Quintessence du numérique: comment le digital m’a trahi!

  • Post last modified:01/10/2021
  • Post comments:6 commentaires
Gare aux interfaces tactiles...
Gare aux interfaces tactiles…

A peine sans forcer le trait, le problème est bien réel. Les écrans de nos smartphones sont devenus tellement gigantesques qu’il est parfois difficile de les prendre en main sans en toucher la surface… Et cela peut avoir des conséquences plus ou moins visibles, mais certaines…

Encore hier soir, sur le chemin du retour après être descendu du train, j’ai failli archiver par erreur un message dans Gmail. En effet, chaque geste a désormais son importance. Et en balayant plus ou moins accidentellement l’écran d’un Android latéralement, cette action peut conduire à des actions non sollicitées.

Des gestes qui ne sont pas sans importance

Idem sur mon iPhone. Il n’est pas rare que je voie apparaître des notifications sur mon écran et d’en faire disparaître certaines par inadvertance. On me dira que dans le monde informatique traditionnel, on peut aussi archiver un mail dans le mauvais dossier car soudain le mouvement est perturbé par un sursaut non sollicité de son système d’exploitation… Certes.

Concrètement, dans notre monde digital, quintessence du numérique, ces interfaces n’ont pas fini de nous trahir. D’autant plus que presque n’importe quel geste de haut en bas, de droite à gauche, sans parler des pincements et autres tapotements est associé à une action, parfois sans menu de validation (ça peut se paramétrer) pour gagner en rapidité.

De la simplicité tactile à la complexité digitale

Pour mémoire, les écrans tactiles ont chamboulé nos vies de par leur caractère intuitif et leur simplicité d’association associés jadis à des systèmes présentés comme révolutionnaires en raison de leur dépouillement, On est désormais loin aujourd’hui, lorsqu’on voit le nombre d’actions qu’il est possible de piloter sur des Android, iOS ou iPadOS…

Bref, ces interfaces tactiles sont plus incontournables que jamais. Hélas, la simplicité initiale fait désormais la part belle à une complexité qui risque de nous trahir de plus en plus souvent. Vous voilà averti et incité à vous former en permanence sur les dernières extravagances de développeurs et ergonomes qui touchent parfois leurs limites…

Xavier Studer

PS
Une fois de plus cette note montre toute l’importance de distinguer ce qui est digital, c’est-à-dire relatif aux doigts, de ce qui est numérique…

Cet article a 6 commentaires

  1. merinos

    nn bon argument pour les Natel un peu idiots.

  2. Domlesgaz

    De mon côté, j’évite de pianoter mon smartphone en descendant du train, ceci pour éviter de percuter d’autres voyageurs ou de me casser la jambe. Par contre, je reconnais que ces nombreux « slides » sont facilement sources d’erreurs, même si on est assis et attentif.

  3. Picsou621

    Les écrans ne sont pas trop grands, mais les gens ne savent pas en choisir des plus petits, nuance…

    J’ai possédé des dizaines de smartphones (Apple, Samsung, One+, LG,etc.), et je peux sans gêne affirmer que le meilleur que je n’aie jamais eu, c’est celui que j’ai actuellement, soit le Google Pixel 5. La taille relativement modeste est parfaite, presque toute la surface est utilisée par l’écran. Pratiquement impossible de faire une erreur de manipulation avec ou de le laisser tomber. Le fait que le Google Pixel 6 redevienne plus grand est extrêmement dommage d’ailleurs…

  4. TommyB

    Ca m’est arrivé plein de fois et c’est une des raisons principales pour laquelle j’utilise maintenant mon Apple Watch pour lire les notifications.

  5. Space Boy

    Le problème c’est que vous avez de trop gros doigts 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.