Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

«Mégadonnées à la volée»: une application de l’EPFL pour mesurer le bruit à Genève

Une application de l'EPFL pour mesurer le bruit à Genève.

Une application de l’EPFL pour mesurer le bruit à Genève.

L’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) invite les propriétaires de smartphone Android genevois à enregistrer les bruits autour d’eux. En utilisant le potentiel des métadonnées générées à la volée, ces scientifiques veulent établir une cartographie participative de l’environnement sonore du canton afin d’y évaluer la qualité de vie.

«Notre but est de récolter le plus grand nombre de sons enregistrés dans tout le canton de Genève, les agréables comme les désagréables. Les sons d’origine naturelle nous fourniront également des informations inédites pour mieux connaître la biodiversité du canton», explique Stéphane Joost, géographe au Laboratoire de Systèmes d’Information Géographique (LASIG) à l’EPFL.

Vaste projet basé sur l’Open Data

L’application NoiseCapture est le fruit d’un projet de recherche européen basé sur l’Open Data, ENERGIC-OD. Ses paramètres ont été développés par le Laboratoire Lab-STICC, une Unité Mixte de Recherche du CNRS basée à Vannes, en Bretagne, et des acousticiens de l’Institut français des sciences et technologies des transports de l’aménagement et des réseaux.

Selon un communiqué de presse, ce petit programme s’inscrit dans le projet plus large, NoisePlanet, offrant divers outils de mesure du son en open source. En Suisse, Stéphane Joost analyse les données récoltées, qui apparaissent sur une carte et qui complètent une base de données existante: SonBASE.

La nouveauté de NoiseCapture est de permettre aux gens exposés à certains bruits de les caractériser avec l’aide de mots-clés. Après leur collecte, les données récoltées sont traitées par un algorithme basé sur l’intelligence artificielle. Plus les contributeurs participent, plus la carte de l’environnement sonore sera précise et représentative.

Pour tous les smartphones Android 

Dès l’installation de l’application, un étalonnage du micro harmonise l’enregistrement des sons, indépendamment de la marque du smartphone. L’application permet de géolocaliser le son, d’enregistrer le niveau de décibels, les fréquences, la date, la localisation, de prendre une photo du lieu, d’en mesurer son agréabilité et, enfin, d’ajouter un commentaire.

Ensuite, des catégories spécifiques permettent d’apporter d’autres précisions à l’enregistrement, par exemple, s’il s’agit d’un son mécanique (trafic, travaux…) ou naturel (oiseaux, rivière…). Un enregistrement d’au moins 20 secondes est préconisé. Plusieurs contributeurs peuvent faire part de leurs perceptions d’un même endroit.

XS

Télécharger l’application NoiseCapture

Les enregistrements de NoiseCapture

Le projet Urbagene

3 commentaires pour “«Mégadonnées à la volée»: une application de l’EPFL pour mesurer le bruit à Genève

  1. Efusuca
    03/02/2017 à 6:43

    Bonjour!
    Juste une petite observation. Dans le titre vous avez écrit <> au contenu <>. Il n’y a-t-il pas une erreur ?

    • Efusuca
      03/02/2017 à 6:49

      Désolé! Les mots entre deux tapés depuis iPhone n’apparaissent pas. Je voulais écrire ´Métadonnées’ au lieu de ´Mégadonnées’…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :