Chimères numériques et probables délires artificiels

  • Post last modified:20/10/2020
  • Post comments:5 commentaires
L'odyssée de l'intelligence artificielle?
L’odyssée de l’intelligence artificielle?

Le mode numérique donne un sentiment exaltant de maîtrise de la vérité. Grâce à nos thermomètres, capteurs, GPS et autres, on sait à la décimale près notre température, notre pouls, notre position ou notre vitesse. Des données de choix pour l’intelligence artificielle, censée prédire nos comportements! Pas tout à fait.

J’observe et teste depuis plusieurs décennies la numérisation. J’en constate régulièrement les limites, notamment en ce qui concerne la qualité des données issues de multiples capteurs… Par exemple, l’inexactitude de la mesure de la température ou de la pression artérielle avec de beaux écrans, parfois précis à la décimale près.

Des données numériques perpétuellement fausses!

Pendant plusieurs années, j’ai aussi eu la chance de pouvoir tester les données GPS lorsque le système était dégradé. Aujourd’hui, la situation est évidemment bien meilleure, mais les artefacts restent souvent la norme lorsqu’on se promène soudain à l’intérieur d’un magasin, par exemple. Montre connectée ou autres gadgets produisent alors des montagnes d’informations fantaisistes…

Fréquemment, j’ai l’occasion de tester très en détail différents cardiofréquencemètres, souvent implémentés dans des montres connectées. Et là aussi, la qualité des données produites par ces montres ou autres dispositifs souffre de différents facteurs extérieurs, comme un mauvais placement sur le poignet ou autres éléments exogènes.

L’aide de l’intelligence artificielle?

J’ai eu confronté jusqu’à trois appareils en même temps, qui m’ont donné trois valeurs différentes pendant des périodes parfois assez prolongées. Bien sûr, avec un minimum de réflexion, un cerveau humain peut facilement exclure certaines valeurs folkloriques alors qu’il s’époumone en pleine montée.

Et l’intelligence artificielle? Même avec des algorithmes bien faits, sans point de comparaison, difficile de rectifier le tir, sans disposer des mesures de plusieurs capteurs. Ma conclusion? Prenez avec une certaine distance les valeurs affichées à votre poignet, même celles mesurées avec un capteur thoracique renommé. Evidemment, génération après génération, les résultats sont censés être plus précis.

Les délires artificiels

Tout cela m’amène à la conclusion de cette note. La fragilité des données numériques n’est pas chose nouvelle; c’est même une constante. A l’heure de l’«intelligence artificielle» (IA) et des algorithmes triomphants, il me semble essentiel de mettre en garde le gentilhomme connecté des dangers de ces chimères numériques…

Selon vous, que se passe-t-il si cette prétendue «intelligence artificielle» se met à extrapoler votre comportement sur la base de données qui sont manifestement fausses ou incomplètes? Alors que certains géants de la Silicon Valley refont l’histoire des réseaux sociaux à grand renfort d’anachronismes, il est urgent de prendre un important recul sur les potentialités de l’IA conquérante. Du moins, pour l’instant…

Xavier Studer

Cet article a 5 commentaires

  1. Max

    Merci Xavier de remettre l’église au milieu du village!

  2. Rob

    Il ne faut pas sous-estimer la puissance de l’AI, qui fait un peux mieux toujours les jours avec les réseaux neuronaux et le deep learning. Des Google et Amazon risque de nous surprendre sous peu!

  3. Alexandre P.

    Très bonne réflexion et article, sans pris-parti, juste des faits très bien analysés… Des faits à priori plus fiables que ceux de nos capteurs 😜 Bravo !

  4. Pedro

    @Rob Je ne pense pas. Pas avant que la technologie ait changée qu’on ait inventé de nouveaux processeurs et de nouveau soft qui ne fonctionneront pas sur le principe binaire. Cela prendra encore des années. Un ordinateur est incapable de générer un nombre aléatoire quoiqu’on dise de l’ia. Tout est programmé est les résultats ne peuvent pas être aléatoire ce n’est techniquement pas possible. Article Wikipedia fonction aléatoire ou random très intéressant.

    Ce qui est le plus dangereux, c’est l’étude et la compréhension de l’humain dont beaucoup exploitent déjà ces faiblesses. Cela peut réduire à néant la plupart des systèmes de base mis en place jusqu’a maintenant. Politique, démocratie, liberté,… Ce virus nous a montré les dérives du système actuelle même pour ceux qui n’y croient pas. Comme cela me s’arrêtera pas, il faut que le système qui ne change en général jamais évolue très rapidement.

    Les réseaux sociaux sont plus néfastes que bénéfique car il y a trop d’argent en jeu. Les gafam sont plus puissantes et ont plus de moyens qu’un pays comment voulez vous protéger la population ?
    Et non, on ne la protégera pas avec des avions de chasse mais avec l’éducation. Elle doit faire un énorme pas en avant et changer drastiquement pour éduquer les gens et qu’ils aient conscience de tous les dangers actuels et futurs. Éviter de se faire manipuler ou trouver un moyen pour vérifier si on se faut manipuler ou pas.

    1. Nycko

      😉 manipuler….
      C’est exactement ce qui nous arrive à Tous actuellement….imaginez un peut cette masse de données de personnes fragiles, mises en quarantaine, contactes et testes covid avec les données de tout ce monde repris par une Ai spécifique qui va rendre services aux assurances, gouvernements et autres… Nous sommes arrivés dans une drôle de période qui nous fiche par tous les moyens possibles et imaginables. ça fait peur.
      Les processeurs non binaires existent déjà au cas ou… Huawei avancent à pas de géants sans réelle concurrence.
      Les gafam sont plus à la pointe, leur Pays ne se replie pas pour rien sur lui-même étant bien menacé technologiquement. Enfermer ses citoyens toujours plus avec la perte des Libertés, démocratie et acquis de société.
      L’Europe suit ce processus.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.