Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Test: la Huawei Watch sous la loupe

La Huawei Watch et son verre saphir.

La Huawei Watch et son verre saphir.

Les montres connectées sous Android se ressemblent toutes beaucoup. Cette Huawei Watch semble ainsi pas mal inspirée de la première Motorola Moto 360. Mais attention, car Huawei l’a protégée par un verre saphir et a déplacé le «remontoir»…

Dès la prise en mains, c’est le petit détail qui fait la différence sur cette Huawei Watch. En plaçant le remontoir à «deux heures», le fabricant en facilite l’accès. Dans sa présentation en lien ci-dessous, le Chinois explique qu’une pichenette sur le bouton permet de réveiller à la montre et qu’une longue pression permet d’accéder au menu. Une différence bienvenue, mais qui ne permet pas de rivaliser avec la facilité d’utilisation de la lunette de la Samsung Gear S2.

Finition correcte

Mais revenons à la montre. Le bracelet en cuir se rapproche beaucoup de celui de la Moto 360, mais est peut-être légèrement mieux fini. Différentes versions sont d’ailleurs disponibles sur le marché. Le boîtier, d’une épaisseur raisonnable, en acier inoxydable semble bien usiné. Le tout fait plutôt bonne figure.

La mise en route est comparable avec ce qui se fait dans le monde Android. Il faut mettre sa tocante sous tension, activer le Bluetooth sur le smartphone et télécharger l’application Android Wear, si ce n’est pas déjà fait. Il suffit ensuite de suivre les instructions pour mettre en service son garde-temps logiciel.

Contrairement à d’autres produits, cette montre peut se connecter à n’importe quel Wi-Fi et actualiser ses informations, mais si le smartphone n’y est pas connecté. Elle est donc moins dépendante du Bluetoth et de son cellulaire associé que d’autres. Un réel plus.

Cadran design

On découvre alors une ou deux faces spécifiques à Huawei, dont le très design Blind. La montre se comporte comme ses sœurs sous le système de Google. On peut ainsi utiliser la commande «OK Google» pour lancer de la musique, Maps ou d’autres services. L’ergonomie d’Android Wear reste perfectible.

En cas de réception de notifications, différents mouvements sur l’écran tactile OLED, l’un des mieux piqués du marché, permettent de consulter ou de répondre aux messages. A noter que certaines fonctionnalités sont aussi disponibles depuis l’iPhone, puisque cette montre peut être utilisées depuis iOS, dès la version 8.

Comme les autres constructeurs, Huawei a soigné la partie fitness ou sportive, c’est selon. La montre compte donc les pas, mais est aussi capable de mesurer le rythme cardiaque. Avec une certaine aisance d’ailleurs puisque la mesure démarre très rapidement, contrairement à la Moto 360, très approximative sur cette fonction.

Une bonne journée

Question autonomie, cette Huawei Watch tient facilement une journée, voire un peu plus. Il faut ensuite la recharger avec une sorte de disque magnétique pourvu de trois connecteurs. Moins élégant que la recharge à induction, presque généralisée!

Au final, cette montre s’inscrit dans la tendance Android Wear. Certaines déclinaisons se distinguent par leur look. Reste la question du prix. Cette montre connectée étanche tutoie les 450 francs, soit nettement plus que d’autres aux caractéristiques très proches. Mon conseil: prendre en mains l’objet et le comparer à d’autres avant de craquer.

Xavier Studer

Présentation détaillée de la Huawei Watch

3 commentaires pour “Test: la Huawei Watch sous la loupe

  1. 07/12/2015 à 9:50

    Elle me semble être la plus mieux bien du moment.
    Oû peut-on la voir en vrai et chargée ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :