Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Ericsson et Swisscom communiquent ensemble sur la 5G en Suisse…

Le partage des fréquences existantes entre la 4G et la 5G proposé par Ericsson.

Le partage des fréquences existantes entre la 4G et la 5G proposé par Ericsson.

La 5G continue de faire couler beaucoup d’encre. Alors que les opérateurs sont confrontés à une levée de boucliers contre l’installation de nouvelles antennes, Ericsson propose une solution intéressante pour une rapide implémentation de la 5G en Suisse: le partage de spectre entre 4G et 5G sur les antennes existantes! De la poudre aux yeux?

Dans un communiqué de presse diffusé lundi, Ericsson avec Swisscom et Qualcomm expliquent comment ils pensent faire la différence grâce au partage du spectre des fréquences 4G/5G, une technologie que nous avions déjà évoqué lors du MWC 2019 de Barcelone. Une simple mise à jour logicielle devrait permettre un déploiement fulgurant sur le réseau mobile existant!

L’ogre bleu prêt à croquer le marché 5G?

Dans son texte, Ericsson indique qu’un jalon vers la 5G a été franchi le 31 octobre. Le premier transfert de données mobile 5G a été effectué avec Ericsson Spectrum Sharing (ESS) en collaboration avec Swisscom et Qualcomm Technologies. Cela devrait aider l’opérateur historique à atteindre son objectif de couvrir 90% de la population en 5G d’ici la fin de cette année.

«L’ESS permet à Swisscom d’utiliser de manière optimale le spectre de fréquences et l’infrastructure existants pour les clients 4G et 5G. Le partage du spectre permettra à Swisscom d’offrir à ses clients une couverture 5G complète le plus rapidement possible», souligne Patrick Weibel, responsable du programme 5G de Swisscom.

Quel déploiement rapide de la 5G?

«Avec l’ESS, les opérateurs mobiles peuvent tirer parti de leur investissement dans le système radio Ericsson sur les bandes de fréquences actuellement utilisées pour le LTE (4G) pour permettre une introduction rapide du 5G», estime pour sa part Hannes Ekström, responsable de la ligne de produits RAN 5G chez Ericsson.

Cette solution logicielle doit diviser dynamiquement le spectre entre les signaux 4G et 5G en fonction de la demande mobile. Le passage d’un signal à l’autre s’effectue en quelques millisecondes. Elle est compatible avec tous les smartphones 5G, qui prennent en charge la fonctionnalité de partage de spectre normalisé.

L’illusion de la 5G?

Mon commentaire? Le consommateur risque de se poser des questions lorsqu’il verra le logo 5G apparaître sur son smartphone flambant neuf, mais ne bénéficiant pas forcément d’un gain de rapidité d’un facteur 10, comme le laissait entendre la propagande initiale des équipementiers qui comparaient les performances de la 4G actuelle avec celle de la 5G sur les ondes millimétriques utilisées dans des conditions idéales….

Les concurrents du couple Swisscom-Ericsson s’en donnent d’ailleurs à cœur joie! «Pour le moment, Sunrise renonce donc à développer la 5G sur les fréquences existantes (700 MHz à 2600 MHz). Cela apporterait l’avantage d’offrir rapidement une couverture 5G à grande échelle, mais les appareils compatibles sont actuellement rares et les vitesses de connexion sont relativement similaires à celles de la 4G+. On parle même de “deux classes de 5G”», s’amuse ainsi le challenger suisse des télécoms s’appuyant sur le très sérieux Huawei…

Xavier Studer

Les explications de Swisscom sur le canal YouTube d’Ericsson (dès 15e min. env.)

8 commentaires pour “Ericsson et Swisscom communiquent ensemble sur la 5G en Suisse…

  1. Tricoline
    12/11/2019 à 06:50

    Merci pour cette info Xavier !

    Que diable, nos opérateurs sont prêt à tout pour « déployer » la 5G, même en partageant le spectre avec la 4G, donc c’est … de la poudre aux yeux, sans plus.

    Cela ne fournira pas plus de débit, ni plus de bande passante, c’est une monumentale tromperie, osons l’écrire.

    Pour dire simple, cela ne sert à rien.

    Ce n’est pas comme cela que la 5G va passer dans le public, gare au retour de bâton.

    • Fred
      12/11/2019 à 08:09

      *Notre* [cher] opérateur en l’occurrence, et non pas *nos* opérateurs, puisque Sunrise reconnaît implicitement que c’est de la poudre aux yeux et y renonce, et que Salt laisse sagement et silencieusement ses deux “grands frères” essuyer les plâtres et la fronde populaire.

  2. 12/11/2019 à 07:59

    La faute aux parano 2/3/4/5G, ce sont toujours les mêmes Charlots qui bloquent l’évolution numérique, les mêmes qui ont un téléphone cellulaire et cela ne les dérangent pas leur non sens, nous n’avons pas de récepteur radio commande une chauve-souris, un dauphin,

    Nous sommes entourés en permanence d’ondes radio entre les satellites, radars, antennes, etc..

    Il faut simplement que les fabricants et appareils respectent scrupuleusement les normes afin d’éviter les défauts qui eux ,effectivement, peuvent nuire et parasiter les appareils et humains en cas de mauvaise isolation tout comme l’électricité et cela ne date pas d’hier.
    Les marchands vendent beaucoup trop de produits aux défauts, c’est là le problème. pas le s normes réseaux et ou radio.

    • Philippe
      12/11/2019 à 14:14

      Vous seriez un climato-sceptique adepte de la pollution a outrance que je n’en serai pas étonné…

    • Oreille
      13/11/2019 à 22:43

      Respecter les normes, vous dites.

      Dans les faits il s’agit bien de cela dont il est question, mais dans l’application de ces normes voire dans l’édition de celles-ci.

      Vous vous contredisez un peu pour le coup, dans quel camps êtes-vous finalement ?

  3. Joe
    12/11/2019 à 17:16

    C’est à la mode de mélanger le changement climatique pour lequel l’influence de l’homme est avérée par des études. Cependant il n’a pas d’études qui prouvent une quelconque interaction des ondes non ionisantes utilisé par la téléphonie mobile y compris le wifi, de la même sorte a qu’il n’y a aucune interaction des produit homéopathiques avec l’homme sauf pour l’effet placebo qui pour la guérison est indiscutablement très important. Dans un cas on croie que ça nous fait du bien et dans l’autre cas l’inverse. Autrement indiqué moi une étude en double aveugle qui prouve de façon concluante et objective que quelqu’un ressent effectivement les effet des ondes non ionisantes, pareil pour les produit homéopathiques.

    • 12/11/2019 à 19:11

      +1

      • Pedro
        13/11/2019 à 21:38

        Ah bon ?
        La Nasa affirme le contraire et je ne vois pas qui pourrait les contredire concernant l’axe de la terre par rapport au soleil. Si vous avez quelque chose pour les contredire, je suis preneur. Je ne dis pas qu’on est pas responsable, je dis juste que ce n’est certainement pas la seule cause. Tout le monde sait que les périodes glaciaire ce sont succédées. Et s’il n’y a plus glace au pôle cela pourrait affecter les courants marins et réfroidir toute la planète. On fera quoi ? On taxera tout ce qui ne pollue pas et qui empêche de réchauffer la planète ?
        Il faut toujours voir le côté ridicule des taxes même ai ce n’est pas mal d’éviter les déchets, la pollution et la déforestation. Tout comme il est important de ne pas écraser un hérisson sur une route à 30 qui mériterait un retrait de permis.

        Pour les ondes s’est faux. Chercher fertilité et ondes Wi-Fi, vous verrez bien ce que vous trouvez plein d’études qui demandent des études complémentaires que personne ne fait même pas la santé public. Ce n’est pas faute de demander et de dire que c’est urgent en faire. On parle du 2.4ghz encore..

        Et on ne parle pas d’effets que quelqu’un peut ressentir. Mais rien non plus ne peut dire qu’il n’est pas possible qu’une onde électrique pénétrant dans le cerveau ne puisse pas affecter ou changer le fonctionnement électrique du cerveau. Comme on ne sait toujours pas content il fonctionne exactement.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :