Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Le SECO va se pencher sur le cas Swisscom

Swisscom Bern Köniz Business Park.

Swisscom Bern Köniz Business Park.

La position très forte de Swisscom sur le marché suisse des télécoms (dans tous les domaines) a fini a fini attirer l’attention d’acteurs internationaux. Suite à une polémique née à mi-décembre, le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO) va examiner la proposition de l’OCDE de privatiser Swisscom.

Dans un rapport de l’Organisation de coopération et de développement économique, Swisscom est présentée comme ancienne entreprise monopolistique, bénéficiant d’une position anormale par rapport à la concurrence. L’OCDE réclamait même une privatisation totale du puissant opérateur.

Swisscom se défend

Urs Schäppi, directeur général du géant bleu, s’était défendu contre ces critiques. « Swisscom n’est pas une entreprise d’Etat, mais une société cotée en Bourse », avait-il répondu fin 2015 dans une interview accordée à la SonntagsZeitung. Il avait aussi fait valoir la stratégie propre de son entreprise.

Début 2016, dans un entretien publié dans la NZZ am Sonntag, également relayé par l’ATS, Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch, la directrice du SECO a indiqué qu’il était nécessaire de savoir si la stratégie de la Confédération, actionnaire majoritaire de l’opérateur satisfaisait aux exigences actuelles. La Confédération détient en effet quelque 51% de l’opérateur historique.

Examen stratégique

Le SECO va examiner la situation dans le cadre de la nouvelle stratégie de la période 2016-2020. Sur un marché dynamique, il faut se demander si l’opérateur peut agir avec suffisamment de rapidité dans son domaine traditionnel des télécoms et à quel prix, a-t-elle notmment expliqué.

La directrice du SECO a également fait référence à la nouvelle plateforme publicitaire qui réunit Swisscom, Ringier et la SSR. La question est de savoir si un éventuel conflit d’intérêts survient lorsque des entreprises publiques se diversifient en dehors de leur mission de service public.

Xavier Studer

23 commentaires pour “Le SECO va se pencher sur le cas Swisscom

  1. Oreille
    04/01/2016 à 8:40

    C’est le moment que certains de nos élus ouvrent les yeux, enfin…

    Et on va prendre son temps maintenant, faire en sorte que ce soit aussi long que pour lâcher le dernier km, pour ne pas changer.

  2. Tricoline
    04/01/2016 à 9:46

    L’OCDE n’ayant pas de pouvoir en Suisse, rien ne va changer, Swisscom continuera de plus belle !
    Et même si la confédération passe minoritaire avec 49% auront nous un bouleversement de la situation ?
    Je doute fort qu’un groupe étranger prendra le risque d’investir en masse alors que Swisscom contrôle déjà tout dans un pays avec des puissants lobbys qui mènent la barque ?
    Pendant ce temps Swisscom fait son nid, conclus des accords ci et là pour bien ancrer sa présence, et garantir ses intérêts, pour le fibre par exemple !
    Alors même en libéralisant complètement Swisscom cela risque bien d’être le statuquo

  3. Padawan
    04/01/2016 à 9:53

    Personnellement, je suis contre toute privatisation de swisscom.

    Je ne vois pas en quoi privatiser Swisscom permettrait d’avoir plus de concurrence tout en maintenant et développant le réseau.

    Les tarifs swisscom, pour les jeunes en tout cas, me conviennent très bien (j’ai 22 ans).

    Bien entendu Swisscom est plus cher que les autres opérateurs, mais en contrepartie, on a un service client très efficace (pour avoir connu de gros problèmes lors du passage à la téléphonie fixe sur IP, j’ai pu apprécier d’avoir quelqu’un au bout du fil qui soit pas à l’autre bout du monde, et surtout, qui te prend pas pour un débile.

    Pour avoir des potes chez Cablecom, pour internet, c’est la catastrophe, quand tout marche bien, c’est parfait, mais quand tu a une merde au niveau technique, ou alors un problème de facture, tu devient dingue. Mais il parait que c’est un modèle à suivre… alors…

    Il n’y a qu’à voir ce qu’à donné le démantèlement et la privatisation de France Télécom (regardez le nombre de suicides qu’il y eu). C’est ça ce que l’on veut ?

    2 de mes potes en région lémanique sont déjà passés sur Swisscom TV à cause des problèmes de Cablecom et de leur service client à l’autre bout du monde.

    Moi, j’ai eu 1 fois un problème de facture foireuse avec Swisscom lors d’un changement d’abonnement. ça a passé comme sur des roulettes, ils ont trouvé au premier téléphone le problème, et ont annulé la mauvaise facture.

    Donc, je préfère payer un peu plus cher, et avoir un opérateur majoritairement public, qui ne pense pas qu’à enrichir ses actionnaires privés, et qui ne délocalise pas à l’autre bout du monde.

    Et pourquoi ce qu’une entreprise d’état ne pourrait pas être innovante ?

    Mais ça doit déranger certains, qui ne peuvent pas supporter qu’une entreprise d’état soit aussi efficace que Swisscom.

    • Tricoline
      04/01/2016 à 11:00

      Le Swisscom de nos jours ne se comporte depuis bien des années plus du tout comme une entreprise d’état, on en est à des années lumière !
      Swisscom se comporte deja à 100% comme une société privée !
      Le succès de Swisscom TV en est bien la preuve !
      Le marketing ainsi que le lobbyisme actuelle n’a rien à voir avec du service publique d’état !
      Il suffit de voir avec quel rapidité Swisscom agit contre les cablos opérateurs pour leur voler des clients dans les zones rentables et aussi négliger les régions périphériques oubliés des cablos et aussi par Swisscom !
      Privatiser Swisscom a plus de 50% cela fera moins d’argent dans les caisses de la confédération et aucun changement pour le reste !
      Donc ne changeons rien !

    • phil
      04/01/2016 à 2:44

      +1
      tout à fait de ton avis padawan !
      ce serait la pire des choses de privatiser encore plus swisscom
      swisscom fournit un service assez concurrentiel à mon avis… et la concurrence, c’est aux consommateurs de la faire marcher si ils ne sont pas contents…
      personnellement je suis content des services de swisscom, mais grâce à qoqa, je vais faire marcher la concurrence au niveau du mobile à partir du mois de mars… à voir ce que ça donne… et à voir si j’y resterai ou si je retourne chez swisscom… 😉

    • Adebert Després
      04/01/2016 à 4:54

      Il n’y pas que Swisscom et Cablecom : il y a aussi Sunrise, si jamais….

    • Oreille
      04/01/2016 à 6:04

      Le fait que vous ayez eu des déconvenues avec l’un ou l’autre des opérateurs ne devrait pas vo7s empêcher d’être plus critique envers ce qui s’apparente à un maintien de la terre brûlée dans le domaine des Télécom helvétiques. Qu’est ce qui vois effraie tant dans cette privatisation d’une partie se swisscom (pas besoin de tout privatiser)? Que votre abonnement vous coûte moins cher ? Que des clients swisscom quitte la quasi régie fédérale pour un opérateur qui se bat pour exister ? Il est où le souci qui vous empêche de penser à une situation plus saine dans le choix de son opérateur ?

      Si une partie reste en main de la confédération pour permettre une garantie réelle du service minimum dans les campagnes ou de maintenir en Suisse la gestion du backbone dit sensible, je ne vois pas ce qui empêcherait swisscom de continuer à faire des bénéfices. Vous oui ?

      • Luc
        04/01/2016 à 8:24

        Hello! Moi oui, je vois: j’ai suivi le démantèlement de tous les services publics anglais. Quel beau gâchis! Des trains antiques, lents, hors de prix (zero investissement), des telecom d’un autre âge (zero investissement), une poste complètement à la ramasse (zero investissement)… si c’est ce que vous voulez, allez-y, et laissez la Suisse prospérer !

  4. Saïmon
    04/01/2016 à 10:01

    Non… sans blague ! Presque 20 ans après la libéralisation des télécoms on se rends compte qu’il y a un problème. J’adore aussi l’argument de la cotation en bourse. Un lobbying presque aussi efficace que celui des caisses maladies…

  5. Frjo
    04/01/2016 à 10:43

    Attention, ne pas tirer de conclusions hâtives: La confédération utilise aussi en partie Swisscom pour ses besoins de transmission de données sur le Backbone de Swisscom. Que dira-t-on quand les données nécessaires à la gestion de crises ou de catastrophes ou plus grave passera via des réseaux qui pourraient appartenir à des actionnaires étrangers?

  6. fusc
    04/01/2016 à 6:40

    Non c’est n’importe quoi, faire jouer la concurrence en Suisse ça n’existe pas.
    Je suis aux deux extrêmes en même temps, à la maison j’ai le gigabit de SC et pour le mobile j’ai Lycamobile.
    C’est pas avec mon petit prépayé Lyca de working poor immigré que je vais changer quoi que ce soit à l’équilibre des forces dans ce pays.
    Et d’un autre côté, étant à Lausanne, je n’avais pas d’autres choix que de passer à la fibre optique SC si je voulais mon petit abo de bon gros pigeon suisse pour faire joujou avec mes téléchargements, et je ne parle même de l’upload où il aura fallu prendre des abos haut de gamme pour s’affranchir de ce problème de petit débit, heureusement depuis, le symétrique est entré dans le vocabulaire parce que toutes les autres cartouches avaient été épuisées pour justifier des prix ridiculement élevés.

    Quand je pense au piège dans lequel est tombé Lausanne et le piège qui est tendu aux petites communes qui ne demandent qu’à avoir un débit décent, sans oublier l’argent gaspillé à l’étranger dans des investissements bidons…
    Non pour moi c’est simple, Swisscom profite de tout un système (et le renforce) qui ne devrait pas existé. La concurrence est juste là pour faire joli, Swisscom ne se remet jamais en question par rapport à la concurrence, et c’est bien parce qu’en réalité il n’y en a pas vraiment.
    Je n’ai même pas d’avis sur la privatisation de SC, c’est de toute façon une façade.
    Tout ce qu’il y a à dire c’est que Swisscom c’est du racket étatique.

  7. Frédéric M
    04/01/2016 à 7:07

    @fusc si jamais mais tout le monde pense Swisscom à Lausanne y’a la fibre Sunrise en gb aussi symétrique d’ailleurs ce sont les premiers à l’avoir mis le symétrique depuis 3 ans que ça existe chez eux mais la différence c’est que Swisscom matraque de pub donc c’est plus visible.

    • fusc
      04/01/2016 à 8:26

      Oui tout à fait, je me souviens que Sunrise avait des offres symétriques bien avant, mais en 2013 c’était vraiment un choix binaire, SIL ou SC.
      Et lorsque je regarde le prix actuel de l’équivalent Sunrise pour le gigabit/tv/téléphone je pense que c’est clair et net que ça ne change absolument rien.
      14.- de différence par mois c’est pas grand chose comme différence, différence qui n’a aucun poids si l’on compare les services en détail (chaînes TV par exemple mais je suis pas sûr de qui a l’avantage pour les chaînes francophones).
      Sunrise n’a pas les moyens de casser les prix, et le seul qui peut le faire n’y a aucun intérêt.

      • Luc
        05/01/2016 à 4:08

        Tu as du gigabit symétrique pour 200.-/mois et tu te plains ? Eh bé… Moi je payais 10.- de l’heure pour un débit proche de zéro, il y a tout juste 20 ans… Tu te décris comme working poor, mais je connais plein de working poor véritables: aucun n’a un tel budget telecom, c’est plutôt le budget nourriture…. Je n’ai aucune leçon à te donner, mais un conseil: va vivre en Angleterre, tu auras la joie de vivre dans un pays complètement libéralisé.
        Luc

        • fusc
          05/01/2016 à 1:14

          Non, c’est mon prépayé que je décris comme un prépayé de working poor…
          J’ai utilisé ce terme pour dire que justement ça n’intéresse pas les grosses boites, ils vont pas baisser leur prix pour quelques pauvres, ils ont qu’à se débrouiller (dans la mentalité de SC par exemple).
          Tout ça pour dire que si l’on veut payer un prix que l’on trouve réellement correct pour les communications mobiles (d’ailleurs je ne paye que le data, le reste passant en voip, pas toujours pratique) on se retrouve dans des solutions marginales qui n’ont aucune influence sur quoi que ce soit.
          Je suis bien conscient que le gigabit actuel reste un petit luxe mais justement, je ne veux pas m’en prendre un deuxième comme ça, à savoir un vrai abonnement mobile qui tient la route selon mes propres critères et de toute façon la différence de prix est telle que la question ne se pose même pas. Je veux dire je paye 3.25 par mois pour 500mo, ça fait 39.- par année, c’est même pas le prix d’un mois pour un abonnement bridé comme pas possible.

          Et la mentalité économique anglo-saxonne, non merci, mais ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas un vrai problème chez nous…

      • Frédéric M
        05/01/2016 à 5:44

        Pas 14.- de différence pour le 1GB car Sunrise c’est 105.- 1 GB + Tv 35.- = 140.-
        Swisscom 114.- TV plus + 1GB Internet = 154.-
        Mais faut aussi rajouter l’avantage 10% sur les deux produits.

  8. JP
    04/01/2016 à 11:00

    Peine perdue. Aucune discussion possible. Les télécoms en Suisse, c’est comme le gaz, l’eau, le fuel et l’électricité : géré par des cartels qui ne souhaitent aucune indépendance autre que la leur, ni francs-tireurs mais imposer une sorte de taxe. Tout au plus, un ersatz de pseudo concurrence organisée et taxée, pour ne pas être visé par des trucs genre comco. Et faire traîner, si c’est le cas, en disant merci aux politicos qui font de la politique parce qu’ils pensent à leur retraite. Pas à la nôtre. Faut avoir 16 ans dans la tête pour penser le contraire. Jamais une boîte ne proposera un produit pour rendre notre vie meilleure. Au mieux, pour nous faire croire qu’elle le sera. Surtout pour nous aider à avoir de nouveaux besoins. Et toujours pour en tirer partie. Nous, le numéros à facturer, on a perdu d’avance. Ou alors, on accepte d’être en marge, en réfutant les nouveaux pseudo besoins… Mieux vaut ne pas y goûter !

    • fusc
      05/01/2016 à 1:08

      Oui absolument.

  9. merinos
    05/01/2016 à 3:09

    encore une fois, excusez-moi, mais concernant la télévision, si Swisscom est en train de mettre la pattée à upc cablecom, c’est à cause du comportement de ce dernier par le passé…

    maintenant, l’OCDE est à Paris, et si cela dérange ces Français qu’une entreprise publique soit première de la classe dans certains domaines, laissons-les dans leur chenit.

    autre société publique innovante: Citycable à Lausanne, en injectant du DVB-T et du DAB+ sur le câble.

    enfin, il existe bien une concurrence entre les différents opérateurs télécoms en Suisse (par exemple, le jeu de ping-pong entre upc cablecom et Swisscom pour les débits internet), mais il faut regarder globalement les choses dans le temps et arrêter de vouloir comparer avec la France!

  10. 05/01/2016 à 10:58

    Hors de question d’avoir ce boulet de cette société de Free en Suisse, le nivellement par le bas ! Non merci.

    Toujours moins cher, et toujours plus pauvre les employés et encore plus de richesse seulement pour la direction ! Non merci.

    Trop de concurrence tue les emplois et les finances qui profitent à court terme aux requins de boursicoteurs et une vraie catastrophe pour le long terme qui finissent tous en faillite.
    Salt en est la preuve !
    Que Swisscom reste comme elle est et améliore l’infrastructure dans les campagnes !

    A force de baisser les prix, que restera t’il de la Suisse ?
    A part des chomeurs supplémentaire et travail à la française au tarif smic, non merci !

    Ayons et continuons à conserver une vie décente et saine en Suisse sans suivre la Grèce, L’Espagne, La France, l’Italie, Le « royaume uni » ,etc.

    Alors, l’OCDE aille s’occuper d’autre choses plus importantes dans la vie !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :