Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Podomètres et applications: gare aux importantes différences de mesure!

Les valeurs de Google opposées à celle d'Apple.

Les valeurs de Google opposées à celle d’Apple.

Il faudrait marcher quelque 10’000 pas par jour pour sa santé, selon des croyances populaires relayées parfois par le corps médical*. Faut-il encore connaître son activité! A ce stade on aurait tendance à foncer dans les magasins pour s’acheter un bracelet ou une montre connectée, alors que les smartphones peuvent aussi compter nos pas parcourus. Mais que valent ces valeurs? Démonstration édifiante!

Ce matin, par exemple, j’ai mis à un de mes poignets l’Apple Watch series 2 (test complet suivra) et la Polar V800 à l’autre tout en prenant avec moi un smartphone Huawei. J’ai ensuite fait un petit tour du quartier en mesurant parallèlement la distance parcourue grâce à une application de type GPS installée sur le smartphone.

Evidemment, aucune valeur ne concorde. L’Apple Watch fait état de 2995 pas pour une distance parcourue de 2,45 km. Google Fit, qui utilise les données des capteurs du Huawei, indique pour sa part 2875 pas pour 2,1 km. Enfin, la Polar V800 fait état de 3153 pas pour 2,31 km. Le GPS affiche enfin 2,34 km.

Produit testé

Nombre de pas parcourus

Par rapport à Google Fit Distance en km Par rapport au relevé du GPS
Apple Watch series 2

2995

+ 4% 2.45 + 4.7%
Polar V800

3153

+ 9,7% 2,31 +1,3%
Google Fit (Huawei)

2875

2,10 -10,3%
Geo Tracker (GPS) 2,34

Jusqu’à 270% de différence sur une journée!

Comme le montre le graphique ci-dessus, dans des conditions d’activité simple, c’est-à-dire une vingtaine de minutes de marche, ces différents modes de mesure font déjà apparaître des écarts avoisinant les 15%. Les choses se corsent encore lors d’une journée d’activité complète, comme je l’ai souvent constaté ces dernières années sur moult dispositifs.

Samedi, par exemple, l’Apple Watch séries 2 que j’ai porté toute la journée a comptabilisé 13’358 pas pour une distance de 10,76 km. Des chiffres que j’ai obtenus en faisant notamment des courses et en me déplaçant en ville de Lausanne, sans faire de sport. De son côté, Google Fit a mesuré 6632 pas pour une distance de 2,9 km. Cela représente respectivement des différences de plus 101% et de 271%! Que penser?

Le poids des algorithmes

Evidemment, je n’ai pas porté en permanence mon smartphone avec moi même si je l’ai souvent conservé dans une poche, contrairement à l’Apple Watch, ce qui explique une partie de la différence. La raison principale de cet écart est toutefois à aller chercher autre part, c’est-à-dire dans les algorithmes utilisés qui convertissent les indications fournies par les capteurs du dispositif (accéléromètre, gyroscope) en pas. Des calculs complexes.

L’exemple de Google Fit qui envoie automatiquement nos données par internet comme les autres applications est édifiant. Lorsqu’on suit régulièrement son activité, on constate que Google retire parfois un certain nombre de pas de la somme quotidienne. Google indique que ces pas ne sont pas pertinents. Le premier moteur de recherche mondial distingue aussi les pas réalisés en marchant, des activités courtes et de ceux qui ne sont pas associés à une activité.

Comparer ce qui est comparable

En conclusion, on constate que les valeurs affichées par ces dispositifs peuvent être très différentes et il faut en avoir conscience. Souvent, les podomètres embarqués aux poignets ont tendance à comptabiliser une plus grande activité, comme nous l’avions déjà relevé il y a plusieurs années ici. Le plus important est donc de suivre ses déplacements avec le même capteur pour avoir un seul point de repère.

Concernant la méthodologie, j’ai comparé le nombre de pas en me basant sur la plus petite valeur pour montrer l’écart qu’il existe entre les extrêmes. Pour ce qui est de la distance, j’ai retenu arbitrairement les indications du GPS dont le tracé sur la carte fait toutefois apparaître des imprécisions. Dans tous les cas, l’intérêt est de simplement constater les écarts mesurés. Enfin, il convient de noter que les valeurs relevées ne tiennent pas compte de l’intensité de l’activité.

Xavier Studer

*Cette recommandation n’émane pas de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui propose des repères plus complexes en lien ci-dessous. Femina avait aussi consacré un article intéressant sur le sujet.

Recommandations mondiales en matière d’activité physique pour la santé, OMS

Faut-il vraiment marcher 10’000 pas par jour?, Femina, Juin 2015

 

 

7 commentaires pour “Podomètres et applications: gare aux importantes différences de mesure!

  1. 02/10/2016 à 12:24

    En conclusion ce n’est que du business ces machins-choses, qui soi-disant nous aideraient à vivre plus longtemps en affichant notre activité physique.

    • 02/10/2016 à 1:24

      Pas tout à fait. Cela donne tout de même un réel ordre de grandeur. Par ailleurs, certaines montres connectées nous invitent à nous lever, par exemple, au bout d’un certain temps d’inactivité, ce qui reste intéressant.

      • 02/10/2016 à 1:31

        Mon réveil matin fait la même chose.

        • 02/10/2016 à 1:41

          Non, ces appareils sont capables de vous dire que vous êtes assis depuis une heure, par exemple.

          • 03/10/2016 à 8:45

            Ha ha ha. Génial! Avoir besoin d’un appareil pour me dire que je suis assis depuis une heure….

  2. Pedro
    02/10/2016 à 7:52

    J’espère que tout le monde est au courant que tous ces gadgets électroniques ne sont absolument pas précis quelque soit la technique utilisée et le prix payé.
    D’ailleurs pour la plupart, il suffit de bouger le bras en avant et en arrière pour faire des kms…

    Vous n’avez pas tester ça de rester chez vous en bougeant le bras 20min pour voir le nombre de km parcouru.. 🙂

    Aucun GPS grand public n’est assez précis pour ne pas « sauter » en perdant un satellite quelques secondes ou tout simplement car il y’en a pas assez donc la précision n’est pas suffisante et cela ne marchera jamais dans les bâtiments. Les pentes ne peuvent pas être prise en compte correctement comme on fait des plus petits pas pour le même mouvement.
    La seule technique qui serait plus précise est un ou plusieurs capteurs optique et calculer la vitesse de rapprochement de l’objet ce qui donne une vitesse mais il faudrait beaucoup de mesures et ce serait trop energivore pour une batterie.

    Voilà pour les podogadgets mais c’est pareil aussi pour les balances « intelligentes » qu’ils vendent 10x le prix d’une balance normale alors que les chiffres ne sont que des algorithmes en fonction des données rentrées que tout le monde peut calculer. (Genre,âge,poids, un tableau et voilà…)
    Même les balances médicales où ils envoient un courant électrique dans le corps ne peuvent calculer qu’approximativement le taux de graisse dans les jambes.

    Enfin, il faut toujours se renseigner sur les nouveaux objets pour connaitre leur fonctionnement et pouvoir se faire un avis soit même… Et ce n’est pas difficile avec internet Mais c’est plus simple d’acheter et de croire la pub 😉

  3. Elzo
    03/10/2016 à 10:20

    Rien de nouveau… Ceux qui s’inquiètent de leur manque d’activité physique devraient commencer par le déclic mental. Dès qu’ils auront assimilé que c’est leurs habitudes le problème, il suffit d’utiliser une mesure universelle, gratuite et sans batterie: le temps. C’est le seul indicateur qui importe réellement, tout le reste en découle.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :