Salt explique ainsi qu’il vient de mettre à jour plusieurs sites avec la technologie 4G+, notamment à Delémont, Trient (VS), St-Sulpice (VD) et dans la vieille ville de Saint-Gall, où les clients Salt peuvent percevoir une excellente amélioration…. L’aveu de performances insuffisantes jusqu’ici?

Réseaux 4G: un graphique signé Salt.

Réseaux 4G: un graphique signé Salt.

Des tests parfois suspects

Reste tout de même nombre d’interrogations sur ces tests souvent réalisés par des sociétés qui travaillent plus ou moins directement avec les opérateurs. Récemment, l’ex æquo entre Swisscom et Sunrise par Connect m’a paru particulièrement louche…

Enfin, je trouve amusant de constater la publicité régulière autour des résultats de Swisscom et parfois de Sunrise, lors qu’ils avantagent ces opérateurs. Visiblement, ce communiqué de presse de Salt n’a pas trouvé un écho similaire. Un problème quelque part?

Xavier Studer

16 commentaires pour “Réseaux 4G: Salt a-t-il vraiment dépassé Sunrise ces deniers mois?

  1. Thierry
    02/11/2018 à 9 h 09 min

    Paradoxalement, Salt construit davantage d’antennes que Sunrise (du moins dans la plaine du Rhône valaisanne). En moins de 2 ans, il y en a eu 3 à Sierre, 2 à Sion, 1 à Leytron, 1 à Ardon, 2 à Martigny, 1 à Vouvry. Et 1 est en projet à Vernayaz. Pendant ce temps là, Sunrise. 0
    Bizarre quand on annonce à longueur d’année vouloir offrir un « réseau 0 défaut », surtout que la couverture Sunrise dans certains endroits reste mauvaise.

    • Francis
      02/11/2018 à 11 h 31 min

      Il est frappant de constater qu’encore aujourd’hui la vallée de Trient, ou la station de La Fouly ne sont pas couverts par Sunrise, alors que Swisscom et même récemment Salt proposent dans ces mêmes lieux la 4G. Visiblement l’arrivée de Netplus sur le mobile ne force pas son fournisseur Sunrise à investir pour une meilleure couverture.

      • Thierry
        02/11/2018 à 13 h 14 min

        Exactement… Sunrise a bricolé une solution dans la vallée du Trient. L’accès à la 3G Salt est possible pour les abonnés Sunrise.

  2. Tom
    02/11/2018 à 10 h 04 min

    Actuellement je suis pas client Salt , mais je pourrais jamais dire « fontaine « , sur le canton de Ge,c’est pareille Salt est très active, les autres aussi ,mais moins , donc je me réjouis de voir le réseau Salt dans 2, 3 ans, on voit de quoi ils sont capable pour avoir de nouveaux client ,mon fils qui chez Salt , me dit que la couverture s’est bc amélioré ces dernières mois , «  wait and see »

  3. ipoddac
    02/11/2018 à 13 h 16 min

    Avec Swisscom pour le travail et Salt pour le privé, il m’arrive souvent de privilégier le privé pour un partage de connexion pour répliquer mon PC avec les données de la boîte. C’est plus rapide.

  4. Christian Gerber
    02/11/2018 à 16 h 06 min

    Réception 4g sur Sat sur genève très faible. La plupart des gens se remettent en 3G. Ou utilisent les réseaux français qui eux sont plein pot…5

  5. Mat
    02/11/2018 à 16 h 57 min

    Rare de lire autant de commentaires positifs sur Salt 🙂
    On a peut être été trop durs et impatients avec eux, apres tout ils n’ont repris l’operateur qu’il y a 2-3 ans, et ça prend du temps de se transformer et de redéployer un réseau de plusieurs milliers de sites. Surtout avec les règles strictes qu’on connaît pour protéger les citoyens des rayonnements électromagnétiques, autrement plus conservateurs que dans le reste de l’Europe 😉

  6. 02/11/2018 à 17 h 38 min

    « Salt précise encore qu’il a particulièrement travaillé «sur les basses fréquences qui participent à l’amélioration de la couverture à l’intérieur des bâtiments »
    Je me demande bien comment on peut travailler sur les basses fréquences alors que les plus basses sont quand même de l’ordre des 800-900MHz, soit au-delà des 880MHz UHF de la TV, donc des ondes très directives, mais que l’on peut compter sur des réflexions.
    Pour infos:
    En Suisse, les bandes de fréquences des 800 MHz et 2600 MHz se sont ajoutées aux bandes de téléphonie mobile déjà utilisées (900 MHz, 2100M Hz, 1800 MHz). Les fréquences attribuées sont à disposition à compter des dates suivantes:
    800 MHz: immédiatement après l’adjudication en 2012
    900 MHz: nouveau spectre et nouvelles positions de bande après les travaux d’aménagement de réseau en 2014
    1800 MHz: nouveau spectre et nouvelles positions de bande après les travaux d’aménagement de réseau en 2014
    2100 MHz: nouveau spectre et nouvelles positions de bande après les travaux d’aménagement de réseau en 2016
    2600 MHz: immédiatement après l’adjudication en 2012

    • Mat
      02/11/2018 à 17 h 51 min

      Non les bandes basses ne sont pas plus directives, au contraire, il faut des antennes bien plus grandes. Et va expliquer au proprio d’un bel immeuble qu’un mechant opérateur veut mettre une antenne deux fois plus grande sur son toit, c’est pas gagné 😉
      En gros bandes basses = couverture importante en indoor et a la campagne sur une bande passante limitée, et bandes hautes = haute capacité sur des portées moins importantes.
      Donc quand un opérateur promet du Gigabit par seconde a tous les suisses, ça sera surtout vrai dans la rue, les parcs, les gares, les stades, les centres commerciaux, en voiture, mais probablement pas sur son canapé ou dans sa cuisine. Pour ça rien de mieux qu’une bonne connexion fixe…

  7. Nycko
    02/11/2018 à 22 h 22 min

    Oui,pour moi Salt foncé en avant.
    Je suis actuellement à Bettmeralp en Valais et Sunrise peine alors que Salt est au top.
    Je travail dans le Jura Bernois et j’ai même été obligé de mettre au pied du mur Sunrise preuve à l’appuis,pour avoir une ristourne sur mon abonnement qui n’a simplement pas de réseau. Une Honte avec leurs affiches de meilleur opérateur

    • Aldebert Després
      02/12/2018 à 16 h 45 min

      A Nycko,

      Entends-tu Moutier ou en montagne par « Jura bernois » ?
      Il est vrai que j’ai appris que Sunrise avait aussi des trous dans le Jura neuchâtelois, notamment en un parking d’une station de ski. Comme quoi Sunrise et le Jura helvétique, ça fait deux…

  8. Tricoline
    02/11/2018 à 22 h 40 min

    Client chez Salt depuis 2 ans, ceci pour éviter les notes salées des autres opérateurs.

    En périphérie lausannoise, le réseau est tout simplement mauvais, à l’intérieur des immeubles récents bien isolés, c’est du Edge dès que l’on n’est plus dans les étages, voir même aucun réseau dans bien des rez-de-chaussée.

    Salt c’est du bon marché, mais le revers c’est la médiocrité du réseau, prétendre le contraire c’est de la pure mauvaise fois, leur politique est basée sur la captation des clients, pas sur la qualité d’usage, ce n’était pas bon du temps de Orange, rien n’a changé.

    Il faut avoir ce que l’on veut et accepte, c’est pas char, mais c’est pas top.

  9. Julien
    02/12/2018 à 11 h 04 min

    Et comment sait-on quelles nouvelles antelles Sunrise a-t-il installé ? Chez Salt depuis 1 année, je trouve que la couverture 4G est globalement bonne (et même en 4g+), même s’il ne faut pas attendre de miracle dans des fonds de vallée (cf carte de couverture au Simplon, ou vers le St-Bernard par exemple).

    Par contre j’ai l’impression que le réseau est moins « réactif » chez Salt que chez Swisscom. Je reçois parfois des messages 10′ après et je dois parfois « insister » ou attendre le chargement d’une page alors que la réception est largement suffisante. Ce serait intéressant de pouvoir intégrer ce genre d’éléments aux comparatifs. En tout cas c’est en est au point où je pense revenir à Swisscom (UPC ?) ou tenter Sunrise (Yallo).

    • Aldebert Després
      02/12/2018 à 16 h 28 min

      A Julien,
      Pour le réseau Swisscom il y a aussi les opérateurs virtuels Wingo, M-budget et Lycamobile…

  10. 02/14/2018 à 21 h 36 min

    Client de Salt depuis des années, je constate une dégradation des services. Simple exemple: des messages vocaux qui arrivent avec 12 heures de retard. Un classique. On ne parle même pas de l’AppleWatch 4G pas supportée. Idem de Swiss ID. Et personne n’a parlé de la disparition de l’abonnement data multisurf à 10.- pour les clients Salt. Il reste que Salt propose du data illimité en 4G pour 2.-/jour. Imbattable. Au niveau professionnel, nous faisons du streaming via des modems 4G. On a un forfait Swisscom, et deux modems avec du Prepay Salt pour dépanner, quand les débits de Swisscom sont à la ramasse (vécu dernièrement à Château d’Oex: tout ok selon les techniciens Swisscom, mais des débits misérables en réalité). Heureusement on avait Salt.

    La réalité est que Salt abandonne ses services financièrement les plus attractifs pour les clients et que le reste des services ne suivent pas. Je soupçonne Xavier Niel d’avoir massivement investi dans Swisscom ou Sunrise et de n’avoir racheter Salt que pour éliminer un concurrent… 😉

  11. Sébastien Chervaz
    05/01/2018 à 13 h 37 min

    Salt sur Lausanne ça va mais la couverture dans les immeubles est pas super. Aussi on a pas de VoLTE avec Salt et c’est chiant.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :