Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

eBlocker: le test du petit cube qui veut préserver votre vie privée sur le net…

eBlocker: un cube pour préserver votre vie privée sur internet.

eBlocker: un cube pour préserver votre vie privée sur internet.

Depuis le début d’internet, les éditeurs de sites utilisent différents outils de statistiques pour obtenir des informations sur leurs visiteurs et parfois proposer de la publicité pour tenter de monétiser certains services. Visiblement, ça ne plait pas aux concepteurs allemands de l’eBlocker! Test d’un petit boîtier censé protéger notre vie privée.

Ce petit cube d’environ dix centimètres de côté est simplissime à configurer. Il suffit de le brancher sur un port LAN libre de son routeur, d’enficher la prise électrique et d’attendre quelques minutes. La configuration se termine en ligne derrière son ordinateur après avoir saisi une adresse qui permet d’accéder à l’interface d’administration. Les publicités et traceurs sont désormais bloqués sur touts vos périphériques connectées à votre routeur (Wi-Fi et LAN).

Installé en cinq minutes

A ce stade, cette connectique m’a posé un premier problème. J’ai dû débrancher un périphérique pour pouvoir brancher ce eBlocker 2. J’ai ensuite connecté à internet le PC fixe débranché en utilisant une clé Wi-Fi USB. Dommage que ce petit cube ne possède pas un ou deux ports RJ 45.

Sur mes ordinateurs (PC et Mac), j’ai découvert une interface (en allemand et anglais) permettant de nombreux réglages. Il est possible de mettre en pause le filtrage pour la machine concernée. On peut aussi choisir de ne filtrer que le «traçage» ou les publicités dans des onglets dédiés. Une option permet aussi de rendre anonyme son adresse IP en passant par des VPN ou le réseau Tor.

Quelques paramètres du cube eBlocker 2.

Quelques paramètres du cube eBlocker 2.

Surveiller les pages https://

Un onglet spécifique permet aussi de gérer les connexions sécurisées. eBocker 2 est capable de décrypter le contenu des pages pour une analyse encore plus approfondie à la recherche de traceurs. Il recode ensuite les pages avant de les envoyer vers votre ordinateur. Cette option nécessite l’installation d’un certificat spécifique, parfois dans le navigateur comme avec Firefox.

Enfin, signalons la possibilité d’utiliser un contrôle parental qui permet de filtrer le contenu de certains ordinateurs ou périphériques listés depuis l’interface d’administration. Il est ainsi possible de bloquer les contenus osés ou les sites de jeux, sans parler des sites de vidéo ou les réseaux sociaux. Sept catégories sont disponibles.

Petits problèmes

Et à l’usage? J’ai parfois constaté des lenteurs en me connectant à certains sites. Une personne de mon entourage n’a pas pu accéder à certaines pages affichées depuis Google en utilisant son smartphone. Parfois certains sites sont indisponibles. Notons que pour résoudre certains problèmes, nous pouvons paramétrer très finement la navigation en blacklistant ou whitelistant certains sites, ce qui peut prendre du temps.

L'interface d'eBlocker 2.

L’interface d’eBlocker 2.

Par ailleurs, il est en principe possible d’afficher pour chaque site une barre orange dans laquelle on dénombre le nombre de traqueurs ou de publicités bloquées. On peut toutefois choisir de laisser la publicité s’afficher sur certains sites internet. Appréciable, mais cette barre orange ne ‘est pas toujours affichée, pour une raison inconnue.

Quelque chose à cacher?

Au final, selon les options, ce petit boîtier cédé entre 129 et 359 francs sur certains sites suisses spécialisés, permet effectivement de bloquer nombre de services internet, notamment certains systèmes de statistiques ou les publicités. Reste que j’éprouve fondamentalement quelques doutes sur cette démarche.

Pour me permettre une comparaison avec le monde réel, si vous trouvez qu’il est normal d’entrer dans un tea-room cagoulé, sans dire bonjour, en vous exprimant avec un accent étranger pour qu’on vous ne reconnaisse pas, pour finalement en quitter les lieux sans payer après avoir lu le journal, bu votre café, et être allé aux toilettes, ce boîtier est tout à fait pour vous. Quelle triste époque.

Xavier Studer

17 commentaires pour “eBlocker: le test du petit cube qui veut préserver votre vie privée sur le net…

  1. 28/10/2018 à 9:23

    Bonne initiative ce boîtier…
    Et j’apprécie que tu en parle Xavier !!!
    J’ai mis en oeuvre un boîtier identique avec un raspberry pi et pi-hole… coût, environ 60 balles… et le boîtier peut se connecter en wifi au réseau aussi. 😎

    Par contre, ta comparaison avec la vie réelle est un peu fausse…
    Perso je paie ce que je consomme au tea-room…
    Pour comparer avec la vie réelle, je ferais plutôt la comparaison suivante:
    Lorsque je me promène dans la rue, je n’aime pas être suivi à la trace et me faire observer tous mes faits et gestes. Je n’apprécie pas non-plus que l’on me donne des flyers publicitaires personnalisés tous les 10 mètres…
    Donc moi, je me protège de ces agressions non sollicitées 😉

  2. Gui
    28/10/2018 à 9:32

    En bloquant les DNS sur son Mac ou PC, on arrive à faire exactement la même chose. Il suffit d’aller bidouiller dans le fichier Host. Et ensuite il y a plein de site qui donne des listes d’adresses IP / DNS à bloquer : https://filterlists.com

  3. Carlo
    28/10/2018 à 11:22

    Je suppose qu’en cas de support demandé au provider, il faudra désactiver le boitier?
    Perso je trouve que c’est une bonne idée pour protéger la vie privée et je suis du même avis sur la comparaison avec la vie réelle que Phil. J’irai même plus loins dans la réflexion car, que je sache nous ne sommes pas rémunérés pour des données que nous générons au profit d’un usage commercial.
    @Phil merci pour la suggestion du raspberry.

    • 28/10/2018 à 1:18

      Non, vous consommez gratuitement des services. Il manquerait plus que ce soit le commerçant qui vous paie votre café. Sordide mentalité. Parasitisme?

      • 28/10/2018 à 6:45

        personnellement, je paie mes services…. que ce soit dans la vie réelle ou bien sur le net…
        ou bien je cuisine par moi-même (autohébergement de certains services)
        et je fais souvent des dons pour soutenir les développeurs des logiciels libres que j’utilise régulièrement…
        et… je refuse qu’on me piste et qu’on me bombarde de publicité… je refuse d’être le produit…

        et… au fait… on ne consomme jamais gratuitement des services sur le net… surtout si ça provient de grosses sociétés…

        d’ailleurs…. utiliser les services des GAFAM revient à prostituer sa vie numérique pour un salaire de misère.

  4. vinni
    28/10/2018 à 2:09

    Je ne vois pas bien le lien entre ne pas vouloir de ciblage publicitaire ou vouloir justement savoir ce que récupère chaque site et le parasitisme ou la consommation gratuite…

    Il me semble qu’en dehors d’internet, dans la vraie vie comme vous dites, c’est justement assez trendy de vouloir savoir où va l’argent que l’on dépense et de vouloir tenter de rester maître de sa consommation. C’est justement ce que semble proposer ce boîtier pour le monde numérique.

    Tout le monde sait que votre site utilise lui aussi des publicité, peut-être cela expliquerait-il un peu votre énervement ?

    • 28/10/2018 à 2:28

      Ce n’est pas une question d’énervement. L’économie en ligne, et notamment celle qui touche à l’information, est toujours à la recherche d’un modèle économique.

  5. Anjoco
    28/10/2018 à 2:46

    Jamais je ne dépenserais autant d’argent pour un tel bidule.il y a d’autres moyens gratuits.

    Après ça je comprends tout à fait qu’on utilise la pub sur un blog ou un site informatif gratuit à la condition qu’on utilise par des gifs ou autres composantes clignotantes qui vous en gêne la lecture.

    Par contre je n’approuve pas qu’on vous localise sans votre consentement. Ce devrait être interdit !

  6. Foxband
    28/10/2018 à 6:05

    Votre conclusion est étonnante…

    Sans doute que pour comprendre tous ces gens clamant, sans honte, tout faire pour éviter d’être tracé, il faut d’abord appréhender que la dichotomie entre le monde réel et Internet est surannée.
    Sur Internet, les conséquences peuvent être bien réelles, étant donné qu’Internet est une composante de notre monde réel ; le pouvoir et l’argent obtenus par le traçage ne sont guère virtuels.
    Internet est entremêlé dans notre quotidien, et surtout, il l’influence. Vous le savez… vous savez déjà tout ce que je viens de dire, c’est votre chère « ère post-numérique » !

    Je pense que la majorité des gens qui évitent la publicité, ne le font pas parce qu’ils seraient contre l’idée d’une rémunération, ou même contre une publicité mesurée. Mais ils ont conscience que le problème de la publicité sur Internet, ce sont ses vecteurs, qui permettent bien plus que la simple réclame.
    Les exemples d’appel au boycottage de certaines plateformes, de certains services pourtant payants mais un peu trop fouineurs sont nombreux.

    Pour reprendre partiellement votre exemple, dans les toilettes : Madame Pipi ne recevra une pièce que si elle reste à une certaine distance du soulagement.
    Mais surtout, et cette fois-ci pour retourner complètement votre exemple : sur Internet, le salon de thé ne ressemble pas vraiment à un salon de thé, ce n’est peut-être qu’une cave avec un écriteau « Salon de thé » ; les murs sont troués, vous y devinez des yeux très curieux, voire inquisiteurs, vous savez qu’ils sont là, qu’ils prennent des notes ; en y regardant de plus près, vous vous rendez compte que la tapisserie se décolle, et en la soulevant, vous y découvrez des oreilles – l’expression est devenue plus vraie que jamais – ; les employés sont cagoulés, seul leur nom est connu, si c’est bien leur vrai nom… ; finalement, vous comprenez que vous ne savez guère où vous avez mis les pieds, et même si l’endroit est réputé pour ces infusions, une certaine amertume commence à vous signifier qu’il vaudrait mieux ne pas trop y prendre ses aises, et ceci que la tasse soit offerte ou non…

    En bref, notre monde n’est pas vraiment un salon de thé…

    • 28/10/2018 à 6:40

      Vous souffrez beaucoup du monde que vous dépeignez?

      • Foxband
        28/10/2018 à 8:28

        Vous pouvez ironiser sur ce sombre tableau, mais si vous ne voulez pas comprendre les craintes d’un grand nombre de personnes, vous n’allez jamais progresser dans votre discours, discours devenu inaudible, car manichéen : assimiler les actes d’internautes soucieux de leur vie privée à du vol et à du parasitage n’aide guère à la réflexion que mérite la rémunération de l’information sur Internet. Beaucoup de ces « voleurs » aimeraient faire les choses différemment…

        Vous devez être en répugnance devant certaines nouveautés de Firefox 63 – sans parler du partenariat avec ProtonVPN.
        Il faut accepter et comprendre les deux versants d’Internet pour créer un dialogue.
        Vous dites que l’économie de l’information en ligne est toujours à la recherche d’un modèle, cependant ce modèle ne sera jamais trouvé si l’on persiste à considérer certains lecteurs et certains clients potentiels comme des voleurs.
        Tant qu’il y aura une antinomie entre publicité et vie privée, vous aurez des « voleurs » – d’un côté ou de l’autre, selon le point de vue que l’on adopte.

  7. David
    29/10/2018 à 7:13

    Pour bien moins cher, on peut faire la même chose avec un raspberry pi, et Pi-hole (https://pi-hole.net/)

  8. Agtek
    29/10/2018 à 9:40

    Pour moi, les parasites sont plutôt les Google, Facebook & Co. Comment appeler autrement ces entités qui sucent jusqu’à la moelle toute information vous concernant pour les revendre au plus offrant, même le plus douteux? Sans que vous ne puissiez le contrôler. Et même si vous n’utilisez pas leurs services! Par ailleurs ils pompent vos infos même sur des sites payants. Bref si un site accepte de mettre de tels trackers en place, je ne vais pas me gêner de me protéger. Et si en retour je suis bloqué par le site, et bien je n’y irai plus. Certains modèles payants ôtent tous les trackers mais de loin pas la majorité.

  9. Olivier
    29/10/2018 à 11:49

    Ce boitier n’est pas très intéressant, trop cher, ne remplit pas toutes ses promesses et peut poser des problèmes dans certaines configurations réseau.
    Afin que la configuration soit simple, le boitier interfère avec le protocole arp pour se déclarer passerelle réseau et faire transiter toutes les connexions vers l’internet par lui. Ceci peut poser des problèmes de connectivité. Quid de la performance puisque tout le trafic internet transite par un boîtier avec un tout petit processeur.
    Le boitier ensuite comme serveur de proxy et injecte du code dans les pages web visitées.
    En principe l’utilisation du protocole https devrait éviter ce comportement et garantir l’intégrité des données entre le serveur d’origine afin d’éviter justement l’injection de code mais le eBlocker résout ce problème en vous faisant installer son propre certificat de sécurité et ainsi contourne ce mécanisme de sécurité. En résumé, vous livrez l’ensemble de votre trafic sécurisé en clair à l’eBlocker pour « traitement ».
    Qu’en est-il si le boitier lui-même avait une vulnérabilité ?
    En fait, sous la fausse promesse de « préserver la vie privée » ce boitier contourne les protocoles censés vous protéger et donne un faux sentiment de sécurité. A déconseiller.

  10. Slovas
    01/11/2018 à 6:44

    À tous ceux qui disent payer leur services sur internet et donc être en droit de bloquer le pub, ou ceux qui ne souhaitent payer que le service rendu considéré comme suffisamment de qualité : combien ont effectivement payé pour lire cet article de M. Studer ? Et pour les autres articles ? À combien estimé vous la rédaction d’un tel article ?
    Venir ici avec un bloqueur de pub pour lire cet article, c’est déjà aller boire un thé sans le payer.
    Les trackeurs sont mis en place par les propriétaire de site. Ne vous croyez pas plus intelligent qu’eux, s’ils pouvaient s’en passer, ils le feraient. Si vous n’êtes pas d’accord avec leur choix, c’est possible, n’allez pas sur leur site, point.
    Imaginez une boulangerie qui vous offre du pain à condition de remplir un questionnaire de 60 pages pour un institut de sondage qui rémunére le boulanger. Si vous « bloquer » le questionnaire, vous volez le pain « offert ». Ni plus ni moins. Si vous n’êtes pas d’accord, vous aller acheter votre pain ailleurs Même si il est moins bon.

    Arrêtez avec l’hypocrisie des bloqueur de pub et la monetisation de vos données vous avez déjà le choix de ce que vous en faites. Juste, moi comme vous, n’avons pas le courage d’exercer tout le temps et partout ce choix et préférons des solutions techniques comme celle de cet article qui seront perdantes pour tout le monde.

    • 02/11/2018 à 5:22

      Sauf que ces traqueurs sont quasi PARTOUT… même sur des sites où l’on paie les services… juste parce que c’est plus simple pour un webmaster d’utiliser google analytics par exemple pour analyser le trafic de son site (alors que des alternatives respectueuses existent)…

      J’ai d’ailleurs déjà demandé à plusieurs endroits où il y avait un blog ou un site intéressant de pouvoir faire un petit don pour le soutenir (ici aussi). La plus part du temps, ma requête est simplement ignorée…

      • 02/11/2018 à 7:12

        Je vous remercie. Je me concentre sur le contenu de ce blog, mon temps étant limité.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :