Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Lobbyisme: la NZZ décrypte le système Swisscom

Peu de sociétés suisses disposent d’un système de lobbyisme aussi performant que celui de Swisscom auprès des politiques, voire de l’économie. Le puissant opérateur siège au sommet chez ePower, ICT Switzerland, l’Asut, Economie Suisse ou encore Fibreoptique suisse, selon la NZZ am Sonntag.

Le journal dominical liste les relais du puissant opérateur dans ces différents comités. Cela se joue à un niveau stratosphérique avec le CEO Urs Schaeppi, le responsable de la Communication Stefan Nünlist et le Président de l’entreprise, Hansueli Loosli. Swisscom fait de surcroît appel à l’agence spécialisée d’Andreas Hugi (Furrer Hugi).

Lobbysme de première classe

Ces dirigeants rencontrent dans ces sphères dorées de nombreux politiques influents à l’écoute des besoins de l’opérateur encore détenu majoritairement par l’Etat. La NZZ liste ainsi: Ruedi Noser (PLR) ; Edith Graf-Litscher (PS) ; Peter Bieri (PDC) ; Viola Amherd (PDC) ; Thomas Hurter (UDC) ; Martin Bäumle (VertsLib) ; Martin Landolt (PBD) ; Fabio Regazzi (PDC) ; A. v. Graffenried (Vert), Raphaël Comte (PLR); Bernhard Gühl (PBD) ; Thomas Meier (VertsLib) et Nathalie Rickli (UDC).

Swisscom, le champion du Lobbying, selon la NZZ am Sonnatg.

Swisscom, le champion du Lobbying, selon la NZZ am Sonnatg.

Le graphique de la NZZ am Sonntag illustre parfaitement ce que peut être un réseau de lobbyisme de première classe que beaucoup d’entreprises concurrentes jalousent parfois amèrement comme Sunrise qui réclame depuis une éternité la privatisation complète de Swisscom…

En guise de conclusion, le très sérieux journal s’inquiète dans son article principal des conséquences de la position de Swisscom sur le marché de la fibre optique… A la fin de sa double page, il liste d’ailleurs différentes offres combinées sur la fibre pour montrer les importantes disparités du marché. Soulignons que le journal dominical ne liste qu’une partie des moyens utilisés par Swisscom pour se faire entendre.

Xavier Studer

12 commentaires pour “Lobbyisme: la NZZ décrypte le système Swisscom

  1. merinos
    07/07/2015 à 10:10

    encore une fois, pourquoi suis-je retourné chez Swisscom?

    maintenant, si upc cablecom et Sunrise ne sont pas capables de fournir des services tip top en ordre (quoique, cela s’améliore…), ce n’est pas en tapant sur le premier de classe que les seconds atteindront son niveau. 😉

    • rolgui
      07/07/2015 à 1:48

      Les premiers de classe sont toujours détestés par les moins bons.

      • marco
        07/07/2015 à 2:08

        +1 en effet
        Qui préfèrent tirer le premier vers le bas et leur médiocrité au lieu de prendre exemple et d’égaler / dépasser le premier avec du travail.

    • freemoto
      07/07/2015 à 8:35

      Hum…Je suis justement chez Sunrise et Cablecom, je n’ai pas eu de problème, ni technique, ni de service clientèle…la seule différence, c’est que je paie beaucoup moins cher…

      • Titus
        08/07/2015 à 10:32

        c’est une peu comme chez les FAI français,… tant que ça roule, il n’y a pas de problèmes.
        Mais le jour ou tu en as un, là y a plus personne.

  2. marco
    07/07/2015 à 2:12

    Reste à supprimer le roaming comme chez les voisins 🙂

    http://www.degroupnews.com/marques/free-supprime-les-frais-ditinerance-depuis-tous-les-pays-de-lue

  3. Oreille
    07/07/2015 à 4:44

    Merci Xavier d’avoir relayé cette information publiée par la NZZ.

    Je trouve dommage que trop peu de personnes ne s’intéressent à ce cas d’école, car il y a pas mal à parier que leur comportement serait bien souvent différent lorsqu’ils consomment ou votent.

    Sans tomber dans la théorie du complot, ce système de lobbyisme me parait toutefois limite en démocratie vu qu’il génère généralement deux poids deux mesures, créant ainsi un clivage qui ne profite qu’aux mêmes malheureusement.

  4. Titus
    08/07/2015 à 10:37

    Ok, Cablecom, Sunrise, Salt(é) et autres ne savent que se plaindre… Ah le grand mechant Swisscom.
    Le gros problème, c’est que Swiscom mise sur la qualité du service client, sur la qualité du produit, etc.
    Donc, même s’ils sont les plus chers, ben on va forcement aller chez eux, car il y a du Swiss Made.

    • CH
      08/07/2015 à 4:09

      +1

    • A.
      16/07/2015 à 7:57

      Vraiment le commentaire de Titus m’agace!!!!

      Je suis une qui a travaillé chez Sunrise et donc je sais de quoi je parle. Les personnes du call sont toutes et tous de grands professionnels et très très orientés à l’écoute, aide efficace et solutions envers les clients! il n’y a pas un instant de relâchement! et ils bossent, bossent, bossent. Tous les départements bossent !

      De plus, je n’ai jamais entendu de la part des dirigeants, collègues, ces plaintes contre Swisscom que vous écrivez.

      J’ai moi été licenciée par Sunrise car leur service clients doit être IMPECCABLE et que je ne collais pas. Donc ce que j’écris sur Sunrise est la vérité vraie et CRIANTE. Stop avec ces vomis.

      Allez travailler dans les télécommunications : vous verrez ….je suis persuadée que vous serez le premier à VOUS PLAINDRE!! Le souci Titus c’est que c’est un monde dur où tout le monde veut gagner un peu d’argent et conserver aussi son personnel. A méditer

  5. A.
    16/07/2015 à 7:45

    désolé mais j’ai bossé chez sunrise et je conteste fortement ce qui est écris sur leur service clientèle (service pas tip top!). Sunrise à fait des efforts et je peux vous dire que les personnes au call center sont toutes et tous de très grands professionnels toujours AU SERVICE ET AIDE EFFICACE et CONSTANTE pour les clients !!!! de plus, aucun vomi n’a été dit contre Swisscom ou autre société. Je le dis et l’écris car moi j’ai été licenciée par Sunrise et que le fait d’écrire pour la défendre est la plus vraie et criante des VERITES !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :