Télécoms: le câble et Sunrise UPC ne veulent pas de la loi Netflix

  • Post last modified:03/05/2022
  • Post comments:11 commentaires
Quel est le métier des opérateurs télécom?
Quel est le métier des opérateurs télécom?

Dans un communiqué de presse diffusé lundi, Suissedigital, l’ancienne faîtière du câble, désormais renforcée par Sunrise UPC, ainsi que deux associations réunissant des télévisions privées ont dit tout le mal qu’ils pensaient de la loi Netflix. Ils implorent les électeurs de refuser ce texte soumis au vote le 15 mai… Ils feraient mieux de se concentrer sur leur métier de base.

«L’ATPS, Telesuisse et Suissedigital rejettent la nouvelle loi sur le cinéma. Les entreprises privées invoquent le renforcement de la Suisse en tant que site de production cinématographique et la spécificité culturelle suisse (Swissness). Ce sont des arguments culturels et populistes fallacieux: en réalité, la loi ne fait que protéger une niche d’acteurs culturels déjà fortement subventionnée», selon un communiqué reproduit ci-dessous.

Le client pénalisé par qui?

«Des acteurs importants de la branche audiovisuelle comme les chaînes 3+ ou TV24 ou le service de streaming “oneplus” de CH Media, ainsi que les membres de Suissedigital disposant de leur propre offre de vidéo à la demande (p. ex. Sunrise UPC, net+) et leurs clients sont ainsi inutilement pénalisés», selon eux.

Mon opinion? En tant que client de Sunrise UPC, j’estime déjà être très fortement pénalisé de voir mon opérateur télécom se lancer dans un métier qui ne le concerne pas. J’attends de Sunrise UPC ou de tout autre opérateur de fournir les prestations de télécommunications que j’attends de lui, mais en aucun cas de se lancer dans la production de contenus TV ou vidéo. Il y a des pros pour ça. Et là, je paie déjà (chèrement) la note…

Les clients des opérateurs déjà rançonnés

Par extension, je m’interroge aussi lorsque je vois ces mêmes opérateurs télécoms se disputer les droits sportifs. Par leur faute, les prix de ces retransmissions explosent, et là aussi, c’est le consommateur qui paie la facture finale au travers de ses abonnements, compliquant par ailleurs la vie des abonnés qui parfois n’ont pas ou n’ont pas eu accès à tous les contenus.

Ma conclusion? Que les opérateurs cessent de se mêler de métiers qui ne les concernent pas pour qu’ils puissent se concentrer sur leur métier de base: les télécommunications. Et il y a du travail quand on voit les prix suisses! Bref, développez vos réseaux mobiles, investissez dans la fibre optique avant que la Suisse ne passe pour un pays du tiers-monde et faites-en sorte que vos réseaux téléphoniques ne tombent pas en panne. Toujours utile. Pour le reste, le citoyen tranchera.

Xavier Studer

Communique loi cinéma - Suissedigital

Cet article a 11 commentaires

  1. Ted

    Les opérateurs devraient proposer des tarifs de base sans prestations additionnelles comme le sport ou leurs productions propres et laisser au téléspectateur le choix.

  2. gede-whitestone

    Bien dit !

  3. Tricoline

    Cela fait des années que nos opérateurs font de la dérive…
    Comme leur manager sont obnubilés par le chiffre d’affaire à augmenter par tous les moyens possibles, alors rien ne les dérangent…
    Même si c’est complètement hors leur métier!
    .
    Sur le sujet de quoi se mêlent-ils?

  4. EtherG

    Si chacun doit rester dans son domaine historique, alors raison de plus pour refuser cette loi. Que ceux qui aiment le cinéma suisse le finance sans se servir dans la poche du reste de la population.
    En Suisse, je vois des offres avec des prix pour toutes les bourses. Avec une population comparable, il y a le Portugal. Comparez les offres, la question c’est : il faut en rire ou en pleurer. La situation Suisse est enviable.

  5. Grito Tournebargue

    Le cinéma suisse est mauvais et les gaucho veulent des financements car personne ne va voir ça en salle ou ne l’achète pour la tv. On votera non

    1. Tricoline

      @Grito… Etrange, depuis quand le parlement et le gouvernement suisse sont-ils majoritairement à gauche pour avoir concocté cette loi soumise à un référendum ?
      .
      Manifestement vous n’avez pas compris, comme beaucoup d’autres, ces sociétés étrangères (GAFAM + Netflix, …) elles payent zéro impôt en Suisse, mais elle gagnent beaucoup d’argent, et ce n’est plus acceptable.

      1. Eurococu

        Et à cause de qui? De ces mêmes imbéciles qui ont crée ces lois fiscales et qui aujourd’hui prétendent avoir une nouvelle solution miracle. Cessez de vous faire avoir, c’est encore le consommateur qui sera victime de l’arnaque.

        1. redge73

          Les GAMAM ont toujours un plan B pour payer le moins d’impôts possible avec leur armada de juriste et expert financier avec en plus le chantage du nombre d’emplois.

  6. BAISIN

    SWISSNESS est à la Suisse, ce que l’ Exception Culturelle est à la France !
    Ce projet Helvéto-Suisse, sera proposé à référendum( Votation ), alors que l’ Exception Culturelle Française a été imposé contre le gré des Français, pour servir les interets financiers des gros producteurs Français de cinéma( Pathé Gaumont )

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.