Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Salt a biffé des postes en 2017, gagné quelques clients, pour des ventes en repli

Résultats de Salt: les plumes empressées voient une baisse de chiffre d'affaires et d'autres davantage de profitabilité... Tout dépend du niveau de lecture.

Résultats de Salt: les plumes empressées voient une baisse de chiffre d’affaires et d’autres davantage de profitabilité… Tout dépend du niveau de lecture.

Grâce à une politique tarifaire très agressive, Salt est parvenu à redresser quelque peu la barre en 2017. La société en mains de l’hexagonal Xavier Niel a vu son chiffre d’affaires reculer de 6,6% à 1,049 milliard de francs, tandis que le nombre total de ses clients a légèrement progressé à un peu plus de 1,9 million. Les effectifs reculent encore…

Après avoir perdu du terrain en 2016 , Salt a gagné 51’000 clients postpaid sur une année pour un total de 1,223 million, soit 1,7% de croissance. La base prepaid a progressé de 2,0% à 683’000… L’opérateur basé à Renens qui a diffusé un communiqué de presse en anglais et un autre en allemand (mais pas en français…) met en valeur sa performance financière.

Salt redresse la barre sur la fin de l’année

Dans son texte, il souligne: Augmentation des revenus (hors MTR) de 6,9 millions de francs au quatrième trimestre, soit + 2,8% en glissement annuel; EBITDA de 474,9 millions de francs, en hausse de 9,7% en glissement annuel, soit une marge de 45,2% et forte génération d’un cash-flow à 302 millions (hors effets exceptionnels) contre 343 en 2016.

Pour maintenir une enviable profitabilité, l’équipe dirigeante a poursuivi ses efforts. Si pour fin 2016, Salt nous communiquait 789 emplois FTE, l’opérateur indique aujourd’hui: 746 emplois FTE à fin 2016 et 703 à fin 2017». Il précise que le premier chiffre communiqué comprenait 43 postes en France…

Si la masse salariale semble avoir considérablement fondu en douze mois, notamment pour soutenir sa rentabilité, Salt s’empresse de donner des chiffres très instructifs… Au 30 septembre, l’entreprise employait 688 collaborateurs. Cela montre qu’il y a eu une évolution positive au cours des derniers trois mois de 2017 (+2,2%), selon Benjamin Petrzilka, porte-parole, qui indique que sa société ne communique plus le chiffre total, c’est-à-dire comprenant l’activité en France.

Résultats 2017: un CEO qui se frotte les mains!

«En 2017, nous avons maintenu notre élan et avons maintenant terminé avec succès notre transformation. Nos investissements incessants dans le réseau fournissent une qualité et une vitesse toujours plus élevées à nos utilisateurs. 4GMark, qui mesure l’expérience de vrais utilisateurs, a classé Salt numéro 1 en Suisse et numéro 12 sur 284 opérateurs dans le monde», indique le CEO Andreas Schönenberger.

«Notre équipe est maintenant prête à entrer dans le prochain chapitre et à offrir toute la gamme des services de télécommunication en Suisse, y compris des solutions haut débit révolutionnaires ultrarapides à des prix abordables», poursuit le directeur qui fait clairement allusion à un lancement d’une offre sur la fibre optique, comme il le laissait entendre il y a bientôt une année… La bataille pourrait être intéressante!

Xavier Studer

Salt met régulièrement en scène ses collaborateurs

Communication: Salt frise le génie avec sa dernière campagne!

6 commentaires pour “Salt a biffé des postes en 2017, gagné quelques clients, pour des ventes en repli

  1. Tricoline
    03/14/2018 à 7 h 06 min

    Une offre sur la fibre optique !

    Mais sur quelle fibre optique, celle des petits 20% du taux de pénétration de cette dernière en Suisse.

    C’est depuis X semestres que Salt annonce qu’ils auront bientôt des offres sur le fixe, un écran de fumée !

    Tout comme le résultat de 4GMark, de la positive attitude pour cacher …

  2. Alain
    03/14/2018 à 17 h 06 min

    On se demande combien Salt emploie de collaborateurs en France. S’ils ne donnent plus le chiffre, c’est qu’il n’est peut être pas communiquable…. 90 personnes, peut-être?

  3. marco
    03/15/2018 à 10 h 49 min

    Biffe des emplois en suisse pour les ouvrir chez Salt France à Lyon et le call center en Grèce …. CQFD

    • Henry Dunant
      03/17/2018 à 9 h 17 min

      Arrêtez ce débat, Swisscom fait pareil et à une tout autre échelle, Sunrise aussi… Parce que après on peut aussi regarder qui occupe principalement ce postes difficiles et mal payés en Suisse ? Des frontaliers ? Fin de la discussion UDC.

      Après ce qui est certain en regardant les chiffres c’est que pour l’instant l’opérateur a mis l’accent sur l’amélioration de la profitabilité reste à savoir si il va réellement investir ou se contenter d’engranger des dividendes. Si Xavier Niel refait le coup du rapatriement d’argent massif vers sa structure d’investissement tel qu’il a fait sur l’exercice précédent c’est sûr que l’on pourra débattre de se réelles intentions en Suisse. Pays vache à lait pour tout le monde.

      • Tricoline
        03/17/2018 à 10 h 53 min

        Tout à fait d’accord !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :