Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Technologies et information: la Suisse brille au milieu des inégalités…

L'Indice IDE de l'UIT permet de mesurer le développement des TIC.

L’Indice IDE de l’UIT permet de mesurer le développement des TIC.

La Suisse se positionne cette année à la quatrième position du rapport de référence annuel de l’UIT «Mesurer la société de l’information». Les experts relèvent que «le monde est de plus en plus connecté et révèle qu’il existe encore de vastes possibilités d’investissement pour le secteur privé en vue de connecter ceux qui ne le sont pas encore».

Le graphique reproduit ci-contre reflète l’IDI, c’est-à-dire l’Indice de Développement des Technologies de l’information et de la communication (TIC). La Suisse se classe après la République de Corée, l’Islande et le Danemark et devant le Royaume-Uni. L’Allemagne se positionne au 12e rang, l’Autriche au 14e et la France à la 16e place. Il faut descendre jusqu’au 37 rang pour trouver l’Italie, derrière la Grèce…

Des bonds spectaculaires…

On remarquera au passage que les Etats-Unis n’arrivent qu’à la quinzième position, tandis que le Japon doit se satisfaire d’une 10e place. Evidemment, ces indicateurs doivent toujours être manipulés avec une certaine prudence. On relève ainsi qu’en une année certains pays reculent de plusieurs positions. Dans les Caraïbes, St. Kitts and Nevis progresse par exemple du 54e au 34e rang pour des raisons spécifiques…

Quoi qu’il en soit, le rapport «Mesurer la société de l’information» constitue le recueil des données et des analyses les plus fiables et sur le développement des TIC dans le monde. Gouvernements, organisations internationales, banques de développement et analystes du secteur privé du monde entier s’y réfèrent, notamment pour développer une vue globale de la situation et imaginer le futur.

Une question de développement durable

«Si l’on veut accroître le nombre de personnes connectées, il est important de s’efforcer de réduire les inégalités socio-économiques en général. Les niveaux d’instruction et de revenu sont des facteurs déterminants dans le fait que les personnes utilisent ou non l’internet. Les TIC joueront un rôle de premier plan dans la réalisation de chacun des 17 Objectifs de développement durable (ODD)», a déclaré le Secrétaire général de l’Union internationale des télécommunications (UIT), Houlin Zhao.

Pas très visionnaire, mais pertinent, l’UIT relève que «parce qu’il est de plus en plus ubiquitaire, ouvert, rapide et riche en contenus, l’internet a changé notre manière de vivre, de communiquer et de faire des affaires, et offre d’incroyables avantages aux populations, aux pouvoirs publics, aux organisations et au secteur privé. Pourtant, de nombreuses personnes n’utilisent toujours pas l’internet et un grand nombre d’internautes ne profitent pas de toutes les possibilités qu’il offre.»

TIC: l’Europe en pointe

Même si l’Europe a perdu certains fleurons, elle continue de cultiver un certain savoir en la matière. «Elle reste aux avant-postes en ce qui concerne le développement des TIC. Il s’agit de la région du monde où la valeur moyenne de l’IDI est la plus élevée. Les pays d’Europe ont en général des marchés des communications libéralisés avec des niveaux élevés en ce qui concerne l’accès aux TIC, l’utilisation de ces technologies et les compétences dans ce domaine», précise l’UIT dans son communiqué.

D’un point de vue économique, les prix des accès aux réseaux fixes ou mobiles continuent de ses tasser globalement. A l’échelle internationale, le prix moyen des abonnements au large bande mobile sur téléphone a baissé, passant de 29 dollars PPA par mois en 2013 à 18 dollars PPA en 2015. Il convient d’ailleurs de préciser à ce point la position de la Suisse souvent décriée par des milieux mal informés et qui ne cessent de nous rabâcher les oreilles avec des concepts, désormais un peu dépassés, tels que «la Suisse, cet ilot de cherté»… Décidément, ces «élites» en pleine numérisation ne suivent pas le rythme…

Des tarifs raisonnables en Suisse

Le panier type d’achat mobile 2015 montre que la Suisse se classe au 27e rang, mais devant l’Italie. Sur le réseau fixe, notre pays se positionne en 8e position devant tous nos voisins… Enfin, en matière d’accès à l’internet mobile pour 500 Mo de données, l’Helvétie se positionne au 14e rang mondial, tandis que dans le panier type abonnement, elle se classe 28e pour 1Go de données, certes après nos voisins, mais devant l’Espagne…

Evidemment, la fine escouade d’experts en communication de l’ancien monopoliste Swisscom n’a pas manqué une si belle occasion pour se profiler. «Ce développement s’explique par la concurrence infrastructurelle entre les câblo-opérateurs, les entreprises d’électricité et Swisscom ainsi que par son cadre réglementaire, plus libéral que celui de l’UE», écrit ainsi l’ogre bleu dans un communiqué qui répond ainsi indirectement à certaines critiques formulées contre le système suisse.

Xavier Studer

4 commentaires pour “Technologies et information: la Suisse brille au milieu des inégalités…

  1. Ronald
    26/11/2016 à 12:55

    j’étais persuadé que les usa étaient numéro un ils sont en fait plutôt mal classés, pourquoi

    • E.L.O
      27/11/2016 à 10:02

      L’étude ayant pris les USA dans leur intégralité, c’est donc une moyenne. Il doit donc y avoir des différences considérables entre les Etats.

  2. Ludo
    26/11/2016 à 5:27

    Il y a une petite erreur dans le deuxième paragraphe. Vous avez indiqué que l’Irlande (capitale : Dublin) est en deuxième position. Or, il s’agit se l’Islande (capitale : Reykjavik).

    L’Irlande est classée 21e, ce qui est piquant pour un pays qui possède le siège européen d’entreprises tels que Google, Facebook, Microsoft, Apple, Amazon, Oracle, Dell, etc…

    Quand à la Corée du Sud, elle est souvent classée en 1e position, peu importe l’émetteur du classement ou la méthodologie utilisée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :