High-tech: Google et l’EPFZ unis pour estimer la production de CO2 aérien!

  • Post last modified:09/10/2021
  • Post comments:5 commentaires
Emissions de CO2 pour un vol Zurich-New York.
Emissions de CO2 pour un vol Zurich-New York.

L’aviation est à l’origine de 2% des émissions mondiales de CO2 et de 3,5% de l’impact du réchauffement causé par l’homme. Grâce à Google Flights et à des chercheurs de l’EPFZ, il est possible de choisir le vol le moins polluant, car chaque kilo de gaz carbonique compte!

Les développeurs de Google Suisse, en collaboration avec des chercheurs de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), ont ajouté cette nouvelle fonctionnalité au portail de recherche de vols Google Flights, selon des informations fournies cette semaine par le premier moteur de recherche mondial. Les précisions de l’EPFZ.

De 700 kg à 2910 kg

«Il est notamment possible de trier les options de vol pour un itinéraire dans plusieurs pays européens en fonction des émissions de CO2. Un exemple passionnant pour les voyageurs d’une option respectueuse du climat “made in Switzerland”», souligne Google dans le même texte de presse.

En effet, sur le portail on constate par exemple qu’un vol entre Zurich et New York est à l’origine de 672 kg de CO2 au minimum pour une personne. Mais la facture climatique peut être beaucoup plus élevée, puisque sur certains vols avec escale il est possible de monter jusqu’à 2,91 tonnes de dioxyde de carbone, voire davantage encore!

Multiples facteurs

«Les estimations d’émissions de CO₂ prennent en compte l’origine et la destination du vol, le type d’appareil et le nombre de sièges dans chaque classe. Certains facteurs, tels que les avions économes en carburant et les itinéraires plus courts, génèrent généralement des émissions de CO₂ plus basses», indique Google sur cette page.

«Les estimations sont plus élevées pour les trajets en classe économique premium ou affaires, ou en première classe, car les sièges de ces sections prennent plus de place. Ils représentent donc une part plus importante des émissions totales du vol», souligne l’entreprise sur son site internet…

Xavier Studer

Cet article a 5 commentaires

  1. Redge

    Et l’estimation production de CO2 d’un datacenter ?

    1. Xavier Studer

      Cette infographie de l’EMPA devrait vous éclairer un peu au milieu de cet océan de désinformation savamment entretenu:
      https://i1.wp.com/www.xavierstuder.com/wp-content/uploads/2020/01/RZ_Empa_Infografik_Co2-Vergleich_176x241_FR_korr-scaled.jpg?ssl=1
      Autrement dit, 10’000 heures de streaming sont l’équivalent en CO2 d’un vol Zurich-Bangkok… Et attention, le CO2, c’est un vol simple, sans le retour… Sinon, 10’000 heures de streaming, c’est comme 8300 Km de voiture, selon les mêmes calculs… Toute activité humaine a un impact: tous les efforts sont à prendre en considération, partout, dans tous les domaines. Il faut faire des efforts partout où il est possible d’en faire…

  2. Redge

    Le CO2 est une chose parmi d’autres, et le bruit , chaleur désagreable genéré est une autre source de pollution a ne pas négliger.
    Certains serveurs génèrent 85 dB a pleine puissance en mode performance.

    Les avions thermique génèrent quel bruit parasite et chaleur ?
    Quand aux trains, un TGV génère un bruit monstrueux à son passage entendu loin à 500m.sans compteur la chaleur perdu non recyclé.
    Bref, encore beaucoup de travail pour reduire les nuisances annexes et optimiser la consommation electrique et chaleur.

  3. Philippe

    Je ne suis pas sûr que Monsieur tout le monde soit prêt à acheter un billet d’avion en première classe à 8200.- Frs (faut-il encore en avoir les moyens), pour soit disant économiser 12 % d’émission de CO2, ce alors même que selon l’image que vous nous avez fournie ci-dessus, un billet d’avion bien plus « écologique » et économique est vendu sur le même vol pour 661.- Frs…

    Cela laisse penser que qu’une personne en première classe occupe 3x plus d’espace en cabine et pollue donc 3x plus !! La vraie question qu’il faudrait alors se poser ne serait-elle pas d’envisager purement et simplement de supprimer les sièges de 1ere classes dans les avions au profit de classes économiques ?!?!

    Être « bien né » ou plus fortuné qu’autrui, ne devrait en aucun cas permettre de polluer 3x plus tel que vous nous le décrivez !!!

  4. Domlesgaz

    @Philippe : « envisager purement et simplement de supprimer les sièges de 1ere classes dans les avions au profit de classes économiques ». Fausse bonne idée : les plus fortunés achèteront des jets d’affaires privés dans lesquels ils voyageront seuls.
    Si on suit votre raisonnement, il faudrait aussi supprimer tout ce qui est luxueux et le remplacer par des objets standardisés et égalitaires. L’URSS s’y est essayé avec les résultats que l’on sait.
    Peut être que la First et la Business des compagnies aériennes sont-elles le compromis entre ces extrêmes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.