High-tech: sobriété numérique, dé-numérisation ou décroissance générale?

  • Post last modified:01/08/2022
  • Post comments:7 commentaires
Le volume et le nombre de types de déchets électroniques continue d'augmenter.
Le volume et le nombre de types de déchets électroniques continue d’augmenter.

On parle souvent de numérisation avec beaucoup de retard. Dans le contexte actuel, les esprits pionniers s’intéresseront probablement davantage à la dé-numérisation, soit une conséquence de la «sobriété numérique», un nouveau concept, qui n’est rien d’autre qu’une forme de décroissance globale.

En effet, même si d’aucuns aimeraient bien trouver unilatéralement un coupable à nos problèmes de société, réchauffement climatique en tête, il n’y a pas que le numérique, la mobilité ou l’industrie de manière générale à être responsable de cette évolution. Même si la galaxie numérique et technologique consomme beaucoup d’énergie, elle n’est pas la seule. Et puis il y a le problème de la matière consommée par nos différentes activités.

L’omniprésence des métaux

C’est dans ce contexte que je suis tombé sur l’interview d’Aurore Stéphant, ingénieure géologue minier, spécialisée dans les risques environnementaux et sanitaires des filières minérales. Elle travaille actuellement pour l’association SystExt, qui réunit notamment des professionnels en activité ayant un intérêt pour les systèmes extractifs, en particulier miniers.

Interviewée par l’émission Thinkerview (voir note Wikipedia), cette spécialiste s’exprime pendant plus de trois heures sur les impacts environnementaux, sociaux et humains de l’industrie minière, l’omniprésence des métaux dans tous les biens du quotidien et dans tous les secteurs. Rien que cette évocation fait réfléchir par rapport à certains mirages qu’on nous vend aujourd’hui sous des labels verts comme «décarbonation»…

Elle évoque d’ailleurs judicieusement, du moins de mon point de vue, les paradoxes associés aux «transitions» numérique et énergétique. Parmi ses exemples, les cas particuliers des véhicules électriques et des ampoules basse consommation. Pour appuyer son propos, son association met à disposition dans un PDF les liens permettant de vérifier son argumentation.

Que faut-il dé-numériser?

De manière très générale, elle montre les limites de notre modèle de développement et esquisse des prévisions de «croissance métallique», qui ne tiennent pas compte de nombreux facteurs. Elle souligne notamment les difficultés croissantes à extraire un volume de métaux toujours plus important et ses conséquences sur l’environnement. Sans parler des problèmes de recyclage lorsqu’on réalise qu’un smartphone peut contenir jusqu’à plus de 50 métaux (Voir cette fiche) et une voiture électrique 70!

On en arrive donc au titre de cette chronique. S’il est évidement que la sobriété numérique est le début de la réponse, ce n’est pas suffisant. Nous devons probablement nous lancer dans des opérations beaucoup plus vastes. Et la «dé-numérisation» est probablement une piste à ne pas négliger compte tenu de certaines absurdités qui sont en train de se mettre en place comme cette pluie d’objets connectés si rapidement obsolescents et souvent inutiles…

Qu’allons-nous donc commencer par dé-numériser?

XS

A visionner aussi: fin des métaux rares: c’est l’heure du choix (avec Aurore Stéphant)

PS
Pour ceux qui penseraient que l’impact des mines (c’est-à-dire de toutes nos activités nécessitant des métaux) est exagéré, visionnez la série d’Arte intitulée Toxic Tour.
Concernant le numérique, cette approche intitulée Pour un numérique responsable, repenser les approches vis-à-vis des matières premières minérales est aussi intéressante.
Ce rapport est également inspirant: La consommation de métaux du numérique: un secteur loin d’être dématérialisé

Cet article a 7 commentaires

  1. Cricri

    Il faut commencer par interdire certains services numériques qui conduisent la planète à sa fin comme toutes les crypto-monnaies qui consomment autant que des pays entiers. Il faut par tous les moyens interdire ces délires, surtout aujourd’hui où l’électricité manque. Ca devrait être une priorité mondiale!

    1. Lucien

      J’ai écouté Marc Müller qui a réalisé A contresens:
      https://www.rts.ch/audio-podcast/2020/audio/la-voiture-electrique-est-elle-si-ecolo-que-ca-25155026.html
      Deux choses me suprennent:
      1) Vers 3:40 il associe le Cobat aux terres rares, ce qui est faux:
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Terre_rare
      2) Quel que soit leur bilan carbone, très complexe à calculer si l’on tient compte de la production de l’ensemble des matériaux du véhicule avec l’électronique embarquée, une voiture électrique n’est pas écologique! Et les effets environnementaux sont très importants. Ce point est complètement occulté.
      Bref, tout ça semble bien catégorique…

      1. Platzac

        Ah la voiture électrique.. beau symbole de notre peur du changement ^^ il faut quand-même faire un peu preuve honnêteté intellectuelle: chaque kilomètre parcouru avec un engin à essence rejete du Co2, alors que le surcoût écologique d’une batterie de voiture électrique est compensé apres seulement ~30000km si l’on consomme du courant issu du mix énergétique suisse. Sérieux, il faut arrêter de se faire un avis en se basant sur des articles de 10lignes qui ne prennent pas en compte l’entier du cycle de vie d’une voiture électrique ET surtout de la chaine d’approvisement des produits pétroliers ! Honnêteté intellectuelle, j’insiste !

        1. Paul Sartr

          Vous avez raison: la peur du changement c’est de renoncer complètement à la voiture et à cette frénésie de déplacements individualistes qui n’est pas durable. L’impact écologique de la mobilité automobile classique est catastrophique! Celle de la voiture électrique est au bas mot désastreuse. Il ne faut quant même pas penser que la fabrication de ces tanks qui pèsent des et des tonnes est sans impact sur l’environnement, non? Changer vos habitudes: marchez, prenez le bus et le train. En passant, ça permet aussi de socialiser un peu les autistes qui se déplacent seuls derrière leur volant.

  2. Platzac

    Là on esta d’accord, voiture individuelle, électrique ou thermique: c’est un model de transport qui devrait être obsolète.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.