Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Quel impact de la topographie suisse sur la 5G? Une étude optimiste!

Les opérateurs suisse proposent partout un bon réseau!

Les opérateurs suisse proposent partout un bon réseau!

La Suisse dispose de réseaux mobiles d’excellente qualité à en croire différents tests internationaux. Malgré les défis posés par ce relief, les opérateurs helvétiques proposent partout une excellente couverture mobile, selon une analyse d’Opensignal. Deux opérateurs visent une couverture nationale 5G d’ici la fin de l’année. Que penser d’un tel défi?

Opensignal a analysé l’expérience mobile actuelle des internautes nomades dans quatre zones géographiques différentes. Le cabinet a constaté des différences limitées, ce qui donne à penser que les utilisateurs de smartphones ont vécu une expérience semblable, peu importe le paysage géographique.

Dur travail en perspective…

Dans son évaluation de la situation, Opensignal relève que «les opérateurs suisses devront travailler d’arrache-pied pour que leurs nouveaux services 5G soient à la hauteur de cette excellente expérience mobile 4G»! Et c’est sans parler des enragés qui sabotent des antennes ou du travail de sape de certains réactionnaires extrémistes…

Pour évaluer la qualité actuelle de la couverture, Opensignal a analysé la proportion de temps pendant lequel ses utilisateurs suisses ont pu accéder aux services mobiles sur les réseaux 4G. Les analystes ont constaté que les mobinautes pouvaient en moyenne se connecter aux services 4G plus de 85% du temps dans les quatre régions géographiques!

Des différences minimes!

Le cabinet a évidemment tout de même mesuré d’infimes différences. Alors que ses utilisateurs dans les régions du Plateau et des vallées alpines passaient plus de 90% de leur temps connecté aux réseaux 4G, les mobinautes en déplacement dans les Alpes bénéficiaient d’une disponibilité 4G légèrement inférieur à 88%.

Pour ce qui est des débits, les mobinautes situés sur le Plateau ont joui en moyenne de 41,5 Mbits/sec en téléchargement. Dans les trois autres régions, les utilisateurs ont dû composer avec des vitesses supérieures à 35 Mbits/sec… En matière de téléversement, les vitesses mesurées dans les quatre régions ont varié de 10,5 Mbits/sec à 14,3 Mbits/sec.

Pas mal, non? D’ailleurs, en conclusion, optimiste, Opensignal estime que la couverture 5G rivalisera à terme avec l’actuelle 4G…

Xavier Studer

8 commentaires pour “Quel impact de la topographie suisse sur la 5G? Une étude optimiste!

  1. Tricoline
    09/10/2019 à 08:56

    Comment les opérateurs peuvent-ils annoncer un taux de couverture en 5G pour fin 2019 alors que les mises à l’enquête sont systématiquement contestées ou gelées dans certains cantons ?

    On nage en plein délire avec en plus des extrémistes qui rêvent de couler la téléphonie mobile à l’aide d’une initiative, rien que cela !!

    • auguste
      09/10/2019 à 10:12

      Les opérateurs vont simplement déployer la 5G sur les antennes 4G existantes.

  2. Pedro
    09/10/2019 à 10:10

    Il faudrait démystifier la 5g et donner la fréquence de couverture plutôt que d’utiliser le terme 4 ou 5g qui regroupe diverses fréquences. En montagne 2000/3000m même les fréquences les plus basses ne passent pas du tout donc vous avez rien et pourtant ce serait là que le réseau serait vraiment utile car c’est là qu’il y a des accidents. En ville, il y assez de monde pour vous porter secours même si vous passerez probablement sur Youtube avant que quelqu’un vienne à votre aide.

    @tricoline quel est le problème de couler la téléphonie mobile ? Cela boosterait le câblage qui fonctionne mieux et de manière plus fiable et on peut très ben utiliser le Wi-Fi dans les zones urbaines ou 95% des communications sont utilisés.
    On vivait sans, l’humain peut survivre sans et c’est tout sauf écologique et quelque chose de durable dans le temps que ce soit au niveau des batteries (antenne, téléphone), durée de vie de la technologie 2-3 ans avant devis avoir une nouvelle, production du matériel, matériaux utilisés,…

    C’est un gouffre et ce n’est même pas vraiment utile autant utiliser du satellite qui fonctionne vraiment partout et qui est plus durable. On ne remplace pas un satellite chaque 2 ans.

    • Henry Dunant
      09/10/2019 à 12:16

      Car câblage en l’état actuel = non concurrence car 99% de dépendance à Swisscom qui a hérité de « notre » réseau cuivre payé par la confédération à l’époque des PTT. Mais vous allez me dire, ben les autres opérateurs n’ont qu’à investir sur la fibre, bien sûr; mais le coût est différent de devoir faire des travaux de génie civil + tirer la fibre, que « simplement » passer des câbles optiques dans des fourreaux existant comme peut le faire Swisscom…. Je grossi le trait volontairement et bien entendu qu’il y’a des nuances; mais globalement on en est là en Suisse.

  3. Domlesgaz
    09/10/2019 à 18:21

    Je ne comprends pas pourquoi on parle toujours de débit internet. Pourtant, j’utilise souvent la fonction “téléphone” de mon smartphone notamment en voiture et là, dans la région où je vis (pied du Jura), les coupures et la mauvaise qualité du son sont fréquentes. Ne devrait-on pas améliorer d’abord la base du réseau GSM avant de pousser des débits certes impressionnant, mais pas forcément utiles en mobilité ?

    • DIdier
      09/10/2019 à 18:27

      @Domlesgaz
      50 clients 5G sont plus important que 2 perdus dans le pied du Jura!

  4. Domlesgaz
    09/10/2019 à 18:26

    Availability : 88.7%, ça veut dire 11.3% d’indisponibilité, soit 6 secondes de coupure par minutes en moyenne… à méditer !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :