Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Cet énigmatique employé qui dénonce les manipulations sur les réseaux sociaux…

Les Swiss Cyber Security Days (SCSD) auront lieu les 12 et 13 février à Fribourg.

Les Swiss Cyber Security Days (SCSD) auront lieu les 12 et 13 février à Fribourg.

Les Swiss Cyber Security Days (SCSD) réuniront les 12 et 13 février à Fribourg les meilleurs spécialistes de la sécurité informatique. Cette deuxième édition sera placée sous le thème de la confiance dans une société numérique hyper connectée. Un programmeur dévoilera aussi les manipulations sur les réseaux sociaux…

Quelque 70 conférenciers aborderont les thèmes les plus actuels: 5G, industrie financière, cyberguerre, sécurité des entreprises. Les SCSD 2020 proposent également des événements destinés aux jeunes et à la formation ou encore aux projets de start-up innovants, selon un communiqué de presse.

Crainte des cyberattaques

Les cyberattaques sont plus que jamais redoutées par le monde économique. Le baromètre annuel des risques d’un des plus grands assureurs allemands place même pour la première fois cette année la cybersécurité en tête des préoccupations des entreprises à travers le monde.

Des entreprises viendront témoigner de leurs mauvaises expériences. Les responsables de l’armateur danois Maersk, de la manufacture de montres de luxe IWC et de l’hôpital de Wetzikon exposeront les mesures prises pour éviter de nouveaux risques après avoir été pris pour cibles.

Des risques liés à la 5G?

En pleine polémique nauséabonde sur la 5G, les organisateurs ont aussi prévu d’évoquer les principaux défis posés par ces réseaux mobiles en termes de sécurité. Nick Dawson, Global Director, Knox Strategy chez Samsung Electronics, et le chef de la sécurité de Swisscom Philippe Vuilleumier en parleront lors d’une conférence consacrée à l’hyperconnectivité.

Enfin les SCSD ont invité «The Wiz». Cet employé mystère, ordinaire la journée, se transforme en programmeur de bots le soir pour démasquer les manipulations sur Instagram ou Facebook. Il met ainsi en lumière les modèles d’affaires et les outils déployés pour influencer l’opinion pour des raisons politiques ou commerciales.

XS

8 commentaires pour “Cet énigmatique employé qui dénonce les manipulations sur les réseaux sociaux…

  1. Adrian
    29/01/2020 à 07:50

    Je vois pas trop comment on peut arriver à mettre en évidence des manipulations sur le réseaux sociaux… Il faudrait être connecté directement aux serveurs de Facebook, non?

  2. Oreille
    29/01/2020 à 09:11

    Non, je pense que c’est possible au même titre que nous constatons facilement les effets du tracking sur notre surf sur internet. Après et comme l’indique Xavier, le développement de bots scrutant les pages des comptes fakes créés pour l’étude vont permettre de vérifier les cookies (par exemple) et surtout de vérifier toutes les connexions qui ont lieu sur des serveurs achetant ou regroupant les informations revendues. Après il ne resterait plus qu’à concaténer le tout pour constater qui donne ou vend ces information à qui et de tirer des conclusions…

  3. Pedro
    29/01/2020 à 09:56

    Tout dépend de ce que cette phrase veut dire.
    Regarder l’émission Netflix sur cambridge analytics vous verrez comment vous vous faites manipuler sur internet en général avec pub ciblé.

    Les gens ne prennent plus la peine de se renseigner, de chercher, de comprendre et nos médias ne sont pas mieux… Pourtant tout est disponible depuis des années sur Internet.

    Tchernobyl combien de gens ont découvert ce qui s’était passé avec la série du même nom ?
    C’est une honte pour une population ou tout le monde va à l’école et à accès à toute l’information sans filtrage.

    Aucun média Suisse n’a expliqué cela pourtant tout le monde a voté sur le nucléaire sans même savoir de quoi il s’agit. L’information était là sous leur nez. Ils ont été très loin dans les recherches pour la série mais la base tout le monde devrait la connaître car cela date de 86..

    Fukushima idem mais il faudra attendre la nouvelle série pour que les gens sachent ce qui s’est passé et ce que les employés ont fait car ce sont des héros méconnus..

    Et c’est pour la plupart des sujets comme ça.
    Pourquoi les gens préfèrent passer leur temps à regarder des conneries ou être lobotomisé devant une TV à rien regarder bonne question.. c’est peut être voulu pour mieux contrôler la population. Moins on en sait plus facilement on est manipulable surtout en ciblant stratégiquement ces personnes.

    • Michel Piguet
      29/01/2020 à 11:40

      Si on est pas un adversaire primaire de l’énergie nucléaire, l’info est connue.
      Tchernobyl, par exemple, c’est une combinaison de facteur qui ne vient pas à l’idée du concepteur.
      Il faut se replacer à l’époque: fin du soviétisme proche, excès d’autorité de personnes non qualifiées. Ce qui a entraîné la remise en route du réacteur, combiné à une protection incomparable avec celle de nos centrales.
      Fukishima, Probablement une collusion entre le gouvernement et les exploitants supprimant les contrôles indépendants, sans parler d’une erreur d’engineering. Les tsunami étaient connus au Japon, mais on a appliqué les normes qui n’en tenaient probablement pas compte à l’époque. Je ne connais pas les demandes de dimensionnement. Par exemple de ce que je me souvienne, Pour les Allemands, il y avait les DIN qui prétendaient tout couvrir, alors qu’en Suisse, c’est une indication, un minimum au niveau des charges.

  4. Pedro
    29/01/2020 à 09:58

    Et pour les cyber attaques, la plupart ont peur d’une guerre traditionnelle. Mais c’est fini, les guerres sont numérique et cela a déjà commencé avec Sony, la Corée du Nord, etc..

    • Michel Piguet
      29/01/2020 à 11:41

      Pédro, je ne suis pas sûr qu’un certain locataire de la MB raisonne comme toi. Il a vraiment envie d’enfoncer une fois le bouton rouge

    • Joël
      29/01/2020 à 15:19

      Et les officiers Suisses rêvent toujours de dépenser des milliards en avions de combat qui risquent d’être cloués au sol par une attaque informatique .

  5. Michel Piguet
    30/01/2020 à 13:17

    J’ai connu un pilote de Hunter, à l’époque et qui me déclarait, s’il y a la guerre, le mieux à faire est de plier tout de suite son avion, on risque beaucoup moins.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :