Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Marques: la périlleuse extension des noms de domaines

Alors que la tendance est plutôt à la simplification de sa présence sur la toile, l’expansion sans précédent de l’espace de noms de domaine de l’internet provoque un intense questionnement dans certains départements de multinationales et des grandes entreprises. Quels sont les noms de domaines qu’il faut conserver ou acquérir?

Jusqu’ici dominé par le domaine .com et une poignée d’autres domaines génériques de premier niveau (gTLD), souvent nationaux ou de caractère très universel,  l’arrivée de près de 1400 nouveaux noms de domaines pourrait bouleverser les stratégies de protection des marques en vigueur sur le Web… Un sacré défi pour les marques qui en ont les moyens!

Grande incertitude

Le nouveau bâtiment de l'OMPI à Genève.

Le nouveau bâtiment de l’OMPI à Genève.

«Les propriétaires de marques sont confrontés à une grande incertitude du fait de l’expansion du système des noms de domaine (DNS), au moment où les budgets consacrés à la protection enregistrent une réduction», a déclaré le Directeur général de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), Francis Gurry.

«La multiplication des adresses internet potentielles découlant du lancement prévu de 1400 nouveaux gTLD obligera les propriétaires de marques à définir leurs priorités en matière d’enregistrement et de protection», a-t-il ajouté dans un communiqué de presse diffusé en début de semaine. La Confédération, qui a demandé le .swiss, a aussi été confrontée à certaines interrogations.

Plus de 1930 demandes

En 2012, diverses organisations et entreprises ont soumis à l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN) plus de 1930 demandes portant sur quelque 1400 nouveaux domaines distincts dans le cadre du programme de l’ICANN relatif aux nouveaux gTLD. Des requêtes très diverses au niveau planétaire.

L’OMPI précise dans sa communication que 116 demandes relatives à des noms de domaine ont été rédigées dans 12 types de caractères différents dans le cadre du système des noms de domaine internationalisés. L’attribution des premiers parmi les nouveaux gTLD dans la zone racine de l’Internet a eu lieu en octobre 2013 et au début du mois de mars, leur nombre avait dépassé 160.

Xavier Studer

5 commentaires pour “Marques: la périlleuse extension des noms de domaines

  1. Brian P.
    23/03/2014 à 11:51

    DNS= Domaine Name Server, rien à voir avec système….

  2. Luciano
    23/03/2014 à 3:11

    Je trouve personnellement que ces milliers de gTLD ne servent pas à grand chose si ce n’est que pour faire rentrer plus d’argent dans les associations du type ICANN, Donuts, avocats, OMPI et autres registrars…

    Car je n’arrive pas à comprendre quel est le réel intérêt pour une marque déposée d’avoir des milliers des noms de domaine qui finissent par tout et n’importe quoi.

    • phil
      23/03/2014 à 8:09

      si tu as un produit et une marque… et que tu n’enregistre pas les noms de domaines relatifs, ton concurrent s’en chargera et « abusera » du nom de ta marque…

  3. 31/03/2014 à 4:54

    Ce qui est exaspérant c’est que Swiss (airline) a (probablement) fait une demande de protection, or « swiss » peut aussi être utilisé comme indication d’origine, comme par exemple avec un nom tel que swiss.watch et il est aujourd’hui impossible de l’utiliser de cette manière.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :