Salt marque des points et VTX se lance sur la fibre pour les entreprises!

  • Post last modified:26/05/2021
  • Post comments:6 commentaires
La campagne Snapchot de Salt. Archives.
La campagne Snapchot de Salt. Archives.

Ce n’est pas Salt, qui vient de signer un partenariat avec Swisscom en la matière et qui marque des points sur le marché des entreprises qui dira le contraire: la fibre optique est incontournable. C’est d’ailleurs la nouvelle orientation choisie par le Groupe vaudois VTX, fraîchement racheté par le Français Céleste!

Au travers de sa nouvelle entité VTX Fibre, l’opérateur de Pully a commencé à déployer depuis plusieurs semaines son propre réseau de fibre optique à Genève avec une mise en service déjà prévue pendant l’été. Ce spécialiste des PME a encore d’autres projets pour différentes villes de Suisse.

50% des PME de plus de dix personnes

Au mois de juin, il commencera à déployer ses fibres à Lausanne, Berne, Bâle et à Zurich. Il ambitionne de raccorder 50% des PME de plus de 10 personnes en Suisse avant la fin de l’année 2021. D’autres régions comme le Tessin, le Valais et les agglomérations de Winterthur et Saint-Gall sont aussi pressenties pour un éventuel déploiement en 2022/23.

Visiblement, VTX veut satisfaire certains besoins induits par la numérisation. «Grâce à l’expérience et aux solutions déployées avec le groupe Céleste nous allons construire cette année un nouveau réseau fibre, rapide et sécurisé, qui répondra aux attentes de nos nombreux clients et en séduira de nouveaux», selon Yves Pitton CEO, cité dans un communiqué.

Salt surprend en bien!

Dans un contexte difficile, au 1er trimestre 2021, Salt se paie le luxe d’augmenter son chiffre d’affaires de 1,6% à 227,9 millions d’euros (puisque l’entreprise est en mains de l’Hexagonal Xavier Niel). L’opérateur basé à Renens fait valoir l’acquisition de 18’700 abonnés mobiles supplémentaires par rapport à la même période de 2020.

Mais tout n’est pas rose. La baisse de 3,1% en glissement annuel de l’EBITDA s’explique principalement par l’échelonnement de la livraison des smartphones à partir du quatrième trimestre 2020, ainsi que par la hausse des coûts d’acquisition, de fidélisation et de publicité, selon un communiqué de presse.

Dans tous les cas, Salt risque de faire fort sur certains segments où la fibre optique est absolument nécessaire. Il souligne ainsi dans son texte qu’il compte désormais plus de 100’000 abonnés mobiles (B-to-B), soit autant de sociétés à démarcher pour d’autres services… Son partenariat avec Swisscom sur la fibre arrive au bon moment. Peut-être…

XS

Cet article a 6 commentaires

  1. Yves

    Intéressant. On se demande comment c’est possible qu’une petite société comme VTX tire sa propre fibre alors que de gros opérateurs font tout par Swisscom. Révélateur!

    1. TommyB

      Swisscom mise tout sur la 5G et ses évolutions futures, certainement moins couteuse à déployer que la fibre et surtout bien plus rentable pour eux que pour d’autres on dirait. Swisscom « noie le poisson » en montrant du doigt les pestilentiels anti 5G comme potentiels responsables de freiner le progrès mais ce débat ne devrait même pas avoir lieu à partir du moment que les alternatives existent, les réseaux actuels étant très certainement surchargés par une utilisation « non adaptées » du réseau data mobile, peut-être dans certains cas faute d’une connexion à internet correcte a domicile ou sur le lieu de travail. N’en déplaise à certains, 5G = pognon c’est tout, le reste c’est du blabla.

  2. David Dupont

    Swisscom compte couvrir 60% de la population en FTTH d’ici 2025 et il ne faut pas croire que cela n’ira pas au delà par la suite. La fibre n’est pas concurrente à la 5G mais est au contraire complémentaire. D’ailleurs le réseau de transmission doit être fibré pour la 5G donc il est idiot de vouloir opposer les deux. Il est grand temps d’accélérer le déploiement de la fibre comme de la 5G en Suisse

    1. Tricoline

      Très juste !
      .
      Pour Swisscom il sera assez « facile » d’arriver au 60%, la transformation de tous les actuels FTTB en FTTH nécessite que d’intervenir dans les immeubles, pas de gros travaux à prévoir.
      .
      Ensuite c’est pour les 40% restant qu’il faut se poser la question, car Swisscom va tenter de trouver des partenaires payeurs, et pour les campagnes et petites villes cela sera assez difficile.
      J’imagine que dans 15 à 20 ans, il y aura un socle de 10 à 15% de raccordements « maudits », personnes pour investir dans ces cas là.
      Swisscom tentera de refiler la XG au lieu de la fibre, une manière de se débarrasser de ces clients.
      .
      Cerise sur le gâteau, Swisscom est protégé par le service universel, ce qui est de l’internet à tout petit débit, une vielle paire de cuivre suffit, donc 10% de ménages mal raccordés c’est normal, il ne fallait pas aller habiter là bas ! C’est pas de chance !

  3. David Dupont

    On pourrait imaginer des partenariats entre Swisscom, Salt et des fonds d’investissement comme EQT, DeltaFiber, etc qui sont prêt à investir dans un modèle ouvert pour déployer la fibre dans des régions moins bien couvertes. Cela se fait dans d’autres pays et cela permet d’accélérer nettement le déploiement.

    Maintenant idéalement ce ne serait pas un non sens de voir le Conseil Fédéral adopter un grand plan FTTH avec des objectifs à atteindre histoire de pousser les opérateurs à déployer le FTTH partout dans le pays. J’ai parfois l’impression que la classe politique ne comprend pas toujours les enjeux liés au numérique

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.