Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Télécoms: et pour quelques milliards de plus…

Quand ils ne sont pas en panne, les réseaux suisses sont très performants.

Quand ils ne sont pas en panne, les réseaux suisses sont très performants.

Le marché suisse des télécoms reste synonyme de juteux bénéfices, malgré une «pression du marché toujours forte». Cet Eldorado permet aux actionnaires de continuer de toucher des dividendes en or depuis des années… alors que les clients continuent de voir leur facture fondre pour plus de prestations! Enfin, quand le télégraphe fonctionne… Le Far West!

Le numéro un est sans conteste Swisscom. Ce colosse, qui domine tous les segments aligne ces temps les problèmes techniques, les pannes d’envergure et même les vols de données… La réputation de l’ogre bleu, qui n’en finit pas de digérer le marché de la TV numérique qu’il a goulûment dévoré, pourrait être légèrement égratignée par une balle perdue. Un jour. Peut-être. Qui sait…

Collaborateurs et client sous pression

Mais Swisscom n’est pas le seul à privilégier la rentabilité à tout prix. Des mercenaires comme UPC, Sunrise ou surtout Salt ne cessent de dynamiter leurs coûts depuis des lustres. Si Swisscom vient de flinguer 700 de ses quelque 21’000 postes de travail, il faut rappeler qu’Orange, devenu Salt, a été l’un des premiers à tirer!

En 2012, par exemple, environ 1000 collaborateurs s’efforçaient de délivrer un certain service à leurs clients. En 2016, ils n’étaient plus que 789 à s’échiner sous un soleil de plomb. Et en 2017? Salt ne s’empresse pas de le dire, même s’il indique vouloir répondre lors de la présentation de ses résultats… Là aussi, les clients se sont parfois fait dévaliser puisqu’ils ont été mitraillés de factures erronées…

Pour une poignée de milliards

Une chose est certaine. Tous ces grands noms font d’abord le maximum pour satisfaire leurs actionnariats, très variés d’ailleurs, même si le richissime hexagonal Xavier Niel, brièvement grand justicier des télécoms français, symbolise désormais avant tout le grand capital agrémenté d’opérations de communication, style Ecole 42.

Visiblement, plus rien ne fait peur à ces cow-boys pour faire des milliards de bénéfices. Données de clients volées, clients maltraités, cadres lynchés, voire collaborateurs délocalisés: tous les relâchements sont permis pour maintenir le rendement, les dividendes et soutenir le cours de l’action. On se croirait en pleine ruée vers l’or. Shérif!

Xavier Studer

12 commentaires pour “Télécoms: et pour quelques milliards de plus…

  1. Yann
    02/09/2018 à 7 h 25 min

    Et bien vous voilà de bonne humeur Xavier. Au delà du coup de gueule, je peine à distinguer l’information. Bien à vous

  2. Polo
    02/09/2018 à 7 h 40 min

    Mais fuyez Swisscom. Ce sont de gros voleurs depuis toujours et en plus souvent malhonnêtes. Le client à toujours tort chez eux….

    • 02/12/2018 à 16 h 14 min

      Et bein moi sur mon expérience personnelle c’est plutôt le contraire. Comme quoi il y a de tous comme employés chez les 2 opérateurs et qui faut pas faire son cas personelle une généralité

  3. Ludo
    02/09/2018 à 9 h 02 min

    Excellent article. En outre, tous les dividendes versés aux actionnaires ne sont pas investi dans l’innovation. Le taux du bénéficie distribué a fortement grimpé ces 20 dernières années. Dans un numéro de Cash Investigation sur FR2, le fondateur de Sanofi, retraité, critiquait la nouvelle direction sur ces méthodes de management qui privilégiaient le rendement à court terme. Selon lui, l’entreprise fonçait droit dans le mur en ne réinvestissant pas les bénéfices dans l’entreprise (forte part du bénéfice versée aux actionnaires)…. Les opérateurs suisse ont le même style de management !

    Il y a certainement quelques chose à faire au niveau de la politique fiscale pour décourager qu’une trop grande part du bénéfice soit versée aux actionnaires et favoriser l’investissement du bénéfice dans l’entreprise.

  4. Le justicier
    02/09/2018 à 9 h 40 min

    Pour beaucoup Free et Xavier Niel ont tout compris. Ils ne sont pas meilleurs que Swisscom.

    https://www.romandie.com/news/Des-licenciements-disciplinaires-massifs-au-centre-d-appel-de-Free-rapport_RP/887519.rom

  5. Uwe
    02/09/2018 à 11 h 44 min

    Peut être une amélioration en vu. Le site de salt est en maintenance pour la journée.

  6. Pascal
    02/09/2018 à 16 h 24 min

    Salt, 789 à s’échiner sous un soleil de plomb. une ilusion aux support technique au Maroc ou autre 😉

    Quand au éternels messages d’Intrnautes dans le genre fuyez Swisscom ou autres, ils seraient plus constructif avec des exemples, des raisons objectivent et des comparaisons. J’ai souvent l’impression que c’est le défouloir des mécontents….

  7. 02/09/2018 à 17 h 46 min

    Laissons de côté les remarques anti capitalistes de base, quel est donc le fond de cet article ?

    • 02/09/2018 à 18 h 04 min

      Non. Pas anticapitaliste du tout. Le propos vise justement à faire réfléchir sur ce qu’est un actionnaire responsable d’un telco, qui delivre désormais un service de base…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :