Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Environnement: ces sites internet pour évaluer votre bilan carbone

Freiner le réchauffement en évitant les voyages en avion?

Freiner le réchauffement en évitant les voyages en avion?

Alors que le CES de Las Vegas vient de fermer ses portes, on peut s’interroger sur le bilan carbone aussi bien de l’arrivée de cette pluie de nouveautés high-tech sur le marché, que sur l’impact nos voyages privés ou non lorsqu’on parcourt la moitié de la planète, parfois pour des séjours sur place très, très courts… De nombreux sites internet permettent d’y voir plus clair…

Mais de quoi parle-t-on? «Le bilan carbone d’un produit ou d’une entité humaine (individu, groupe, collectivité…) est un outil de comptabilisation des émissions de gaz à effet de serre, devant tenir compte de l’énergie primaire et de l’énergie finale des produits et services», écrit ainsi en guise d’introduction Wikipedia.

Pas que les déplacements en avion…

MyClimate.org, l’un des sites les plus connus dans ce domaine sous nos latitudes, permet ainsi de se faire une idée de l’impact de nos déplacements, professionnels ou non, que nous prenions l’avion, le train ou la voiture… Il propose par ailleurs de «compenser» cette forme de pollution de différentes manières.

Sur carbonfootprint.com, on est invité par un système d’onglet à calculer son empreinte carbone aussi bien lorsqu’on se déplace, que dans son activité quotidienne. Une section spécifique est ainsi consacrée à la vie de tous les jours. Une page qui ne va pas sans poser quelques questions méthodiques, puisqu’il s’agit de la remplir en indiquant des dépenses.

Se faire une idée et réagir

Difficile de quoi savoir de quoi il en retourne vraiment? Certes, mais cette page de Wikipedia permet de se faire une idée au niveau mondial. Mais il y a mieux! Ces pages de la Banque mondiale proposent des données par pays et par habitant, juste pour se donner le vertige! D’autant plus qu’il est possible de se faire une idée sur plusieurs dizaines d’années.

Vous voulez faire quelque chose? Suivez, par exemple, ces conseils de WikiHow, en gardant à l’esprit que toutes ces mesures ne se valent pas. Et pour compenser son voyage en Australie, il va falloir faire beaucoup plus que de remplacer votre dernière lampe à incandescence par une LED…

Xavier Studer

PS

Votre serviteur ne garantit pas les données, forcément imprécises, publiées sur ces différents sites. Cela dit, si elles permettent de mieux évaluer les défis auxquels nous sommes tous confrontés…

6 commentaires pour “Environnement: ces sites internet pour évaluer votre bilan carbone

  1. Ted
    15/01/2019 à 7:55

    Quand on était à l’école, je me rappelle de notre prof de géo, qui nous invitait à parcourir la planète en long et en large! C’était visiblement une belle preuve de manque de vision et d’incompétence car les méfaits du réchauffement sont connus depuis des lustres!

  2. Aurélien
    15/01/2019 à 11:15

    Et quid du bilan énergétique des sites internets eux-mêmes?

    Par exemple votre page d’accueil fait 2.9MB, dont 2.2MB d’images et 0.54MB de script et de polices de caractères (tools.pingdom.com). A noter que c’est plus de deux fois le poids des sites internets les plus populaires (https://httparchive.org/reports/page-weight), alors que ces derniers ont généralement beaucoup plus de contenus. Plus alarment encore est que ce poids moyen ne fait qu’augmenter, et rapidement. Pas facile à réaliser mais ces quelques mégas peuvent engendrer des teras en bande-passante utilisée. Nécessitant de plus en plus de serveurs tournant en boucle… et pourquoi? Pour avoir une image non-compressée dans l’en-tête d’un article?

    Le même site internet que le votre pourrait aisément faire moins de 0.5MB, sans pertes esthétiques. Bien sûr, il faudrait aussi supprimer les spyware de traçage des utilisateurs (google, fb…) qui pourrissent aujourd’hui le web. En attendant une prise de conscience de la part de ceux qui créent les sites, heureusement l’utilisateur peut bloquer les scripts, les polices de caractères et les images inutiles pour accéder à vrai contenu des sites qui pèsent aujourd’hui moins que 5% du total.

    • 15/01/2019 à 10:24

      La page d’accueil bénéficiant d’une possibilité de scroll à l’infini, peut être encore plus lourde! Evidemment, si je ne fais rien, le poids de ma page d’accueil sera nul…. Je vous suggère plutôt de renoncer à votre prochain vol en avion, si vous voulez voulez faire quelque chose d’utile!

      • Agtek
        16/01/2019 à 7:25

        Il n’a pas tort. Entre les spams, les pubs et le manque d’optimisation, la consommation d’énergie liée à internet est un gaspillage immense qu’on essaie de compenser uniquement en augmentant les débits… Dommage que vous ne vous remettiez jamais en question M. Studer. On peut tous faire quelque chose d’utile. Vous y compris. Encore faut-il en avoir la volonté.

        • 16/01/2019 à 7:47

          Je vous laisse seul juge de vos propos. Ce site évolue en permanence et il continuera d’évoluer en ce sens…

          • Aurélien
            16/01/2019 à 10:27

            Si je vous ai ciblé M. Studer c’est parce que nous sommes sur votre site; je ne crois pas cependant que qu’il soit le pire exemple! Si ce n’était pas le cas, je ne lirais pas vos articles chaque jour. De plus si je ne me trompe pas vous utilisez la plateforme WordPress, et c’est aussi une part du problème. La simplicité de ce type de plateformes vient à un coût (et mène aussi à l’uniformisation du web mais c’est une autre histoire).

            Quoi qu’il en soit je vous assure encore que je ne viens pas ici pour vous attaquer, cela dit peut-être que j’aurais pu relire mon message précédent avant de l’avoir envoyé.

            Je souhaiterais juste rajouter que selon les estimations, l’impact environnemental des centres de données est similaire à celui de l’aviation (https://www.theguardian.com/environment/2015/sep/25/server-data-centre-emissions-air-travel-web-google-facebook-greenhouse-gas). Ce pourquoi je crois que l’augmentation constante du poids des sites internet est plutôt préoccupante, sachant que ce n’est pas nécessairement une augmentation concrète du contenu qui en est la cause.

            Ce sont des questions qui à mon avis ne sont pas aussi connues du grand public que l’impact environnemental de l’aviation. Comme l’écrit Agtek je ne crois pas que la meilleure solution soit simplement d’augmenter le débit et d’avoir des ordinateurs/smartphones plus puissants. Il faut en parallèle réduire le « poids d’internet » (en moyenne). Par exemple pour ce qui est des vidéos, H256 et VP9 font des miracles mais ne sont pas encore utilisés partout (aussi parce qu’ils ne sont pas complètement prêts).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :