Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Publicité: la SSR ronge son frein…

Le chaud et le froid ont soufflé cette semaine sur la nouvelle entité en matière de publicité créée par la SSR, Ringier et le puissant Swisscom. Alors que la Commission de la concurrence (COMCO) a donné son aval à ce partenariat, l’Office fédéral de la communication (OFCOM), analyse encore le projet…

Swisscom, Ringier, SSR: un sulfureux trio.

Swisscom, Ringier, SSR: un sulfureux trio.

 

«Par une mesure provisionnelle, l’OFCOM interdit à la SSR de se positionner sur ce marché et de déployer de nouvelles activités publicitaires dans le cadre de cette alliance. L’interdiction s’applique jusqu’à la fin de la procédure de surveillance ouverte par l’OFCOM, mais au plus tard jusqu’au 31 mars 2016», est-il indiqué dans un communiqué de presse.

Droit de la radiodiffusion

L’Office fédéral analyse la participation de la SSR, qui bénéficie déjà largement de l’argent de la redevance, dans le cadre du droit de la radiodiffusion. Sur un marché très régulé et limitant déjà très fortement la concurrence, notamment en matière de TV régionales, il examine en particulier si ce regroupement compromet l’exécution du mandat de programmes de la SSR et/ou s’il restreint la marge de développement d’autres entreprises de médias.

Le même jour, dans un communiqué de presse en lien sur le site de l’OFCOM, la COMCO a approuvé la création d’une coentreprise entre Swisscom, la SSR et Ringier sous l’angle du droit des cartels. Dans ce contexte, cette ordonnance garantit à l’OFCOM de pouvoir poursuivre son examen sans être placé devant le fait accompli.

Un marché «incertain»

Dans sa prise de position, la COMCO explique que le développement du marché de la publicité TV ciblée est «incertain». Et même si la Commission s’attend à ce que l’entreprise commune «se hisse parmi les acteurs du marché les plus puissants dans le domaine de la commercialisation de contenus publicitaires», elle estime que cette alliance ne pose pas problème dans ce cadre. Pour mémoire, les trois compères justifient leur démarche pour pouvoir lutter contre les régies publicitaires de Facebook ou de Google, qui ne diffusent pas de programmes TV et ne publient pas de magazine.

Au pire, anticipe la COMCO, elle pourra «toujours intervenir par la suite si l’entreprise commune atteint une position dominante sur le marché et en abuse». A la lecture de cette précaution oratoire, on peut toutefois se demander si la mise en place d’une position monopolistique n’est pas déjà bel et bien programmée…. Enfin, relevons que techniquement la SSR peut contester la mesure provisionnelle devant le Tribunal administratif fédéral.

Xavier Studer

10 commentaires pour “Publicité: la SSR ronge son frein…

  1. Tricoline
    18/12/2015 à 7:51

    Tout ceci n’est qu’un petit amuse bouche agréable avant le vote sur l’initiative « anti Billag » ou plutôt « mort subite de la SSR ainsi que des radios et TV locales / régionales »

    Donc d’autres nuages noires et cataclysmiques vont très très rapidement arriver depuis tous les côtés !

    • Eric
      19/12/2015 à 12:52

      La redevance doit être abolie. La SSR nous arrose de ses programmes véritablement orientés à Gauche 🙁

      • Tricoline
        19/12/2015 à 7:26

        Réveillez-vous Eric, le Mur il est tombé en 1989, les régimes communistes des pays de l’Est ont disparu depuis, et la Suisse n’a jamais été gouvernée par la gauche de toute son existence !

        De plus le directoire de la SSR n’est pas à gauche, il est majoritairement de droite comme le parlement.

        Quand au personnel et journalistes ils sont de tous horizons politiques, c’est le reflet de notre société qui n’est pas orientée à gauche en Suisse !

        Ces messages faussement orientés qui veulent nous faire croire qu’il y a des gauchistes partout cela comment à devenir fatiguant, lassant et très agaçant !

        Ce n’est pas cela qui fait avancer les choses dans la bonne direction, vous comprenez cela cher Monsieur !

        Si vous avez de la difficulté avec la démocratie suisse, et vous voyez des gauchistes partout, alors il faut quitter ce pays pour aller sous des cieux où le totalitarisme est de mise !

  2. NokiaN95
    18/12/2015 à 10:26

    Le but de cette alliance est rappelons-le que bénéficier les données de swisscom pour à terme faire de la publicité programmatique en télé. A titre personnel, tout ce qui concours à conserver de l’argent au sein de l’économie Suisse et d’éviter que l’argent parte chez facebook, google, M6, RTL, SAT1 et autre est bon à prendre, indépendamment des débats sur la redevance. Pour la question de la position dominante franchement… Et si au lieu de geindre les autres éditeurs formaient une autre alliance avec cablecom, ça ne serait que bénéfique.

  3. Kevin
    20/12/2015 à 8:45

    Enfin ! à trop vouloir prendre le consommateur suisse pour une vache à lait et un dindon, on se retrouve avec une initiative anti-billag qui a le mérite de relancer le débat sur la SSR et son mode de financement mais aussi sur l’étendue de ses programmes.
    A vouloir le beurre et l’argent du beurre soit les concessions et la plus grosse part du gâteau publicitaire, ça suffit! Regardez un match de tennis interrompu toutes les 5 minutes par de la pub !!! de qui se moque-t-on ? où est la concurrence ? le marché est totalement biaisé.
    Et parlons-en de ses programmes, lorsque 70% de ses émissions consistent à reprendre les émissions/films des chaines françaises avant tout le monde, ça suffit.
    Sans parler de la pléthore de chaines radios aux taux d’audience frisant le ridicule. A l’air du tout numérique et des nombreux diffuseurs, la SSR se doit de faire le ménage.
    Elle pourra certainement encore compter sur des votants « traditionnels », mais cela ne va pas durer…

    Quant au vieux début gauche/droite, on image bien Mr Tricoline que la direction de la SSR n’est pas de gauche au même titre que ce cher Darius n’est pas UDC….

    ABE 😉

    • Tricoline
      20/12/2015 à 2:03

      Je ne sais pas sur quelle chaine vous avez subit un match de tennis interrompu toutes les 5 minutes par de la publicité, mais certainement pas sur une chaine publique, que cela soit la RTS ou France Télévision, donc cela doit être sur une chaine privée françaises comme TF1 par exemple !

      C’est bien ce que vous subirez à l’avenir Kevin si la SSR viendrait à disparaitre, et qu’il restera que des chaines privées, ces dernières vont nous arroser de publicités toutes les 5 minutes, vous pouvez leur faire confiance !

      Bref, ces discours récurrents et lassants de personnes qui n’arrêtent pas de dire que la SSR dépense trop, que c’est un nid de gauchistes, qu’il y à trop de séries, ect, c’est ridicule et pénible !

      Avec du 100% privé, cela sera encore pire, et toujours plus cher, de la TV de m…

    • merinos
      20/12/2015 à 5:40

      concernant le sport suisse, le marché est assez particulier…
      en gros, mais un spécialiste vous répondra mieux que moi, personne ne fait véritablement de l’argent.

      à propos de la SRG SSR… justement, avec le développement du numérique, pour être logique, il faudrait encore plus de canaux de radio et de télévision… parce que la concurrence étrangère est bien là et elle est féroce. maintenant, si tu préfères que l’argent de la pub (et donc les postes de travail) parte à l’étranger et que tes programmes se décident à Berlin, Paris et Rome, moi non.

      la diffusion de certaines fictions avant les TV françaises est normale et à bien plaire de ces chaînes s’il n’existe aucun accord de coopération, parce que sinon, cela ferait encore des revenus la pub en moins (–> audience) pour la RTS, déjà bien attaquée à ce sujet.

      franchement, je discute volontiers du service public, mais avant d’émettre une opinion, je t’invite à réellement mieux le connaitre en adhérent à la SRT de ton canton (francophones en dehors de la Romandie –> Berne): http://www.rtsr.ch/devenir-membre-srt-votre-canton

  4. marco
    21/12/2015 à 9:55

    Quand on voit que les nouvelles radios romandes en dab+ n’ont pas accès au marché de la pub car les grandes régies nationales les boudes car elles sont copines avec les fm … on peut se demander si les tv regionales ne vont pas souffrir de ce meme type de monopole si la ssr qui avale une enorme partie de la pub tv devient encore plus fort. Ringer au passage vend aussi la pub tv de TF1 et BFMTV.

    • merinos
      21/12/2015 à 11:12

      en fait, avec le marché de la publicité, c’est un peu les vases communicants entre radio/TV/presse écrite/presse en ligne/etc…

      maintenant, si cette nouvelle entité est ouverte aux autres acteurs helvétiques du marché, alors go.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :