Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Internet: avec «Dunant» Google se renforce sur la fibre sous-marine

Une carte des câbles sous-marins proposée par TeleGeoography.

Une carte des câbles sous-marins proposée par TeleGeography.

C’étaient des consortiums plutôt discrets qui géraient jusqu’à peu le marché des quelque 380 câbles sous-marins dont la longueur serait de 1,2 million de km tirés entre les continents. En cette fin de semaine, Google a claironné que sa fibre optique «Dunant», longue de 6400 Km, serait fonctionnelle d’ici mi-2020. Le géant du net possèdera alors l’autoroute de données la plus rapide entre l’Amérique et l’Europe!

«Développé avec le partenaire SubCom, “Dunant”, est plus rapide que tout autre câble sous-marin grâce à ses 12 paires de fibres optiques et à son accès multiple par division d’espace innovant (space-division multiplex, SDM en anglais), indique l’entreprise qui emploie plus de 3000 collaborateurs de 85 pays en région zurichoise et qui se positionne sur ce segment comme Facebook, Amazon ou Microsoft pour couvrir ses besoins gigantesques…

Quatrième câble de Google…

«Comme annoncé en juillet 2018, le câble sous-marin a été dédié au fondateur de la Croix-Rouge et premier Prix Nobel de la paix et porte donc le nom de Henry Dunant. Après les câbles courts “Alpha”, “Beta” et “Curie” qui fait la liaison entre l’Amérique du Nord et l’Amérique du Sud, “Dunant” est le quatrième câble sous-marin appartenant à Google», selon le premier moteur de recherche mondial.

Google semble modeste, car selon une note de fin mars 2019 du consultant international telecoms TeleGeography, il était partie prenante de quelque 14 projets au début de cette année, ce qui en fera à terme un acteur important au niveau mondial à côté d’un Facebook, d’Amazon ou de Microsoft, des sociétés qui ont également un besoin en bande passante qui ne cesse d’exploser en raison du nuage de données qu’elles mettent en orbite!

Le câble sous-marin «Dunant» de Google mesurera au moins 6400 Km en 2020.

Le câble sous-marin «Dunant» de Google mesurera au moins 6400 Km en 2020.

Infrastructure solide

L’entreprise américaine ne cache d’ailleurs pas ses besoins. «Cela permettra à l’infrastructure de Google Cloud d’être encore plus variée et solide. “Dunant” est une preuve claire de la mission à accomplir, soit d’offrir aux clients et aux entreprises des solutions de cloud sûres et porteuses d’avenir », selon le même texte et cet article du blog de Google.

Evidemment, ce réseau de câbles sous-marins excite les esprits. Dans un article publié à fin 2018, le site 01.net cite ainsi cette synthèse du Centre d’études stratégiques de la Marine, en France. Il y est notamment question d’une potentialité de “captage direct d’informations” par les gouvernements. Le réseau échelon est d’ailleurs cité… Quand on sait que la majorité des communications passent par ces infrastructures…

Des cartes et des constructeurs

Beaucoup plus concrètement, l’Américain TeleGeography propose une carte interactive de ces lignes, dont le nombre varie constamment. Ce site explique que de nouvelles routes sont régulièrement mises en fonction et que les câbles les plus anciens, devenus obsolètes généralement au bout de 25 ans, sont déconnectés du réseau.

Pour terminer, on relèvera que peu d’entreprises disposent des technologies nécessaires pour poser cette fibre optique lourdement protégée par des gaines métalliques dans lesquelles transite un fort courant électrique. On retrouve toutefois deux noms qui nous sont très connus. En effet aussi bien le français Orange que le Chinois Huawei sont actifs dans ce domaine très stratégique.

Xavier Studer

Pour aller plus loin:

L’article de Wikipedia

Le site SIGCables d’Orange Marine

8 commentaires pour “Internet: avec «Dunant» Google se renforce sur la fibre sous-marine

  1. Pedro
    07/04/2019 à 10:55

    Pourquoi ne passe-t’il pas par des satellites en orbite basse ?
    Plus rapide car moins de distance à parcourir que de passer via la courbure de la terre. Il me semblait que c’était la nouvelle méthode de communication pour réduire la latence.

    Avant mise en place de la téléportation quantique qui permettra peut-être de communiquer sans latence et sans câble 🙂

    • Calaculus
      07/04/2019 à 20:25

      Non, au moins 80’000 km par le satellite contre 6400 sous la mer par les states…

    • rainman
      07/04/2019 à 23:26

      En faisant un petit schéma, on se rend compte que c’est le trajet le plus court possible. De plus, la fibre est par essence beaucoup moins sensible aux perturbations électromagnétiques.
      Seul risque: des glissements de terrain sous-marin peuvent potentiellement la couper mais c’est rare. Les satellites peuvent être endommagés ou rendus inutilisables par des collisions avec des déchets en orbite…
      Donc je fais quand même plus confiance à la fibre…

  2. Pedro
    09/04/2019 à 00:25

    J’ai écrit orbite “BASSE” c’est 300km le minimum donc 600km minimum + distance inter satellite dont je ne connais pas la distance mais cela peut être en ligne droite et optique comme c’est plus haut (pas de nuage 😀 et pas le souci de la courbure de la terre). Du coup, je pense qu’on peut économiser au moins la moitié de la distance si ce n’est plus et donc vraiment gagner en latence.

    Ils veulent lancer un réseau de sat 5g aussi avec cette méthode.

    • 09/04/2019 à 14:00

      Ton raisonnement est faux. Le chemin le plus court est bien de suivre la courbure de la Terre (si on exclut la possibilité de passer par l’intérieur de la Terre). Passer par l’orbite terrestre allonge le parcours. J’ai fais un petit schéma 😁 :
      http://tinyurl.com/y3fsrbxt

      En fait, c’est la théorie du cercle inscrit dans un polygone (https://lexique.netmath.ca/cercle-inscrit-dans-un-polygone/). Le cercle inscrit est la surface de la Terre, le polygone c’est le réseau de satellite (chaque angle du polygone est un satellite relais). La circonférence du polygone est toujours plus grande que la circonférence du cercle inscrit. Sauf dans le cas où le polygone a une infinité d’angles, et donc il s’agit d’un cercle.

  3. Pedro
    11/04/2019 à 19:57

    J’ai vraiment pas fait les calculs, c’est ce que j’ai lu sur le net pour réduire la latence de passer par des satellites en orbite basse même pour la téléphonie (5g).

    Je pense que d’un point de vue purement mathématique s’est juste sauf qu’il est impossible de tirer une fibre optique de cette manière en suivant la courbure parfaitement.
    Par exemple depuis berne, on pourrait atteindre un satellite en direct (même si ce ne serait pas le cas, il faut le point le plus haut possible relié en fibre pour gagner du temps et en fiabilité) ensuite sat vers sat et descente en direct sur un point donné de l’autre côté donc c’est relativement direct.

    Une fibre « terrestre » va aller de grandes villes en grandes ville pour atteindre la mer sur un point précis mais ce n’est pas du tout en ligne droite. Ensuite, elle suit la courbure du fond des océans car on ne peut pas la laisser flotter en surface ce qui allonge considérablement la distance ce qui nous donne une bien plus longue distance qu’à vol d’oiseau ou par satellite.

    Après, il y a des d’autres problèmes et d’autres coûts de passer par des satellites 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :