Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Contre-performance: comment UPC dissimule la perte de 57’000 clients…

UPC: le logo du premier câblo-opérateur du pays.

UPC: le logo du premier câblo-opérateur du pays.

Dès qu’on articule le mot «téléréseau», il faut être sur ses gardes… Pour preuve, les derniers chiffres publiés par UPC pour la Suisse. Grâce à la téléphonie mobile, l’opérateur en mains américaines, basé à Londres, met en lumière la progression de son chiffre d’affaires de 1,8% entre 2015 et 2016. Sur une année, il perd toutefois 57’000 clients, dont 50’000 sur la TV câblée.

Pour arriver à cette conclusion, il ne suffit pas de survoler la communication trompeuse du premier câblo-opérateur du pays. Pour commencer, il faut se référer aux données de l’an dernier et faire le total de ses clients TV actuels, on constate alors qu’il recule d’environ 1,3 million d’abonnements TV à 1,25 million.

Lire les chiffres de sa maison mère…

Ceci fait, on analyse plus attentivement le dernier rapport d’UPC qui nous invite à consulter les données de sa maison mère Liberty Global. Et c’est à ce seul moment que la dure réalité apparaît. Comme indiqué à la page 40 de ce rapport, UPC possédait une base de clientèle de 1,294 million d’abonnés à fin 2016, contre 1,351 à fin 2015, selon la page 39 de cet autre document, cela représente une baisse de 4,2%.*

Ces chiffres ne sont pas innocents. Ils montrent que malgré un nombre d’abonnement en hausse sur certains secteurs et un chiffre d’affaires en progression, UPC compte de moins en moins de clients sur son câble coaxial métallique, malgré sa politique de développement par acquisitions. Autrement dit, il perd visiblement des abonnés qui sont insatisfaits de ses prix ou de ses prestations.

Un échec cinglant pour un marketing parfois discutable

Dit encore autrement, il parvient à vendre davantage de services à ses clients existants, ce qui est positif, mais ne gagne pas vraiment de parts de marché. Compte tenu de sa position et de certains de ses tarifs, cet opérateur devrait plutôt gagner des clients sur ses concurrents directs…

Pour enfoncer encore le clou, il convient encore de rappeler que cette perte de clientèle intervient alors que la population résidente en Suisse ne cesse de se développer. Un échec d’autant plus douloureux qu’UPC a lancé un important programme pour augmenter le nombre de foyers où il diffuse ses services.

Xavier Studer

*Bien lire 4,2% et non 5,7% comme indiqué préalablement par erreur.

18 commentaires pour “Contre-performance: comment UPC dissimule la perte de 57’000 clients…

  1. Ouin
    17/02/2017 à 6:24

    UPC va désactiver l’application UPC phone cet été sans avertir officiellement ses clients. Cela montre le peu de respect pour ses prestations.
    http://community.upc.ch/t5/upc-Phone-App/Fin-de-UPC-phone/td-p/102092

  2. CH
    17/02/2017 à 8:23

    Si UPC avait une autre box et enregistrement sur le cloud peut être que le résultat serait différent.
    Personnellement non merci pour leur usine à gaz (box)

  3. Elbrako
    17/02/2017 à 9:04

    Eh ben dans ma campagne, je dois me résigner à quitter Swisscom car personne à part UPC ne me permet d’avoir plus que du 20mega best effort. Ça fait du 12 mega en moyenne. On n’est dans aucun plan de développement et ça m’énerve. À 10 minutes de Fribourg, avec presque 5000 personnes dans ma commune, ça fait peur! Je ne suis pas ravi mais au moins ça va aller un peu plus vite..

    • Pierre
      17/02/2017 à 1:55

      Bien qu’en pleine ville de Bulle, c’est pareil, on migre chez Net+ car on a le même débit que vous, chez Swisscom… En revanche le tarif SC est lui toujours en « best effort » !

    • Goni
      19/02/2017 à 9:56

      quelle commune ?

  4. marco
    17/02/2017 à 9:37

    Le CA augmente car ils forcent les clients a prendre des abo plus cher et ayant pas le choix, exemple les nouveaux packs tv+net.
    Moi j’ai résilié mon abo chez eux pour partir sur swisscom tv et la fibre.

  5. Bezençon
    17/02/2017 à 12:03

    merci pour vos blogs toujours très intéressants ! Un lecteur assidu.

  6. 17/02/2017 à 1:43

    Bonjour, petites questions aux spécialistes, qui me turlupinent depuis quelques années quand même:

    1) Lorsque Swisscom m’indique que le débit maximum qu’ils peuvent assurer à mon domicile est de 5 Mb/s (au passage, en 2017 et à 4km du centre ville de Genève, c’est quand même très légèrement du f… de g….), existe-t-il des alternatives à Cablecom si l’on souhaite surfer à une vitesse décente ?

    2) Au cas où Swisscom serait un jour en mesure de m’offrir une bande passante conforme aux standards du 21ème siècle, existerait-il une alternative à Cablecom sachant que je ne souhaite pas m’encombrer d’une box dont je ne vois pas l’intérêt (j’utilise personnellement le câble de base sans options, et j’enregistre les programmes que je souhaite sur disque dur – cela suffit amplement à mon usage pour ce qui concerne la TV)

    Merci d’avance si quelqu’un avait quelques conseils à partager 🙂

    • Aldebert Després
      17/02/2017 à 4:08

      A Old boy,
      Essayez Sunrise !
      Ils ont peut-être mieux à proposer.

      • 21/02/2017 à 6:48

        Je vous remercie, j’y ai pensé, mais il me semble que Sunrise utilise le même réseau que Swisscom, dès lors je ne crois pas qu’ils aient la possibilité d’être plus performants…

        • Aldebert Després
          25/02/2017 à 10:55

          Oui pour le dernier kilomètre. Par contre depuis la « centrale » après le dernier kilomètre Sunrise dispose de son propre réseau. Par conséquent je pense que ça vaut la peine de vous rendre en une boutique Sunrise et leur demander le débit internet maximal à votre adresse.

          • 04/03/2017 à 5:10

            Merci du tuyau Aldebert, je ne le savais pas. J’ai donc interrogé Sunrise, qui arrive à faire mieux que Swisscom à 40Mb/s… ce qui reste malheureusement assez loin de ce que j’ai maintenant 🙁 Conclusion, UPC is the best !!!

  7. CH
    17/02/2017 à 4:01

    Il y a l’Internet booster chez Swisscom qui combine l’Internet fixe et 4G sinon il est possible d’avoir internet et la TV de base sans box chez UPC et Naxoo.

  8. Pedro
    17/02/2017 à 5:53

    L’offre cablecom avec TV et internet inclus dans le prix du câble est plutôt bien.. Dommage qu’ils ne sont pas par ici. Net+ ont beaucoup trop augmenté leur tarif…

  9. qwertz73
    18/02/2017 à 11:44

    En TV, UPC Cablecom et le seul à proposé la « Digicard » compatible avec n’importe quel demo CI+. Marque TOPFIELD avec DD interne par exemple. J’ai ainsi pu récupéré sur mon PC un grand nombres de films diffusé en HD sur TCM, Paramount Channel, et bouquet CINE+ et inédits sur support BluRay ou VOD. Merci UPC.

  10. bmaynard
    19/02/2017 à 8:19

    bonjour,
    Ne suis pas sûr de retrouver mes petits en lisant vos chiffres et en regardant le communiqué de Liberty (il est ici http://www.libertyglobal.com/pdf/press-release/LG-Q4-2016-Press-Release-FINAL-for-Website.pdf)
    Apparemment UPC aurait gagné 7.1 k clients vidéo .. et si l’on retraite des acquisitions (page 38), le gain semble toujours positif sur la TV comme sur l’internet.
    Par ailleurs, perdre des clients qui rapportent 20 CHF par mois et en gagner d’autres qui rapportent 60 CHF par mois, n’est pas stupide.
    Le business d’un câblo, est, schématiquement, souvent d’augmenter les RGU pas forcément la base de clients.
    Cdt

    • 19/02/2017 à 9:19

      Disons qu’une augmentation du CA de 1,8% après la hausse du tarif de base…

      • bmaynard
        20/02/2017 à 8:46

        Tel est un peu l’objet de ma remarque, augmenter le tarif de base (de combien ?) et perdre des clients, éventuellement à cause de cette hausse, n’est peut être (je dis bien peut être) pas négatif.
        Combien d’opérateurs européens « installés » (cuivre, câblo, FTTH), les historiques, affichent des croissances de leur chiffre d’affaires dans leur pays domestiques ? très peu. Ce secteur est, comme vous le savez, déflationniste (promotion, baisse des prix récurrentes sur le mobile, etc).
        Je vous trouve sévère vis-à-vis de cette publication.
        Comme beaucoup de câblo européens, UPC est assis sur une rente, il ne s’agit pas de gagner des parts de marché, mais de résister à la fibre et gérer l’acquis avec le moins de dégâts possibles.
        Les câblos (aux US et en Europe) investissent moins dans leur réseau, Docsis 3.0 étant déployé, où trouver de la croissance du CA ? (en améliorant les RGU’s ce que fait UPC)
        La question est plutôt, me semble-t-il, de se demander ce que Salt va faire dans le fixe.
        Avec quelles offres et quel réseau .. ça c’est intéressant.
        Cdt

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :