Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

«La numérisation n’attendra pas le secteur de l’électricité!» Vraiment?

Un centre d’interconnexion et de données d'Equinix à Zurich.

Un centre d’interconnexion et de données d’Equinix à Zurich.

Pour une fois, le lobby suisse des télécoms met le doigt là où ça fait vraiment mal. Dans un éditorial intitulé «La numérisation n’attendra pas le secteur de l’électricité!», l’Asut met en lumière un problème qui provoque des cauchemars à l’astrophysicien Stephen Hawking…

La multiplication des appareils et objets connectés a pour corollaire une consommation en énergie toujours plus folle. Si les besoins en électricité des gigantesques centres de données ou d’interconnexion provoquent régulièrement des articles dans les médias toujours à l’affût d’images qui marquent, ce problème concerne tout le monde.

Toujours plus d’énergie pour le virtuel…

Dans son bulletin, l’Asut cite l’exemple de cette fameuse monnaie, très médiatique et qui ne serait probablement rien sans les médias et dont je n’ai d’ailleurs jamais parlé… Les chiffres donnent le tournis, comme ceux d’ailleurs de l’utilisation du réseau des réseaux…

«La consommation mondiale d’électricité induite par les transactions Bitcoin, qui s’élève à 24,52 milliards de kWh, correspond à environ 42% de la quantité annuelle de la Suisse. Il y a cinq ans déjà, l’Office fédéral de l’environnement avait estimé à 4,6 milliards le nombre de kWh engloutis par l’infrastructure internet en Suisse», selon Marcel Frei, directeur d’EWZ et membre du Comité directeur de l’Asut.

Un simple problème économique et technique?

Et alors? Si l’Asut estime que cette consommation va défier les acteurs traditionnels de l’énergie et permettre à d’autres de se mettre en scène comme Google, Apple, Swisscom Energy Solution, voire Ikea, certaines têtes pensantes sont beaucoup plus critiques et voient dans cette évolution une menace pour notre planète…

Le célèbre astrophysicien Stephen Hawking estime que nos besoins en énergie, combinés à l’explosion de la population sur notre planète constituent une telle menace qu’il s’agirait de commencer à réfléchir afin de trouver une solution pour la fuir d’ici à 2600 environ, car elle pourrait littéralement se transformer en boule de feu…

Xavier Studer

3 commentaires pour “«La numérisation n’attendra pas le secteur de l’électricité!» Vraiment?

  1. Pedro
    02/12/2017 à 08:59

    Pas en suisse, on va baisser notre consommation d’ici 2050 et c’est all inklusive 😉
    C’est ce qu’on a voté malgré le réchauffement climatique et la baisse de la production hydroélectrique ainsi que l’arrêt de nos dinosaures de centrales nucléaires.

    Tout devient électrique même ce qui ne l’était pas avant et on rajoute voiture + camion qui sont dans le 70% de la consommation énergétique en suisse mais pas de problème que nous dis la confédération et en plus notre production électrique est green car c’est ce qui est marqué sur toutes les voitures… Charbon, gaz ou pétrole pour notre futur électricité green ?

  2. 02/12/2017 à 11:04

    Il y a bien plus grave que l’électricité, c’est l’eau. On peut vivre sans électricité, mais pas sans eau, potable bien entendu..

  3. Carlo
    02/12/2017 à 11:15

    Je vous encourage à lire cet article

    UN « AVATAR » VIRTUEL CONSOMME AUTANT D’ÉNERGIE QU’UN VRAI BRÉSILIEN

    http://www.novethic.fr/actualite/environnement/economie-circulaire/isr-rse/un-avatar-virtuel-consomme-autant-d-energie-qu-un-vrai-bresilien-108365.html

    A la fin il va falloir trouver des solutions à ces problèmes. Comme l’humain n’est inventif qu’au bord du gouffre on verra comment il pourra solutionner ce problème très bientôt car ce n’est pas que les TIC qui consomme, mais aussi nos futurs véhicules électriques et nos maisons de demain. Il faudra bien une énergie propre et en abondance.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :