Multimédia: début du test admiratif du Huawei P50 Pocket, Premium Edition

  • Post last modified:12/06/2022
  • Post comments:5 commentaires
Huawei P50 Pocket, Edition Premium: le pliable de rêve?
Huawei P50 Pocket, Edition Premium: le pliable de rêve?

Huawei allie depuis des années technologie et mode. Avec le Huawei P50 Pocket, Edition Premium, il élève le smartphone au niveau d’une œuvre d’art. Début du test admiratif d’un combiné privé des services de Google, mais rehaussé par le design de la créatrice de haute couture Iris Van Herpen…

Même si je n’ai jamais véritablement été emballé par les smartphones pliables, je dois avouer que le dernier opus du Chinois, toujours injustement frappé par des mesures anticoncurrentielles américaines, m’a fait la plus forte impression. Dès le déballage, on a l’impression d’avoir entre les mains un chef-d’œuvre, par ailleurs à l’air robuste.

Chef-d’œuvre à la hauteur du talent de Huawei!

Certes, ce modèle doré a quelque chose de féminin, mais qu’importe. Dès la prise en main autant la finition que le soin apporté à tous les détails font de ce concentré de technologies une véritable œuvre d’art, une prouesse dont Huawei a le secret et qui illustre la maîtrise impressionnante du Chinois, qui lui a valu les foudres de l’Oncle Sam.

Pour commencer, lorsqu’on pose ce smartphone à côté d’un Samsung S22 Ultra protégé par une coque intégrale, on se dit que pour la moitié du volume, il dispose d’un écran comparable, une fois déplié. Et puis, le design général, avec ce petit écran externe circulaire, est simplement admirable. Du très grand Huawei! Spécifications d’un appareil cédé environ 1350 francs avec 512Go de stockage.

Un écran pliable qui séduit

Déplié, on ne peut être qu’admiratif face à la facture de cet écran de 6,9 pouces de diagonale, dont on ne voit pas le pli dans la plupart des configurations. Il faut ou passer le doigt dessus, ou qu’il soit éclairé latéralement pour très légèrement apparaître. Cadencé jusqu’à 120 Hz, sa fluidité est sans faille.

Sous EMUI 12, toujours basé sur Android, mais sans les services de Google, Huawei propose un système des plus réactif et parfaitement adapté pour les usages les plus exigeants, comme me l’a confirmé mon testeur de référence. Ce Huawei P50 Pocket, Premium Edition avale sans broncher un Fortnite par exemple.

Une puissance appréciable

Le Chinois a visiblement réussi à tirer le maximum du Snapdragon 888 4G. Sur l’outil de benchmark AnTuTU, cet étalon atteint tout de même plus de 615’000 points avec ses 12 Go de mémoire vive. Certes, on est loin des meilleurs, mais le résultat est d’une fluidité très appréciable au quotidien.

Enfin, nous devons admettre qu’avant de passer à des tests plus poussés, nous avons été plutôt impressionnés par les différents capteurs photo et notamment par l’assistance du petit écran externe qui peut être utilisé comme miroir ou prendre des selfies, sans parler des autres fonctionnalités.

Avec son scanner d’empreintes digitales idéalement placé sur le flanc droit, ce concentré de technologies capable de mesurer optiquement sur votre visage vos pulsations cardiaques m’a produit une très forte impression. Le chargeur inclus de 40W ne fait certes pas oublier le manque de la 5 G, mais lorsqu’on voit les performances de celle-ci en Suisse…

Test multimédia complet suivra

Xavier Studer

Cet article a 5 commentaires

  1. Roger

    Il a l’air superbe! Il est en métal? On dirait de l’acier…

  2. Nycko

    La maîtrise….les foudres des USA….Tout est dit…
    Que du vent les accusations de vol de techno…
    On voit juste le niveau et les craintes US.

  3. Kevin

    Mon P20 demeure à ce jour l’un des meilleurs smartphones que j’ai acheté.
    Dommage que la Chine n’a pas rétorqué pour interdire certaines marques US…

    1. Nycko

      Ne le peuvent pas pour la marque US Apple. Des dessous de table ont été fait pour plusieurs années.
      La réalité américaine…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.