Le blog high-tech et telecom de Xavier Studer

Société de l'information et multimédia en Suisse.

Ecosystèmes: que font les autorités de la concurrence?

avec 13 commentaires

Marketplace, itunes et Google Play...

Marketplace, itunes et Google Play. Des mesures pour garantir la portabilité des contenus?

Je m’interroge souvent sur l’utilité d’un protecteur des données qui passe ses nerfs sur Street View avant de se faire remettre en place. Ou sur l’efficacité des autorités de la concurrence qui ne s’attaquent que rarement à des dossiers qui pourraient être quelque peu complexes à gérer. Ces institutions préfèrent généralement les opérations coup de poing..

Par exemple, qui  s’intéresse aujourd’hui globalement aux vastes écosystèmes d’Apple, Google et Microsoft? Car ces trois grandes sociétés proposent désormais de multiples services équivalents sur internet, le mobile et les ordinateurs. Et le consommateur peut s’y trouver « piégé » et éprouver des difficultés à passer de l’un à l’autre, surtout à l’heure de la dématérialisation et du « tout nuage ».

En effet, lorsqu’on a acheté pour des centaines ou des milliers de francs d’applications ou de programmes informatiques, il peut être ardu et onéreux de passer à la concurrence. D’ailleurs, certaines de ces marques jouent beaucoup là-dessus pour fidéliser à outrance le consommateur.

Publicité


Pas nouveau: le cas du jeu vidéo
Arrivé à ce point, d’aucuns me répondent invariablement que le phénomène n’est pas nouveau. Dans le jeu vidéo, par exemple, lorsqu’on a acheté un jeu pour telle ou telle console, on ne peut pas passer à une autre. Certes.

Mais aujourd’hui les choses deviennent encore plus délicates. Les trois grand écosystèmes évoqués regroupent des applications mobiles, des programmes informatiques, les contacts des consommateurs, sans parler de la musique, des films, des jeux, des livres numériques, etc.

Magasins parallèles
D’abord, les autorités de la concurrence devraient forcer ces grands groupes à ouvrir des magasins d’applications parallèles, comme sur Android, pour maintenir une certaines concurrence. Mais il est probable que cette mesure soit efficace.

Publicité


Il faudrait alors songer à un système garantissant des passages entre les systèmes. Récemment, en achetant une licence pour Photoshop, j’ai constaté que le boitier contenait non seulement la version PC, mais aussi la version Mac. Il faudrait pouvoir garantir ce principe dans le nuage.

Un achat pour les différents systèmes
Pourquoi ne pas tenter de mettre sur pied un système gui contraindrait les sociétés ayant vendu une version Android ou Windows Phone d’en assurer la mise à disposition gratuite à ce même consommateur, si elle existe sur iOS d’Apple? Evidemment, il faudrait développer une solution technique (on pourrait utiliser le numéro de carte de crédit) mais l’enjeu est bien réel.

Si l’on veut garantir la concurrence entre ces trois grands écosystèmes, il va peut-être devenir nécessaire de ses préoccuper de ce genre de considération. N’oublions pas que Google représente aujourd’hui plus de  90% de la recherche, Microsoft 90% des PC et Apple a failli rafler tout le mobile…

Xavier Studer

Rédigé par Xavier Studer

18/06/2012 à 06:54

13 réponses

Souscrire aux commentaires via RSS.

  1. J’ai effectivement un ami qui a acheté beaucoup de musique et d’applications sur l’app store et itunes et qui a constaté qu’il ne peut plus changer de système.

    Eugene

    18/06/2012 à 07:30

  2. Effectivement, je partage vos intérrogations dans ce domaine. L’idée d’un passage garanti d’un système à l’autre est très séduisante, mais comme vous le dites, il s’agirait de contraindres les acteurs à une telle solution…

    domibe

    18/06/2012 à 07:34

  3. la tâche me semble un peu ardue vue qu’elle ne s’applique pas qu’au domaine de l’informatique, que dans un seul domaine cela implique souvent plusieurs sociétés et surtout que c’est un problème à l’échelle mondiale. C’est toujours un peu le problème actuel pour avoir une action qui touche tous les pays,

    irene

    18/06/2012 à 07:52

  4. Patrick

    18/06/2012 à 09:35

  5. Pour la musique, il y a longtemps qu’il n’y a plus de DRM sur les achats iTunes, donc tout est transférable.

    C’est sûr que mes achats d’applications me retiennent de changer, quoique je n’ai pas vraiment dépensé des centaines de francs, mais c’est surtout le côté matériel :
    j’ai un adaptateur numérique dans ma voiture pour relier l’iPhone à l’autoradio. Comment pourrais-je faire avec Android ?

    Et ne me parlez pas de prise Aux analogique ou de bluetooth, je désire un son de qualité !

    Noisequik

    18/06/2012 à 10:17

    • Et depuis quand le bluetooth n est pas de qualité ? On est plus en 2002 ou on envoyait la musique en 64kb mono depuis son SE p800…y a 10 ans qui ont passé et le bluetooth permet du 320kb, alors si tu estimes que c est mauvais….

      Nycko

      18/06/2012 à 10:49

    • ça fait belle lurette que les autos-radio pas trop pourri accepte les MP3/WMA, pas besoin d’y connecter un smartphone, un copier/coller sur une clef USB et c’est l’affaire qui roule.

      jean-Luc

      18/06/2012 à 16:17

      • Le Bluetooth recompresse quasiment toujours le flux, donc double encodage = qualité médiocre (à moins d’utiliser des codecs comme apt-x, bonne chance!)

        Mes sources audio sont soit des achats online, soit des podcast. Je ne veux pas constamment synchroniser une clé avec un PC! en plus j’écoute régulièrement la radio en 3G.

        Noisequik

        18/06/2012 à 20:42

      • Et grillé ! radio en 3g et pas de DAB…..super blabla pour la qualité audio là.

        Nycko

        18/06/2012 à 22:52

        • Nycko : Vous parlez beaucoup pour ne rien dire malheureusement.
          Il y a de très bon flux en 320kb/s et même moins en AAC…
          Pour le DAB, il y a vraiment trop peux d’appareils disponibles, surtout en 2 DIN, et je ne veux pas racheter un autoradio de toute façon…
          J’attends avec impatience un autoradio Airplay avec réplication sans fil de l’écran de l’iPhone ou de l’Ipad ;)

          Noisequik

          19/06/2012 à 11:10

  6. Eugene,
    Suis un grand consommateur de musique, c est sûre qu avec Itune tout est simple avec le matos correspondant.c est un choix de chacun de vouloir utiliser une seule plateforme pour ses médias…Il y a des dizaines, voir des centaines de plateformes de téléchargement et il faut juste savoir se débrouiller dans la classification de ses médias. Nul besoin d Itune, il y a des service qui permettent de lire en stream absolument tout ce qu on a sur ses Disques durs, alors à quoi bon syncroniser….Et cela marche avec tous les windows phones, Android phones, symbian, et même les combinés Apple si on se démerde sans même Jalibracker….

    Nycko

    18/06/2012 à 10:42

  7. C’est un réel enjeu mais il me semble que les poids lourds sont un peu plus conscients qu’auparavant des risques pris s’ils franchissent trop vite la ligne jaune,
    c.f. sanctions de l’UE, par exemple. Mais il est certtain qu’ils essaient au maximum de capter leur clientèle.

    Par ailleurs, HTML 5 va probablement réduire les fossés creusés entre ces différents environnements.

    Mais il est clair qu’au bout du compte, les utilisateurs ont le choix entre la facilité d’emploi au risque d’enfermement dans une cage de verre ou dans un sachet de coton quand il s’agit du cloud

    et la liberté du libre quitte à ce que l’offre soit moins étendue ou un peu plus complexe à mettre en oeuvre.

    Là aussi il y aura une certaine convergence progressive parce qu’avec l’habitude les utilisateurs seront moins dépendants et que l’offre open source avanc aussi à petits pas discrets mais réels.

    Marie-Jo Jones

    18/06/2012 à 13:01

  8. C’est vrai que l’inter-opérabilité totale des services serait un plus pour les consommateurs mais deviendrai vite un gouffre pour ceux qui les proposent. Il apparaitrait rapidement un déclin au niveau de l’offre et de la qualité des dits services, ces grandes boites n’ayant plus besoin de se faire une concurrence formelle.

    Cependant, ce qui lie un client à une marque c’est tout un ensemble de petites choses, voire d’autres plus importantes.

    Pour ma part, je viens d’en faire l’exemple à l’instant : ayant acquis il y a une semaine le nouvel iPad, je remarque qu’il ne se connecte pas automatiquement à certains réseaux. Petite recherche et effectivement, ce problème est connu et répertorié.
    Bref, je tel aussitôt à Apple pour m’expliquer.
    J’ai rarement connu, ou pour ainsi dire jamais un SAV aussi classe…
    Demain et sur le lieu de mon travail, un coursier UPS viendra chercher le produit et reviendra dans un délai de 4 jours me le remettre en mains propres en vue d’un échange. J’habite Lausanne, il y a au moins 4 ou 5 APR qui auraient pu se charger du transfert, ils le savent et ne me l’ont même pas proposé.
    Si la qualité (en tout genre) a un prix, ça ne me dérange aucunement de payer plus cher pour cela.
    Voila :-)

    MedClass

    18/06/2012 à 15:57


Laisser un commentaire