Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Le test multimédia de l’Acer Chromebook Tab sous Chrome OS avec Google Play!

L’Acer Chromebook Tab sous Chrome OS.

L’Acer Chromebook Tab sous Chrome OS.

Il plane comme un doute sur l’avenir des tablettes sous Android. Dans ce contexte, Acer a lancé sa Chromebook Tab 10, une ardoise tactile animée par Chrome OS équipée d’origine d’un stylet Wacom, une référence en la matière. Pour 369 francs, elle donne aussi accès au Google Play et ses centaines de milliers d’applications. Test!

Dès la prise en main, cet objet surprend par sa coque bleue en polycarbonate structurée, comme on le constate sur les photos ci-dessous. La finition de l’objet qui pèse tout de même plus de 550 grammes est correcte, bien que très plastique. La mise en marche, de même que tous les démarrages se font en des temps record! Fiche technique.

Il suffit de recharger la Chromebook Tab grâce à son port USB-C 3.1, de la mettre en fonction et d’introduire son login et son mot de passe pour accéder aux multiples volets de son compte Google. Evidemment, on accède par le navigateur à tous les services du géant du net, mais il est aussi possible d’installer des applications du Google Play sur les 32 Go d’espace de stockage…

Chrome OS repensé pour le Google Play…

Je ne résiste donc pas à télécharger Word, mais on peut aussi installer Skype, Photoshop Lite et de multiples applications, notamment Google Maps, pour les posséder en local. Google a donc dû mettre de l’eau dans son vin par rapport au concept initial et admettre que rien ne remplace des applications installées directement sur la machine, dans ce cas équipée de 4 Go de mémoire vice et d’un processeur ARM Cortex A72 à deux cœurs.

La prise en main a été entachée par quelques lenteurs et lags. J’ai même expérimenté un plantage. Après avoir essayé différentes combinaisons de touches, j’ai réussi à éteindre, puis redémarrer cette Acer Chromebook Tab pour pouvoir lancer Photoshop et effectuer quelques tests avec l’appareil photo principal.

Cinq et deux millions de pixels

Le capteur principal de cinq millions de pixels peut effectivement dépanner. Mais comme le capteur secondaire de deux millions de pixels, il ne faut pas trop lui en demander en basse lumière, car les résultats sont vite pixelisés et gâchés par un bruit important. Aucune option ne permet d’adapter le mode de prise de vue.

Il est également possible de réaliser des vidéos avec les deux capteurs. Utile par exemple pour utiliser des logiciels tels que Skype ou WhatsApp. Dommage que là aussi les résultats en basse lumière soient un peu décevants. Je n’ai par ailleurs pas trouvé d’options permettant d’ajuster la qualité ou permettant de réaliser quelques réglages.

Un stylet des plus utiles

Fait remarquable, cette tablette est livrée avec un stylet qu’il est possible de glisser dans son corps. Parfait. Simplement génial pour dessiner des croques dans OneNote ou dans d’autres outils de saisie de Note. Le stylet Waco est par ailleurs très agréable en main.

Evidemment, je ne résiste pas à tester la reconnaissance de caractère. Pour obtenir les meilleurs résultats, il faut d’assurer qu’elle soit aussi bien réglée sur français. Et là, je dois avouer que j’ai été bluffé. Simplement remarquable autant au niveau de la reconnaissance que des différentes options permettant d’insérer le texte ou de le corriger. Un vrai point fort.

Une ergonomie perfectible

Et au quotidien? Après avoir été un peu déconcerté par cette double conception «application web» vs «application play store», puisque deux magasins d’applications sont disponibles, on finit par installer des programmes traditionnels, possibles à utiliser ne mode multifenêtre d’ailleurs. Pas mal!

En poursuivant nos essais, on apprécie différentes options, comme la prise mini-jack, la possibilité d’introduire une carte micro-SD. Côté son, on est un peu déçu par la qualité audio, mais ravi par le bel écran de 9,7 pouces de 2048 par 1536 pixels. Un réel point fort, notamment pour visionner des vidéos jusqu’en 1080 p, résolution maximale supportée.

Au final cette ardoise enthousiasme par certaines potentialités, mais Chrome OS peut peiner à convaincre sous cette forme un peu brouillonne. De même, il est regrettable que cette tablette ne possède pas un scanner d’empreintes digitales, côté sécurité. Reste un produit qui convaincra de nombreux publics pour des utilisations potentiellement très variées. L’autonomie pouvant atteindre 8 à 9 heures dans certaines conditions est un plus.

Xavier Studer

8 commentaires pour “Le test multimédia de l’Acer Chromebook Tab sous Chrome OS avec Google Play!

  1. Bob
    07/23/2018 à 8 h 26 min

    Bref, mis à part le stylet, le reste est sans panache. Autant prendre un iPad au même prix, non?

  2. Pascak
    07/23/2018 à 9 h 13 min

    Bonjour, C’est quel logiciel pour la reconnaissance de caratères ?
    Merci pour l’article.

  3. Pierre Henry
    07/23/2018 à 9 h 36 min

    ce nouvel appareil semble intéressant, mais je préfère mon Acer chromebook 14, plus grand, avec un vrai clavier, qui coûte le même prix, mais moins facile à transporter, évidemment

  4. 07/23/2018 à 10 h 01 min

    Autant prendre une vraie tablette Surface Go
    Prix 499.- CHF TTC et 10% réduction pour parents, étudiant(e) et enseignant(e) soit environ 474.05 CHF TTC disponible en précommande.
    Disponible dès le 27 août 2018

    Microsoft Surface Go
    https://youtu.be/krRRskzHWFE

    page officielle en Suisse Microsoft Surface Go
    https://www.microsoft.com/fr-ch/p/surface-go/8v9dp4lnknsz
    _________________

  5. Pascal
    07/23/2018 à 10 h 42 min

    Pas tout le monde à envie d’utiliser du Windows.
    Personnellement, sous Google Docs, Sheet, G-mail etc, j’ai découverts les possibilités de travail collaboratifs et la facilité de mise en oeuvre d’un Chromebook et le coût de maintient de ceux-ci m’ont fait oublier le monde Windows pour une de mes activités.

  6. Carlos
    07/24/2018 à 20 h 29 min

    Est-ce que l’on peut installer des applications provenant du monde linux en plus de Google Play ? (accès au shell possible ?)
    Les premières version de cet OS 100% web n’était pas des plus pratique mais Google semble avoir repensé la chose. Il s’approche d’un Linux avec le store d’Android d’après ce que j’ai pu lire.
    On peut créer un compte 100% local sans être connecté à Internet ou il faut toujours un accès Internet obligatoire ?

    • MG-1
      07/26/2018 à 7 h 01 min

      Je n’ai aucun système avec ChromeOS, mais il faut certainement avoir un compte Google pour activer un appareil ChromeOS. Ensuite, on peut activer une modalité sans internet, mais avec fonctions très limitées.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :