Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Netflix, MyPrime et Play: il reste du travail

Les forfaits vidéo peinent parfois à convaincre.

Les forfaits vidéo peinent parfois à convaincre.

De nombreux internautes s’interrogent sur la pertinence des offres des opérateurs ou de Neflix en matière de vidéo forfaitaire. Pour ma part, après avoir résilié Netflix au bout de quelques mois, je songe également à me départir de Play. Les utilisateurs de MyPrime d’UPC Cablecom semblent toutefois les plus véhéments! Et ils ne manquent pas d’arguments, comme expliqué ci-dessous.

Dans ce commentaire publié sur le forum d’UPC Cablecom, un internaute explique comment l’opérateur basé en région zurichoise l’a poussé dans les bras de Netflix. Il déplore la réduction de l’offre dans MyPrime, car toutes les séries, comme tous les films sont visiblement accompagnés d’une date d’effacement. Le nombre de vidéos semble ainsi fondre à vue d’œil.

Des catalogues faméliques

Pour ma part, peu après le lancement, j’ai tourné la page Netflix en raison du peu de contenu disponible. Il faudra d’ailleurs que je fasse un petit tour dans cette échoppe en ligne jour pouvoir jauger la situation actuelle. Adepte le plus souvent de contenus de qualité, je ne suis toutefois pas convaincu que ce service vaut ses près de quinze francs par mois.

Pour ce qui est de Play de Swisscom, j’avoue avoir visionné un ou deux films intéressants, notamment «Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire». Sublime. Ou encore le road moovie en noir et blanc «Nebraska» que même mes enfants ont apprécié après une forte opposition initiale… Reste que je souhaiterais trouver davantage de films d’auteur de cette veine, maisil me semble que le compte n’y est pas.

Simplement des imbéciles?

Au final, on ne peut que se réjouir de cette offre en constant développement. Le problème réside toutefois dans le système de tarification. Il y a la première ligue, avec les films loués à sept ou huit francs l’unité en HD et une zone plus obscure, où les détenteurs de droits nous proposent le meilleur, mais aussi souvent le pire.

Pour faire une analogie avec la musique, je pense que Deezer, Spotify, Google Music ou Apple Music n’intéresseraient personne si un modèle économique similaire était adopté. Après nous avoir vendu des entrées de cinéma, des VHS, DVD, Blu-Ray, voire des Blu-Ray 3D, les majors essaient de nous refaire passer à la caisse. L’industrie du divertissement n’a pas fini de nous prendre pour des imbéciles!

Xavier Studer

Publicité

9 commentaires pour “Netflix, MyPrime et Play: il reste du travail

  1. 14/10/2015 à 8:18

    Il me semble qu’en tant de francophone, nous souffrons énormément de la chronologie des médias (je crois que ça s’appelle comme ça) et d’exclusivités de diffusion des films. C’est vraiment triste pour le CONsommateur. Je suis d’accord avec vous que Netflix à vraiment un catalogue pitoyable, heureusement qu’ils ont de bonnes séries exclusives… Swisscom Play arrive quand même avec un catalogue un peu plus frais, c’est déjà mieux!

  2. 14/10/2015 à 9:19

    Les offres sont loin d’être intéressantes vu le catalogue et les limitations en tout genre.
    Impossible que cela décolle pour l’instant. Les gens essaient puis résilient.
    Le P2P et streaming n’ont pas de limitations et marchent plutôt bien en qualité. C’est la clé pour oser vendre un service… que ça marche.
    Merci pour les deux titres de films, vais aller les voir en essayant SwisscomTV ou autre moyen PRATIQUE 😉

  3. Chris
    14/10/2015 à 9:26

    Je me demande si Netflix en français propose le catalogue qu’ils ont en France et là, la chronologie des médias y est telle, qu’il n’est possible de proposer un film que 3 ans après sa sortie au cinéma.

    Je me demande si le catalogue Netflix en allemand propose la même chose ou non.

    • Michael Erni
      30/10/2015 à 3:39

      Le catalogue de Netflix ne se base pas sur la langue utilisée mais sur le pays auquel se rattache l’IP de l’utilisateur. C’est pour ceci qu’il est possible d’obtenir le catalogue US au travers d’un VPN par exemple.

      Le contenu Suisse sera donc également différent de celui disponible en France. Ceci selon le droits de diffusions disponible.

  4. gallak
    14/10/2015 à 11:33

    Hello,

    Netflix Suisse Romande = Netflix France donc chronologie des médias.
    D’accord avec Mister Studer. Le jour où l’on peut avoir le même catalogue et qualité que sur des trackers torrent, les gens vont changer leur manière de voir des films et séries et s’abonner à ce genre de service. Les gens sont d’accord de payer mais pas avec des offres aussi pauvres.

  5. Yves
    14/10/2015 à 12:18

    Entre Netflix Suisse romande et Netflix France, il y a une sacré différence : beaucoup plus de séries et films disponibles en France… J’en ai fait l’expérience il y a quelques mois, où avec le même compte, me retrouvant de l’autre côté de la frontière, j’avais accès à un catalogue plus vaste (à mon sens) qu’en Suisse, avec des suites de séries sorties il y a déjà quelques années que nous n’avons toujours pas sur le sol helvétique… Sacré frustration en revenant en Suisse !
    Sinon, payer presque CH 15.– par mois pour un catalogue de moins en moins intéressant, c’est pas tentant… Le P2P a encore de beaux jours devant lui…

  6. monsieurbrun
    14/10/2015 à 2:24

    Si je peux ajouter: Sur netflixvousoffre.fr vous trouverez une liste de tous les titres sur Netflix. C’est très clair.

  7. Saïmon
    14/10/2015 à 3:15

    J’ajouterai… Je suis plutôt satisfait de la diversité de bittorrent pour le prix que ça me coute… Plus sérieusement, je pense qu’il n’y a encore pas suffisamment de piratage pour que les choses bougent.

  8. Cedricsdf
    19/10/2015 à 9:37

    Moi aussi j’avais un abonnement netfix.
    Après des vacances en France j’ai résilié car netflix ce fout de notre gueule,
    prix plus chère qu’en France, moins de choix, j’ai vu ça par exemple, en France j’avais trouvé une série sympa éducative pour les petits (les petits astronautes ou un truc dans le genre) mon fils avait bien aimé en regarder un ou deux.
    De retour à la maison un jour il me demande si il peut en regarder un, et la il n’apparaît plus dans netflix, depuis mon pc je me connecte à mon compte en faisant passer le flux http via un tunnel ssh qui ressort en France, et la la série apparaît.
    J’ai directement résilié.

    Finalement je pense que les Majors préfère nous voire télécharger gratuitement leur produits que de les rétribuer, le jours qu’ils comprendront que leur partitionnement géographique on s’en fiche (on nous vend de la libre-circulation, du libre commerce, de délocalisation et un des avantages qu’on pourrait en retirer on nous le refuse ? ).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :