Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Objets connectés: entre crainte et tremblements!

Le pot de fleur connecté. Un must pour le geek.

Le pot de fleur connecté. Un must pour le geek.

La problématique n’est pas nouvelle, mais une page s’est probablement tournée la semaine dernière. Selon un communiqué du spécialiste de la sécurité Proofpoint, la première cyberattaque lancée à partir d’objets connectés aurait permis d’envoyer 750’000 pourriels. Sur son blog, l’entreprise américaine donne quelque précisions sur les 100’000 appareils concernés.

Evidemment, cette information a déjà fait couler beaucoup d’encre. Imaginez votre réfrigérateur au centre d’un réseau d’ordinateurs zombies… Il ne faut toutefois pas oublier que cette problématique n’a rien de fondamentalement nouveau pour qui a déjà discuté avec des consultants en sécurité…


Le cas des imprimantes

Depuis plusieurs années, les imprimantes, par exemple, sont dotées de processeurs toujours plus puissants et parfois d’une quantité de mémoire non négligeable, ce qui leur confère un potentiel indiscutable en la matière. On trouve d’ailleurs sur internet quelques traces d’attaques menées à partir de tels objets connectés, mais rien de plus. Visiblement la planète n’a pas été mise à genoux par ces millions de périphériques informatiques répartis aux quatre coins du monde.

Alors évidemment, de savoir que sa console de jeu, son lecteur Blu-ray, sa télévision et bientôt son réfrigérateur et sa montre sont connectés à la toile peut susciter quelques inquiétudes. D’autant plus que le mouvement devrait se poursuivre de manière originale. En France, par exemple, la société MEG, veut connecter vos pots de fleurs à la toile et Kolibree votre brosse a dents à votre smartphone!

Une menace réelle

Quels risques? Ils ne sont en tout cas pas à négliger puisqu’il existe désormais des moteurs de recherche spécialisés dans l’internet des objets. Citons les pages spécifiques de Wolfram ou encore Shodan. Grâce à ces fureteurs, d’éventuels pirates pourraient avoir accès aux caractéristiques détaillées de ces objets pour tenter de les détourner de leur mission première…

Il convient toutefois de ne pas céder à la panique. Prenons Android, par exemple, qui focalise beaucoup l’attention de développeurs malhonnêtes. Lorsqu’on sait que la menace provient essentiellement des programmes publiés en dehors du Play Store officiel, on comprend que la majorité de ces produits ne devraient pas poser problème si certaines précautions de base sont prises. Mais le seront-elles? Cet article de Cnet France n’est pas rassurant…

Xavier Studer

8 commentaires pour “Objets connectés: entre crainte et tremblements!

  1. gregory
    19/01/2014 à 11:31

    Intéressant merci. Si je pense que l’on est assez sensible à la sécurité de notre ordinateur, tablette ou smartphone on va l’être beaucoup moins pour notre frigo et on ne se rendra même pas compte si il a été hacké, ca promet.

    • Terminator
      19/01/2014 à 4:27

      Et si c’est du windows dans le frigo, gare aux mises à jour! 😉

      • 19/01/2014 à 7:34

        Oui et si c’est Apple il ne te sera pas possible pas décider quoi mettre dans ton frigo si ils ne t’y ont pas autorisé… Nan je déconne mais là c’était plus fort que moi…

    • palomar
      19/01/2014 à 5:53

      C’est vrai que c’est inquiétant, mais ça dépend des objets. Pour le frigo, je vois mal comment il pourrait me piéger. S’il me dit qu’il faut approvisionner 300 œufs, il aura dépassé les limites de ma crédulité !

  2. ced
    19/01/2014 à 5:03

    Les gens se plaindront que leur frigo n’a pas reçu la dernière MàJ 😀 C’est comme avec les smartphones, c’est pas parce que tu n’as pas de MàJ rapidement que ton smartphone est out. ^^

  3. 20/01/2014 à 11:24

    Le soucis est que pour bon nombre de ces appareils secondaires également connectés, ils n’ont tout simplement pas d’interface pour un quelconque réglage. On ne peut finalement pas y faire grand chose…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :