Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Faut-il se méfier des tests de réseaux mobiles? Pas vraiment, n’en déplaise à Salt…

La guerre des réseaux mobiles est totale entre Nokia, Ericsson, Huawei, voire Samsung.

La guerre des réseaux mobiles est totale entre Nokia, Ericsson, Huawei, voire Samsung.

Salt a été très actif en coulisse ces derniers jours pour accompagner la publication de ses résultats décevants au test Connect, allant même jusqu’à mettre en cause la méthodologie de ce magazine. Les résultats des différents tests sont pourtant très clairs: Sunrise et Swisscom sont les meilleurs, largement devant Salt…

Evidemment, on peut être perturbé par certains choix méthodologiques de Connect, comme l’importance donnée au VoLTE, c’est-à-dire la possibilité de téléphoner sur la 4G. Cette évolution ne semble pas si importante, toutefois, concrètement, cela permet d’éviter de basculer sur la 3G pour téléphoner ce qui est synonyme de plus de confort, de rapidité, de couverture et de fiabilité…

Faites-vous votre propre opinion

Ensuite, il est frappant de constater la convergence des résultats des différents tests qu’ils soient effectués par des partenaires des opérateurs ou par de simples utilisateurs. On retrouve toujours dans un mouchoir de poche Swisscom et Sunrise et plus ou moins loin derrière Salt, qui ferait bien d’investir un peu plus dans son réseau, plutôt que d’encaisser du cash…

J’invite donc l’internaute critique à se faire son avis par lui-même. Voici donc les liens directs vers différents résultats publiés récemment et présentant un certain intérêt:

Une certaine distance…

Alors la messe est-elle dite? Non, car mis à part OpenSignal, qui mesure concrètement l’expérience utilisateur, ces tests ne représentent parfois par l’utilisation réelle du mobinaute. Par exemple, les débits maximaux mesurés sur des cartes SIM non bridées doivent faire pleurer certains clients de Swisscom qui surfent en mode «grand-papa». Connect semble toutefois tenté de redresser la barre avec cette application

Concrètement, on est aussi régulièrement confronté à des situations pas très brillantes à quelques kilomètres parfois seulement des axes de communication. Dimanche par exemple, j’ai pu constater à la Ronde Noire, dans le Jura Vaudois, l’inexistence de Salt et l’impossibilité de téléphoner ou de surfer sur les antennes de Sunrise et Swisscom aussi bien en 2G, 3G ou 4G… A méditer à l’heure de la propagande sans limite et au marketing bien huilé des opérateurs…

Xavier Studer

7 commentaires pour “Faut-il se méfier des tests de réseaux mobiles? Pas vraiment, n’en déplaise à Salt…

  1. Dam
    04/12/2017 à 7:52

    Feraient mieux d’améliorer leur réseau que de critiquer les tests. Lamentable comme attitude.

    • Henry Dunant
      04/12/2017 à 9:22

      Faudrait que les opposants à la mise en place d’antennes la mette en veilleuse pour que tous les opérateurs puissent être évalués équitablements…

      Non franchement a quoi servent ces tests tant que l’on ne mutualiseras pas les emplacements des stations de bases (position des antennes et hauteur des mats) ?

      • Frjo
        04/12/2017 à 2:02

        votre commentaire n’a aucun rapport avec les tests.

        Si on mutualisais les emplacements, cela voudrait dire qu’on ne veut pas d’acteurs de marchés capable de se différencier les uns des autres au niveau de leur prestation.
        D’autre part l’ordonnance sur les rayonnements non-ionisants (ORNI), plus stricte (à ce jour en tous cas) que dans la quasi-totalité des autres pays européens, freine justement que tous les opérateurs soient sur le même mât ou bâtiment, dans les zones urbaines notamment.
        On a choisi la précaution sur la santé de la population ce qui est bien, mais les conséquences sont plus de mâts à cause de l’ORNI, et pour mieux bienle territoire.

  2. Domlesgaz
    04/12/2017 à 8:34

    Pour ma part, j’ai constaté que le VoLTE (actif par défaut sur un smartphone acheté chez Sunrise) épuisait la batterie de mon mobile en une dizaine d’heures. J’ai du le désactiver pour rétablir la situation.

  3. Pedro
    04/12/2017 à 2:46

    Frjo, si on baisse les fréquences et les débits cela porterait bien plus loin sans nous irradier d’avantage. C’est ridicule de monter les fréquences pour doubler les antennes et réduire par deux la portée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :