Sunrise poursuit sa progression au deuxième trimestre…

  • Post last modified:29/08/2020
  • Post comments:8 commentaires
Un magasin de Sunrise.
Un magasin vide de Sunrise.

Alors que l’éventuelle absorption de Sunrise par UPC a été lancée, le challenger suisse des télécoms poursuit sur sa bonne dynamique, contrairement à son repreneur qui souffre de multiples problèmes stratégiques profonds… Sunrise gagne des parts de marché et stabilise son chiffre d’affaires…

Concrètement, la bonne dynamique de croissance s’est poursuivie pour la clientèle mobile sur abonnement, internet et la TV. Seule la téléphonie fixe, comme pour la plupart des opérateurs, recule. La croissance de la clientèle a largement compensé différentes baisses.

Le CEO est satisfait

«Malgré la pandémie mondiale, Sunrise a continué à donner le ton sur le marché au deuxième trimestre: nous avons gagné des parts de marché, lancé un nouveau portefeuille de produits B2B et continué à déployer la 5G. Cette bonne performance se reflète également dans nos résultats financiers, qui ont continué à croître après ajustement pour le roaming», commente leCEO de Sunrise, André Krause.

Sunrise a enregistré un gain net de 34’300 nouveaux clients pour les services sur facture au deuxième trimestre 2020. La clientèle mobile prépayée de Sunrise a diminué en conséquence. Le nombre d’abonnés internet et TV a respectivement progressé de 6,8% et 12,9% en glissement annuel.

Perte sur le roaming

Selon un communiqué, la croissance de la clientèle a largement compensé la baisse des revenus du roaming due aux interdictions temporaires de voyager à cause de la pandémie mondiale de Covid-19. Au final, le chiffre d’affaires total du deuxième trimestre est resté stable à 456 millions de francs, soutenu par l’augmentation des ventes de matériel mobile.

Sunrise confime ses prévisions pour l’année fiscale 2020, soutenues par les performances financières du deuxième trimestre: les prévisions du chiffre d’affaires et de l’EBITDA ajusté sont toujours respectivement situées entre 1,840 et 1,880 milliards de francs et 675 et 690 millions de frncs. Les prévisions sont fondées sur la poursuite de la maîtrise des coûts et sur une reprise progressive attendue de l’itinérance.

Bien! Espérons simplement que l’absorption de Sunrise par UPC ne signifie pas sa destruction, tant le câblo-opérateur est synonyme d’une dynamique négative et d’une stratégie poussive… Dans tous les cas, ce sera probablement les clients qui feront les frais de cette vaste opération justifiée, mais délicate à mettre en pratique dans ce sens…

XS

Revenus (en millions de francs) 1er sem. 2019 1er sem. 2020 En glissement annuel
Services mobiles 604 611 1,1%
Services de téléphonie fixe 145 141 (3,0%)
Internet fixe 152 164 7,6%
Chiffre d’affaires total 901 915 1,5%
Revenus liés aux services (total, hors hubbing et matériel) 754 765 1,5%
Marge brute 617 623 1,1%
EBITDA 331 321 (3,1%)
EBITDA ajusté 324 331 2,2%
Résultat net 61 43 (28,8%)
Flux de trésorerie disponible sur capitaux propres (eFCF) 3 114 3354,8%

Cet article a 8 commentaires

  1. Philo

    Etre forcé de quitter Sunrise pour UPC? Autant aller chez Salt!!

  2. Neosf

    Être forcer de quitter UPC pour aller chez Swisscom je fais quoi 😁

    1. Alain

      @Philo et Neosf, ou rester chez Sunrise-UPC si la fusion se réalise et que grâce à cette fusion les services s’améliorent pour les clients.

      1. Neosf

        Ce n’est pas pas pas la conclusion de cet article qui va rassurer les client. Manque d’impartialité et extrapolation pure et dure.
        C’est le blog de Xavier Studer qui pour une fois me surprend, le client est donc pas assez mûr et nature pour se faire sa propre idée ? Se servir des chiffres de Sunrise pour dénigrer son éventuel repreneur, on peut en débattre mais avec d’autres mots…. Tout est relatif comme le terme « l’ogre bleu » souvent repri, il y a toujours un premier et un dernier et nul besoin de mettre l’accent dessus.

  3. Neosf

    Mon dernier commentaire a visiblement disparu ou a été banni. Vocabulaire correct, ou j’émettais juste un avis sur la conclusion de cet article. Je préfère donc parler de ” bug” plutôt que de dire atteinte à la liberté d’expression 😉

    1. Xavier Studer

      Je ne vois pas de quoi vous parlez et vous suggère de mettre la pédale douce sur certaines substances…

  4. Tux Rock

    Un point m’échappe : les opérateurs suisses se plaignent de la baisse des revenus de roaming pour cause de covid.
    Alors, certes il y a moins de voyageurs étrangers en Suisse. Mais les suisses ne vont pas non plus à l’étranger et paient toujours des dispendieux forfaits qui incluent du roaming qu’ils n’utilisent pas.
    Que conclure ? 
    Qu’il y a plus de voyageurs étrangers en Suisse que de voyageurs suisse a l’étranger ? Que les opérateurs utilisent cette excuse ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.