Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Protection des données: les assistants personnels sont vraiment un problème…

Google Nest Mini, l'espion qui vous aimait. Ou pas?

Google Nest Mini, l’espion qui vous aimait. Ou pas?

Faut-il interdire Google Assistant, Siri, Alexa et Cortana, entre autres? On peut se poser la question en lisant différents articles de presse développant des déclarations de Rick Osterloh, patron du département hardware de Google. Et ce n’est que la pointe de l’iceberg…

En effet, dans cet article de 20 Minutes.fr, le ponte de Google, qui répondait à la BBC, reconnait par exemple qu’il faudrait prévenir ses invités à domicile de la présence d’un assistant personnel. Concrètement, ces «espions numériques» épient sans relâche nos conversations pour pouvoir interagir à la moindre commande qui les concernerait.

Assistants personnels: des problèmes légaux

Cet article très intéressant du quotidien hexagonal évoque différents points légaux, qui en France du moins, pourraient poser problème lorsque des tiers sont écoutés sans avoir donné un consentement actif, ce qui ne se fait jamais…

Le problème est toutefois encore beaucoup plus compliqué que ce que pensent certains observateurs. En effet, dans l’imaginaire collectif, les «assistants personnels» sont de petites enceintes qui permettent d’écouter de la musique.

Mieux que dans «Les barbouzes»!

Dans la réalité, ces assistants personnels se logent partout; de la montre connectée, au smartphone, en passant par certains modèles de téléviseurs, ordinateurs ou d’enceintes connectées. On se croirait dans «Les Barbouzes»! Concrètement, les micros connectés à internet sont partout, sans que l’utilisateur puisse se fonder sur une quelconque certification quant à la protection des données.

Plus généralement, j’ai été très intéressé de constater que cette potentielle surveillance généralisée se heurte à des limites légales. Espérons que d’aucuns, et particulièrement les législateurs des pays démocratiques, auront le courage et surtout les compétences pour attaquer ce problème à sa base.

En guise de réflexion, constatons simplement qu’aucun régime totalitaire n’a réussi à déployer autant de mouchards partout avec le consentement béat de leurs propriétaires! Chapeau!

Xavier Studer

9 commentaires pour “Protection des données: les assistants personnels sont vraiment un problème…

  1. OriginalMike
    19/10/2019 à 11:48

    Pourquoi “interdire” et ne pas plutôt apprendre aux gens à savoir et comprendre ce qu’ils achetent !?

    • Oreille
      19/10/2019 à 13:11

      Pourquoi ?

      Parce que le gens ne savent pas faire autrement que de se faciliter soi-disant leur vie en acceptant sans condition tout ce qu’ils ne lisent pas. Beaucoup n’y verrons que l’avantage recherché sans mettre dans la balance ce qui est réellement utilisé à leur dépend.

      C’est la mode et le trend actuel; accepter d’une seule coche des milliers de lignes de CG pour pouvoir accéder sans contrainte à une fonctionnalité souvent banale et dont on a une urgence on ne peut plus vitale… L’action est tellement banale de nos jours que bien peu de personnes, même averties, parviennent à contenir cet espèce de clic frénétique et automatique.

      Je vous rejoins sur le point que l’interdiction n’est pas formatrice et qu’il serait vraiment mieux de s’assurer que les utilisateurs prennent conscience de leurs actes. Mais je ne pense pas que ce soit encore possible.

      Par contre offrir un cadre législatif restera encore possible mais sera toujours sujet au lobbyisme loin d’être absent en Suisse. On peut facilement imaginer que pas grand-chose ne pourra être offert pour protéger les utilisateurs. Ce sera comme souvent des discussions qui mèneront à quelque-chose de très moyen vu les connaissances médiocres ou incomplètes des véritables enjeux chez nos élus.

      Moi je pense qu’il est trop tard pour agir de manière collective ou à la place des gens, on aurait dû se méfier plus tôt et maintenant que beaucoup ont accepté de fonctionner avec cette relative facilité, cette relative satisfaction immédiate, le meilleur chemin risque de venir de l’initiative personnelle et de la prise de conscience autrement qu’au travers de la lecture indigeste de CG des GAFAM.

  2. Philippe
    19/10/2019 à 13:06

    Tant que ces services violeront les lois sur la protection de la sphère privée/données, il faut clairement les interdire…

    • OriginalMike
      19/10/2019 à 21:31

      Hors de question, il faut arrêter d’infantiliser les gens et empêcher ceux qui savent comment consommer de pouvoir accéder à ce qu’ils souhaitent.
      Pas question qu’on choisisse pour moi !

      • Oreille
        20/10/2019 à 02:23

        Suis finalement d’accord avec votre dernière phrase, mais ne pas infantiliser des personnes qui choisissent la facilité, la futilité et un faux bien-être ne rend pas ces mêmes personnes plus responsables et adultes.

        Si je me relis, ce type de comportement est de l’ordre d’enfants qui ont entre 10 et 16 ans dans leur façon de consommer, mais ils ont cependant aussi les pleins pouvoir pour voter (ou pas d’ailleurs} sans véritablement comprendre une partie des enjeux dont nous débattons ici entre personnes conscientes et intéressées…

        Donc in fine, il y a là une mauvaise législation latente qui vous limitera faute d’avoir été comprise ou d’avoir intéressé le simple utilisateur / votant.
        Vous ne ressemblez pourtant pas à ce dernier en prenant position ici, mais vous subirez probablement le choix d’incompétents, comme nous tous ici.

  3. Pedro
    19/10/2019 à 17:40

    Vous croyez que votre téléphone portable connecté 24/24h à Internet et sans firewall fait quoi depuis de nombreuses années ?
    Le OK Google ou Siri vous écoute en permanence depuis de nombreuses années. Pourquoi critiquer les assistants maintenant ?
    Avez vous fait quelque chose pour éviter Google sur votre téléphone portable depuis toutes ces années ?
    Avez-vous désactivé les micros de votre portable ou PC avec Windows 10 et Cortana qui fait pareil ?
    Pour Apple malheureusement, vous êtes dans un ecosystème clos et vous ne pourrez rien faire, la seule solution est de changer de marque ou de pirater votre système car il ne vous laisse même plus l’utiliser sans qu Apple sache qui vous êtes et d’où vous vous connectés. Microsoft ou Google laisse encore au moins être anonyme et vous pouvez trouver les applications ailleurs.

    Je pense qu’il faut juste être un peu malin, réfléchir, arrêter d’écouter ces médias qui vous ressortent les problèmes connus de tous 10 ans après. Ça les intéresse plus de relater une explosion à l’autre bout de la planète que ce qui se passe ici et d’informer les gens sur les problèmes qui vont se produire ici. Cela leur permet de vous contrôler indirectement car vous êtes sûrement tous contre le nucléaire. Pourtant on ne parle que de la fission, pas de la fusion ou des sels fondus technologie nucléaire totalement différente. Non il faut tout englober.

    L’énergie renouvelable s’est génial sauf que l’eau diminue car les glaciers diminuent, le solaire n’est viable qu’entre 10h et 15h en été et que l’éolien fonctionne que quand il y a du vent. L’énergie dans ces quantités ne se stocke pas donc la solution ? Charbon, gaz, pétrole, tourbe,.. ?
    C’est ce que nos voisins européens utilise. On n’a pas de mer pour les vagues ou les turbines sous marine.

    Désinformation, contrôle de la population exactement ce que faisait cambridge analytica 🙂
    L’écoute téléphonique sur un réseau qui est toujours en clair existe depuis que ça existe je pense donc rien de nouveau non plus même Skype censé être sécurisé était écouté 😉

  4. Pedro
    19/10/2019 à 17:54

    Ah est une dernière chose, on a voté en Suisse dernièrement pour que nos autorités écoutent nos conversations de manière globale et centralisée sans demande à un juge en utilisant un logiciel étranger qui lui même pourrait observer l’observateur sans qu’on le sache 😉

    C’était tout écrit mais ça a quand même été accepté si on veut garder nos vie privée ce genre de sujet devrait être refusé mais cela n’est que mon avis. Car tout commence par là, le gouvernement, des failles, des backdoors et paf tout le monde y passe. Sauf que ça devrait être l’inverse tout sécurisé, tout encrypté et tout le monde est protégé. Privé, entreprise, contrat, appel d’offres,…

    La troisième guerre mondiale sera numérique donc autant mettre en place les bases de la défense en sécurisant toutes les communications sans faille, sans backdoor, sans possibilité d’écoute par nos autorités.
    La criminalité reste une minorité, il ne faut pas devoir écouter tout le monde pour intercepter 10 personnes sur un million et mettre à mal la sécurité d’un million de personnes qui pourrait être bien plus grave en conséquence que ce que feront réellement ces 10 personnes. Ils ont probablement d’autre moyens que ça.

    • Oreille
      20/10/2019 à 02:08

      C’est bien ça, un monde politique à la ramasse qui met des années à se remuer et le pire c’est que le sujet sera traité qu’à moitié faute d’avoir l’envie de travailler sur un sujet très compliqué.

      Le reste sera fait par nos loobyistes de tous bord pour obtenir légalement des données que nous souhaitons tous pouvoir contrôler.

      Nous sommes bien en Suisse 🙂

  5. 03/11/2019 à 16:43

    Il n’y a pas que les GAFAM qui sont concernés… de plus gros problèmes qui arrivent comme celui des constructeurs automobiles, (vos voitures en savent beaucoup) et ces données ne sont pas encadrées. Les constructeurs commencent à se poser des questions … ce sera ensuite aux transporteurs en commun, aux fournisseurs d’accès à internet (qui en savent aussi beaucoup sur vous) et pour finir les banques et organismes de CB …

    -> le problème n’est pas la collecte mais l’usage des données !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :