Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Vers une interdiction du Replay TV et des bloqueurs de publicité?

La TV de rattrapage va-t-elle rester légale sous sa forme actuelle en Suisse?

La TV de rattrapage va-t-elle rester légale sous sa forme actuelle en Suisse?

Le financement des sites d’information, des radios et des télévisions, notamment, dépend parfois largement de la publicité. Cette dernière contribue de manière essentielle au financement d’une information libre, gratuite et de qualité. La TV de rattrapage (Replay TV) et les bloqueurs de publicité menacent dangereusement cet équilibre.

Le manque à gagner est tel que de puissants lobbies s’activent en coulisse pour empêcher le consommateur de slalomer entre les pages publicitaires, comme expliqué ici. La Commission des affaires juridiques du Conseil National propose ainsi que tous les fournisseurs de services TV empêchent leurs clients de pouvoir sauter la publicité, si les diffuseurs en font la demande.

Un intérêt supérieur…

Évidemment, une telle décision impacterait le consommateur et l’empêcherait de regarder aussi facilement certaines émissions, de manière délinéarisée, comme cela s’est généralisé en Suisse aujourd’hui. Je serai d’ailleurs le premier à en être déçu, constatant en permanence le niveau souvent lamentable du discours publicitaire, surtout sur les chaînes suisses…

Cela dit, comme pour les sites web, il est nécessaire d’assurer un certain financement pour pouvoir proposer le libre accès aux contenus au plus grand nombre. Les bloqueurs de publicité et de traceurs, dont nous avons testé ici un sinistre exemplaire, constituent eux aussi une menace contre la liberté d’expression et éditoriale des créateurs de contenus.

Prolonger la réflexion à internet

Pour aller dans le sens de la Commission des affaires juridiques du Conseil National, il est évident que les ayant droit des contenus diffusés sur les différents médias doivent posséder un droit de regard sur le mode de diffusion utilisé. Il est nécessaire qu’ils puissent s’opposer aux différentes formes de mutilation de la propriété intellectuelle qu’ils ont achetée ou produite.

N’en déplaise aux opérateurs, je ne peux que soutenir cette idée et inciter à ouvrir le débat à la diffusion sur internet. Dans la foulée, il me semble donc nécessaire d’interdire tout dispositif (logiciel ou matériel) ou toute tentative visant à sciemment  dénaturer les contenus ainsi que les métadonnées associées diffusés sur tous les médias.

Xavier Studer

44 commentaires pour “Vers une interdiction du Replay TV et des bloqueurs de publicité?

  1. Tricoline
    01/11/2018 à 6:05

    Un replay sans avance rapide c’est tout simplement sans intérêt, mieux vaut supprimer le replay alors !

    Je ne vois pas pourquoi on se préoccuperait du replay sur les chaines étrangères ?

    Et pendant que vous y êtes Xavier, vous qui défendez les idées de cette commission, il faudrait obliger un téléspectateur de dénaturer un navet en lui interdisant de zapper par exemple.

    Mais restons sérieux, interdire ou empêcher c’est bien pour les dictatures, mais pas en Suisse, car celui qui enregistre (pas de replay), il n’aura plus le droit d’activer l’avance rapide, à quand la police de la TV.

    Nos édiles politique serait bien plus inspirée à s’occuper de nos très cher assurances maladies, et de laisser les ayants droits dans leur jus !

    Non aux interdictions et obligations stupides et dictatoriales.

    • 01/11/2018 à 7:00

      +1.

    • Henry Dunant
      01/11/2018 à 12:02

      +2

    • 01/11/2018 à 1:40

      Merci Tricoline. Parfaitement résumé et entièrement d’accord. Dans une année, il faudra vraiment bien choisir nos conseillers nationaux.

  2. Danou
    01/11/2018 à 7:48

    Cet article est bien simpliste, mélangeant déjà le business model de la TV et des sites Internet, très différent. Mais passons et concentrons-nous sur la TV: beaucoup de consommateurs PAIENT pour regarder la TV et disposer de fonctions tel que le replay par exemple! Je ne parle même pas de la redevance – qui est justement déjà sensée financer une bonne partie de ce que l’on regarde -, mais prenez Swisscom TV à tout hasard, Swisscom TV M est facturé CHF 25.- par mois (une fois la connexion Internet déduite). Donc non seulement les consommateurs paient des centaines de francs par année pour une information neutre et de qualité (c’est la redevance donc, c’est peut-être important de le rappeler de temps en temps à ceux qui ne paient pas), mais les consommateurs paient en plus des dizaines de francs par mois justement pour disposer de services comme le replay ou l’enregistrement d’émissions! Et on voudrait les obliger à regarder de la publicité? Ca ne me dérange pas que l’utilisateur des versions gratuites de Zattoo ou Teleboy soit obligé de regarder de la publicité afin de pouvoir consommer de la TV gratuitement, mais il s’agirait d’être un peu plus nuancé pour ceux qui paient des centaines de francs par année précisément pour des fonctions qui permettent de consommer uniquement ce qu’ils veulent. Le seul intérêt supérieur que je vois ici, c’est celui des opérateurs, qui souhaitent le beurre et l’argent du beurre (ils ont déjà la crémière avec la redevance).

    • Rainman
      01/11/2018 à 8:14

      +1
      Si on doit de toute façon être obligés de regarder de la pub, autant arrêter de payer pour tout ça et on garde juste une connexion internet, youtube et zatoo en version gratuite.

    • lpalli
      01/11/2018 à 8:55

      L’article est probablement un petit peu trop simple mais dans le fond il n’est pas si faux…

      En effet on paye en plusieurs parties nos consommations de TV: redevance (pour financer les chaînes SSR et locales), fournisseur (Swisscom TV, UPC et semblables pour la transmission du signal et fonctions supplémentaire et publicité.
      Mais les systèmes qui permettent d’éviter la pub rapportent aujourd’hui seulement aux fournisseurs mais pas du tout aux chaînes qui de conséquence ont une perte nette car leur publicités sont moins vues.

      Je ne pense pas qu’une interdiction de la Replay TV soit la bonne solution pour l’utilisateur final mais trouver un modèle qui permet chaînes de ne pas être que des perdant risque d’être indispensable…

      Le problème de la publicité sur les sites web n’est pas très différent, comment un site « gratuit » peux se financer si les ses publicités sont systématiquement bloquées?

      • 05/11/2018 à 10:30

        Pourtant, tous les sites gratuits ne sont pas forcément financés avec de la publicité ou avec des « contreparties » invasives 😉

    • 01/11/2018 à 1:42

      +1

  3. pag0
    01/11/2018 à 8:40

    @Danou
    Vous avez tout juste dans votre analyse !

    Si le replay devait être supprimé (ou limité), il n’y aurait plus aucun intérêt de payer des services chez des providers comme Swisscom, Cablecom ou autres.

    D’autre part, ça serait se tirer un boulet de canon dans le pied et voir quantité de personnes se tourner vers d’autres formes de diffusions comme Netflix, Amazon (Disney et Fox bientôt).

    A titre personnel, étant abonné aux deux premiers, cela fait bien une année que je ne regarde que le JT de la RTS (en replay) ainsi que quelques émissions du style TTC (via RTS-Play sur ma tablette). La TV en direct n’existe plus chez moi et chez beaucoup de mes connaissances.

    Le business plan défendant un revenu via des spots TV est totalement obsolète, ou le sera très prochainement.

    Alors oui, dans une certaine mesure, obliger de regarder un spot avant la diffusion d’un replay à la manière de Youtube, pourquoi pas, je comprends le besoin de revenu publicitaire, mais interdire le replay ou le limiter, certainement pas !

  4. 01/11/2018 à 8:49

    Je n’ai rien contre la publicité. C’est un mal nécessaire. Tant qu’elle reste discrète et non-invasive.
    Par contre, je suis contre le fait de me faire pister à tout va et que ma vie privée soit scrutée jusqu’à dans le moindre détail. Et c’est juste contre ça que je me protège et que je me bats. Et je suis en droit de protéger ma vie privée… non ?
    Ces sociétés, grosses ou moins grosses, qu’on ne connait souvent même pas, pourquoi je leur dévoilerais ma vie privée, mes déplacements, mes centres d’intérêts,… etc ??? Que ce soit les GAFAM ou autres… qu’ils aillent se faire voir… je ne leur demande rien… qu’ils me fouttent la paix.

    Sinon, pour la TV, je rejoins ce que dit Danou…
    On paie pour une fonctionnalité bien pratique de replay et d’enregistrement. C’est pour revoir une émission… pub ou pas pub…

    Sinon Xavier, je sais que ton blog se finance par la publicité.
    Mais par le passé, je t’ai proposé plus d’une fois, ici-même, de faire un don pour aider à le financer.
    Il y a jamais eu de réaction de ta part à ce sujet.
    C’était à l’époque où les articles ici étaient encore bien plus neutres et intéressants à lire.
    Bref, entre temps, je soutiens des projets et des blogs avec un contenu bien plus sensé. Et leur modèle d’affaires fonctionne tout autant bien, et en respectant la vie privée des utilisateurs.

  5. redge73
    01/11/2018 à 9:03

    100% d’accord avec Tricolore et Danou
    Nous payons largement assez de taxes et abonnement. Justement pour nous permettre le Replay et l’enregistrement privé.

  6. Fred
    01/11/2018 à 9:14

    J’ai rarement lu un article aussi partial et rétrograde. Assez paradoxal, pour quelqu’un qui hurle à longueur de billet à l’ère post numérique et au manque de vision et d’innovation des mastodontes du secteur des télécommunications, de soutenir le retour à la TV de grand-papa.
    « Mutilation de la propriété intellectuelle »… Sérieusement?
    « Dénaturer les contenus »? En quoi la publicité représente-t-elle la « nature » des contenus?
    L’histoire nous a montré (et continuera à le faire) que s’opposer au progrès pour tenter de sauver un modèle obsolète ne fait qu’accélérer la transition vers le prochain modèle plus innovant. En l’occurrence, obliger les gens à regarder des publicités sans intérêt me fait méchamment penser à un épisode de l’excellente série Black Mirror, dans lequel les téléspectateurs sont forcés de regarder les publicités à la TV, et s’ils détournent seulement les yeux, le programme s’arrête et un message d’avertissement, de plus en plus fort, les menace de représailles.
    Oui Messieurs les politiciens lobbyisés, essayez d’entraver le progrès et l’innovation, vous verrez que beaucoup de monde va tout simplement abandonner la TV linéaire et consommer des contenus à la demande, qui sont de toute façon proposés sur tous les sites des chaînes. Ou pire, vont se désintéresser complètement des contenus locaux pour rejoindre massivement les géants américains du secteur comme Netflix.

    • 01/11/2018 à 2:39

      Désolé monsieur Studer , mais votre page est beaucoup plus lisible sans la publicité entre 2 commentaires.

      • 01/11/2018 à 7:53

        Je peux aussi décider que cette page n’a pas de raison d’être sans publicité. Vous n’aurez même plus besoin de la lire!

        • 02/11/2018 à 5:10

          C’est juste ! quel gain de temps, je n’aurais pas eu à lire ces commentaires clivant et intéressants de tous points de vue. Si tout le monde était d’accord et penserais comme vous ce serait dommage !

          Je vous respecte en temps que créateur de contenu de l’un de mes point d’intérêts, c’est indéniable votre sens critique est très apprécié ! Vous n’avez pas peur de mouillez la chemise, mais sérieusement vous êtes pour quelqu’un qui ne vous connait pas, hautain et détestable parfois.

          Pourquoi ne pas changer d’avis ? Le peuple est vraiment aussi stupide ?

          La publicité quelle qu’elle soit est mauvaise pour nous et nos enfants.

          P.S. A votre place chaque année j’organiserais une petite rencontre XStuder à lausanne avec ma communauté 10.- l’entrée boissons repas non compris (pour le prix fixé le comme vous voulez !), tous les ans pour parler actualités. Et viré moi cette publicité

          • 02/11/2018 à 5:49

            Merci pour vos suggestions. Belle fin de semaine

  7. Frédéric
    01/11/2018 à 9:56

    En tant que consommateur (et payeur, donc), le principe est simple: une fois que le signal est à l’intérieur de ma maison, il est hors de question que le diffuseur aie un quelconque contrôle sur ce que j’en fait — c’est un principe qui n’est pas négociable (et qui est reconnu par le droit à l’utilisation privée dans la loi sur le droit d’auteur). Il n’est pas acceptable, quelle que soit la motivation pour le faire, qu’une entité externe me dicte comment je regarde une émission.

    L’histoire nous éclaire à ce sujet. Les studios ont mis des protections sur les DVD; contre les copies non-autorisées ? Non, d’abord, c’était pour contrôler les zones de visionnement: même si vous avez légalement acquis votre DVD, il vous était impossible de le regarder si vous étiez au mauvais endroit.

    Ensuite, justement, c’était pour empêcher le consommateur de passer les pubs (pour les prochains films des studios, p.ex.) — des pubs, je le rappelle, présentes sur un support que vous aviez payé. Et ensuite, joli glissement, c’était pour vous empêcher de passer les spots contre la copie non autorisée. On est plus dans la pub, on est dans la propagande, et c’est totalement inacceptable.

    Le point commun entre tous ces exemples, c’est que les producteurs de contenu veulent forcer les consommateurs à s’adapter à leur business-model. Et c’est toujours une stratégie perdante que de considérer votre client comme un porte-monnaie (ou un simple produit qui vous permet d’encaisser de l’argent avec la publicité) et pas comme quelqu’un à qui vous devez proposer un service attrayant. A ce titre, le lobbying contre le fait de passer les pubs est pitoyable. Et surtout, inutile: comme déjà mentionné plus haut dans les commentaires, ce sont les consommateurs qui heureusement tiennent le couteau par le manche, et qui se rabattront sur le téléchargement sur le service n’est pas à la hauteur.

    Cette position est vraie depuis >20 ans que le téléchargement existe: l’industrie de l’audio-visuel ne peut pas se battre contre le gratuit; mais pour une offre payante, elle doit offrir un service au moins aussi bon. Ca, malheureusement, ça n’a pas encore été compris, et tout montre qu’on continue à aller à rebours du bon sens.

    Ah oui, et concernant la publicité sur les sites web, c’est la même chose. La plupart des internautes que je connais (et moi le premier) n’ont rien contre quelques publicités sur une page. Ce sont les dizaines de trackeurs, dont la plupart des sites abusent, qui sont un problème, et leurs effets sur la protection de la vie privée. Il est possible de mettre de la publicité sans trackeurs; le fait que l’industrie de la pub ne le fasse pas est du à des raisons économiques qui sont compréhensibles de leur point de vue. Mais à nouveau, ce n’est pas fair-play de faire porter le chapeau aux méchants internautes qui utilisent des bloqueurs de traqueurs pour des décisions qui sont celles de l’industrie. Et encore moins de les comparer à un client de bistrot qui vient lire le journal sans rien consommer.

  8. Sybux
    01/11/2018 à 10:22

    Que dire de plus que ce qui a déjà été dit. La suppression du Replay avec avance rapide est un total non-sens. A ce moment là, on va ressortir nos bons vieux magnétoscope et faire nous même l’avance rapide (je sens l’arrivé de box qui enregistrerons pour nous les émissions live pour le revoir après). Actuellement quand je regarde une émission en direct (ca m’arrive encore 🙂 ), quand la pub arrive, je fais 2 choses : 1. Coupure du son (car en plus le niveau sonore et booster pour qu’on entende même aux toilettes), 2. je fais autres choses et je reviens 6 minutes après (duré d’une page de pub hors RTS). Monsieur Studer nous parle de publicité non invasive. Quelqu’un arrive à lire ce blog sans peine avec les pubs au milieu des articles ? Pour mettre ce commentaire, j’ai dû désactivé mon agent « respect de ma vie privée ». 17 Mouchards sur cette page. allez je suis sûr qu’on peut faire mieux ! La publicité ne m’a jamais servi. C’est pas une pub pour une lessive qui va me faire acheter celle-ci. Soignons d’abord notre planète et après nous pourrons nous occupés des problèmes mineurs qui de toute façon ne profitent qu’à une très très très petite minorités.

  9. Jacounet
    01/11/2018 à 1:32

    +10 à toutes les prises de position en faveur de la liberté de choix du spectateur.

    Il n’y a jamais eu de montée aux créneaux aussi virulente à l’encontre des publicités dans la presse écrite, que ce soit les journaux que l’on paie ou peut lire gratuitement.

    Pourquoi? Simplement parce qu’elle est là, présente, les éditeurs l’ont vendue et encaissé le prix.

    Le lecteur peut au choix la lire si il se sent concerné ou voir plus loin ce qui peut l’intéresser.

    Le plus gros problème avec la pub, notamment à la TV c’est l’abondance, le déferlement.
    On a eu des « pages » de publicité de 10 minutes.
    Si les diffuseurs étaient peut-être un peu moins gourmands ce serait éventuellement supportable, mais le but évident n’est pas de nous fournir un service à un prix correct, mais

    principalement de remplir les poches des actionnaires.

    Et comme d’autres l’on déjà dit, nous payons déjà beaucoup par la redevance et les divers abonnements.

    Si on ne peut pas boycotter la publicité on peut éventuellement essayer de dissuader les annonceurs.

    Certains vont dire que je suis bête ou même co… mais je me suis bien amusé avec 4 annonceurs.

    Chez deux marques de voitures je suis allé essayer respectivement 2 et 3 modèles, et à la fin des essais j’ai dit au vendeur que je n’étais pas intéressé mais que je voulais

    juste passer dans les véhicules le même temps que j’avais perdu à voir leurs pubs à la TV.

    Un magasin de meubles j’ai passé presque deux heures à me faire présenter des lits, canapés et fauteuils électriques et au final leur ai dit que mon canapé convenait très bien

    pour regarder leurs pubs à la TV.

    Un magasin axé électro ménager je leur ai fait brancher plusieurs appareils sous prétexte d’écouter le niveau sonore et au final je leur ai dit que en fait ce que la pub nous

    rabâche est bien vrai, avec eux « ça fonctionne ».

    Imaginez, quelques milliers de personnes qui feraient de même…

    Evidemment et heureusement j’ai d’autres choses à faire dans ma vie, mais de temps en temps ça fait du bien d’emme…. ceux qui nous emmer…

    Moi je fais COMME J’AIME.

  10. 01/11/2018 à 1:55

    J’ai adoré tous ces commentaires et ces prises de positions que je partage entièrement. Donc je ne ponderai pas un post similaire. Merci à tous pour votre clairvoyance.

  11. BlaBla98
    01/11/2018 à 2:13

    Bravo aux lecteurs de ce blog qui ne se laissent pas tromper par des propos défendant des modèles d un autre âge. On est en 2018 pas dans les années 80. Les dinosaures du web comme monsieur Studer devraient se remettre en question.

  12. Jipsy
    01/11/2018 à 2:24

    Ces publicités nous coûtent et nous saoulent. Plus personne ne les regarde ! A quoi bon s’entêter à nous asphyxier avec ces clips débiles vantant tout et n’importe quoi. Nous, les téléspectateurs ou les internautes, n’avons pas besoin de publicité, nous la détestons même tellement elle est bête. Au début elles étaient drôles, sympathiques…maintenant elles nous pompent l’iode et ne nous incitent pas à acheter, surtout pas d’ailleurs. Pour internet qui doit rester ouvert et libre, seuls sont qui trouvent un financement doivent pouvoir survivre, c’est la vie.

  13. marco
    01/11/2018 à 5:14

    On enregistrera et on avancera lors de la pub, et si la tv fait bloquer ca on ne regardera que netflix …. trop de pub sur M6 ou TF1 par exemple font qu on a plus envie de regarder la pub … 20 min de pub / h (alors que 12 autorisées) avec 2 coupures dans les films et tout cela ajouté aux 3 voir 4 sponsorings … c est trop.

  14. Carlo
    01/11/2018 à 5:41

    A sa défense la publicité dans la rue vous la subissez tout autant.
    Je m’arrête là 😛 pour la comparaison car on est pas obligés de subir cette pub pendant 10 à 15 minutes!
    Si ça passe, je supprime Swisscom TV et passe ne garde plus que mon gros tuyau internet et je rajoute un autre provider style HBO ou Disney. Mais c’est peut-être ce que nos parlementaires veulent après nous avoir entubé avec une campagne contre no billag.

  15. Tricoline
    01/11/2018 à 5:47

    Votre texte Monsieur Xavier Studer :
    Citation :
    «  »N’en déplaise aux opérateurs, je ne peux que soutenir cette idée et inciter à ouvrir le débat à la diffusion sur internet. Dans la foulée, il me semble donc nécessaire d’interdire tout dispositif (logiciel ou matériel) ou toute tentative visant à sciemment dénaturer les contenus ainsi que les métadonnées associées diffusés sur tous les médias. » »

    Je ne comprends absolument pas votre prise de position, vous soutenez donc les TV privées étrangères (TF1, M6, RTL, …) qui nous bombardent de publicités « suisses » et qui veulent nous enlever le replay, c’est … ????!!!!

    Pouvez-vous objectivement soutenir cela ?

  16. Foxband
    01/11/2018 à 6:32

    Je me demande souvent qu’elle est la réalité vendue par le monde publicitaire…
    À mon avis, les retombées économiques d’une campagne publicitaire sont très largement surestimées d’une manière générale ; ou disons, de plus en plus, parce que de plus en plus de personnes se créent une barrière psychologique, les rendant peu à peu insensibles à tout ce mode de « communication ».
    Je pense que l’influence de la publicité est très hétérogène ; mais les publicitaires ont leur « science » qui prouve que nos cerveaux sont influençables.
    D’un autre côté, il y a beaucoup d’éléments qui semblent indiquer que nous sommes très facilement manipulables.
    Et la vraie question est là : voulons-nous réellement de modèles économiques qui exploitent autant nos faiblesses psychologiques ?

    Mais pour aller dans le concret… vu le découpage très approximatif et parfois faux de la grille des programmes à travers un service tel que Swisscom TV, ils vont devoir mettre les moyens pour baliser les flux de contenu et distinguer le contenu des publicités. J’attends de voir la Suisse être « pionnière » dans ce domaine-ci…

    En tous les cas, en constatant la quasi-unanimité des commentaires, j’apprécie le fait qu’on puisse les lire ; cette liberté est le point que je retiens.
    Après, puisque vous avez fait le lien, Monsieur Studer, j’espère que le temps fera son œuvre et que vous comprendrez que les outils publicitaires sur Internet, par leur nature et leur fonctionnement, sont une menace pour la liberté d’expression de tout le monde.

    • 01/11/2018 à 10:50

      @ Foxband: Votre dernier commentaire est coupé par une monstre pub de VPN Netflix !!!! On ne voit pas ça dans la presse écrite, un article entrecoupé de pub, mais sur ce blog oui.
      On verra bientôt à la TV, comme sur internet, de la pub coupée par des bouts d’émissions de divertissement, de news ou autres. Exemple Youtube.

      • 01/11/2018 à 10:53

        Petite correction: l’exemple Youtube n’est pas à la bonne place dans mon commentaire, il devrait être avant l’alinéa.

  17. Oldwolf
    01/11/2018 à 6:40

    Quid de billag, on taxe de force le quidam pour lui filer de la pub, et maintenant faudrait encore lui interdire de ne pas la regarder?
    De plus en plus respectueux du citoyen, tout cela.
    Les politiques sont a la solde des lobbys donc n esperez rien de bon pour vous de leur part. Cynique et desesperant non?

  18. Domlesgaz
    01/11/2018 à 10:38

    Sur mon écran de 21″, j’ai actuellement 4 gros pavés blindés de pub pour un total de 340 cm2 (en scrollant un peu). C’est presque plus que le contenu rédactionnel.
    Pour être un peu constructif, quel montant par mois ou par année faudrait-t-il vous payer pour pouvoir lire votre blog sans subir cette satanée pub qui le mutile ? Indiquez un IBAN, fixez un prix, multipliez le par une proportion de vos lecteurs et vous serez peut-être surpris en bien.
    Par ailleurs, j’ai noté avec désespoir votre conclusion à propos du financement des chaines commerciales genre M6, RTL9 et d’autres : grâce à ces dernières, on garanti une « information libre, gratuite et de qualité ». Vous pensez vraiment ça ?

  19. Original Mike
    01/11/2018 à 10:50

    Ça présage un gros retour au téléchargement sur des sites tiers ou à l’adhésion a de l’OTT à l’étranger et bye bye Swisscom TV, UPC et autres. On gardera que la connexion Internet.
    Pour le reste, tout est dit. Content de voir que la plupart on conscience de ce que l’on essaie de nous enlever…

  20. Eric
    01/11/2018 à 11:56

    J’ai résilié mon abonnement à Swisscom TV, beaucoup trop onéreux pour les programmes proposés et également suite aux annonces de suppression prochaine du replay..

  21. Joe
    02/11/2018 à 11:20

    Du toute façon c’est toujours la question des possibles alternatives. Si je trouve que sur ce site la pub me dérange, ce n’est pas encore le cas actuellement, alors je ne consulte plus se site. La même chose se passe si on trouve que l’interdiction de sauter la pub TV nous dérange, beh perso si je n’ai plus cette possibilité je ne regarde plus la Tele, je résilie l’abonnement des opérateurs et je cherche des alternatives comme Netflix ou autres sur Internet tout en sachant que je ne peux pas resiller la redevance malheureusement. Perso je suis prêt a payer un peu plus pour pouvoir regarder un film ou une émission sans interruption publicitaire quand je veux et comment je veux, c’est peut-être une piste a explorer.

  22. 03/11/2018 à 10:14

    Monsieur Studer, il existe une bonne alternative à la pub pour votre blog: faire payer votre contenu par un sysrème d’abonnement mensuel ou annuel. Pour des CMS comme WordPress ou Joomla il existe plein d’extensions qui font celà très bien. Perso je serais prêt a payer une somme raisonnable pour lire votre blog.

  23. Agtek
    03/11/2018 à 7:08

    Monsieur Studer, connaissez-vous le Tarif commun 12? Celui-ci prévoie un montant de 1.60 par abonnement pour financer la fonction replay et va aux chaînes. Donc on paie déjà pour oser passer la pub. Le saviez-vous?

    • 03/11/2018 à 7:24

      Oui, mais visiblement ce n’est pas suffisant pour le lobby précité et en lien!

      • Agtek
        04/11/2018 à 9:51

        D’accord pour le lobby mais votre avis à vous? Votre article passe comme chat sur braise sur le fait qu’on paie pour ce service et vous semblez trouver normal qu’on puisse nous bloquer ce genre de fonctions sous prétexte de respect de l’oeuvre(depuis quand les pubs en font partie?).

        • 04/11/2018 à 11:41

          La pub finance l’oeuvre. Il serait temps de le comprendre…

          • Sybux
            04/11/2018 à 12:00

            La pub finance le diffuseur en aucun cas le propriétaire de l’oeuvre. C’est comme les majors de musique qui ne donne à peine 10% des recettes aux chanteurs.

          • Agtek
            05/11/2018 à 10:39

            Si c’est juste une question de montant( sur le sujet de base , le replay tv), pourquoi appeler au blocage et ne pas simplement discuter une légère augmentation dudit montant…

  24. 05/11/2018 à 9:27

    Tout a été dit ou presque dans les commentaires à ce sujet, alors je ne vais pas en ajouter. Par contre, je tenais à réagir sur ce propos :

    « N’en déplaise aux opérateurs, je ne peux que soutenir cette idée et inciter à ouvrir le débat à la diffusion sur internet. Dans la foulée, il me semble donc nécessaire d’interdire tout dispositif (logiciel ou matériel) ou toute tentative visant à sciemment dénaturer les contenus ainsi que les métadonnées associées diffusés sur tous les médias. »

    Je suppose que vous parlez d’une interdiction légale plutôt que technique (qui ne serait rien d’autre qu’un DRM, avec l’efficacité toute relative qu’ils offrent). Personnellement, j’y suis totalement opposé, car je trouve qu’il s’agit là d’une idée dangereuse, notamment pour l’ensemble de l’écosystème numérique.

    En effet, quid des dispositifs parfaitement légitimes comme ceux permettant de recompresser les images d’un site à la volée afin d’économiser de la bande-passante (par ex. Opera Turbo) ? Avec une loi aussi restrictive que liberticide, ils seraient sans aucun doute hors-la-loi. Et je pourrais certainement trouver des dizaines d’exemples similaires (proxys, mode lecture, antivirus, etc.).

    Si l’utilisateur souhaite par exemple interdire le Javascript sur les sites qu’il consulte, par sécurité ou pour des raisons de performances, personne ne devrait pouvoir le lui interdire.

    En fait, à partir du moment où le flux de données est en « possession » de l’utilisateur, celui-ci doit pouvoir en faire ce qu’il en veut (dans les limites définies par la loi, comme l’utilisation privée). Ce n’est pas comme s’il modifiait le code source sur le serveur lui-même 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :