Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Swisscom lancera son service interactif et publicitaire Beem en octobre

Beem: pour une publicité plus «ciblée» sur votre smartphone?

Beem: pour une publicité plus «ciblée» sur votre smartphone?

Après une levée de boucliers ridicule contre le service publicitaire et interactif Beem, Swisscom confirme son lancement pour le mois d’octobre. Cette plateforme permettra à des annonceurs ou des tiers d’interagir avec les smartphones d’utilisateurs ayant donné leur autorisation…

S’il a activé Beem, le mobinaute pourra accéder à des informations complémentaires sur son smartphone, par exemple des propositions d’excursions, des informations contextuelles sur des expositions d’art, des places en exclusivité ou des possibilités de commande de produits, selon l’introduction d’un communiqué de l’ogre bleu, qui rêve avec d’autres acolytes de dévorer le marché de la publicité en ligne… Intéressant.

Publicitaires dans les starting-blocks

Mais ce qui intéresse encore plus le milieu de la publicité toujours à la recherche d’une bonne combine, c’est de nous inciter à consommer davantage à proximité de certains lieux ou de certaines affiches. Par exemple, on peut imaginer qu’en plein été, par une chaleur caniculaire, notre smartphone nous signale soudain une guinguette qui aurait payé pour ça…

Cela nous renvoie au fonctionnement de Beem. En août, cette application est devenue fonctionnelle dans le cadre d’un partenariat avec Radio Energy. A partir d’octobre, elle sera accessible via les applications partenaires de ce système, à savoir 20 Minutes et Bluewin. Blick.ch a prévu de tenter le coup lors du au premier semestre 2020.

Nouvelle déferlante d’informations

Mais comment ça marche? En fonction des environnements et des possibilités technologiques, Beem aura recours soit au Bluetooth ou à l’Audio Content Recognition (ACR), c’est-à-dire à des signaux audios que l’oreille humaine ne peut pas percevoir, mais pouvant être utilisés pour transmettre des informations sous forme numérique.

Mon commentaire? Cette technologie est en effet des plus intéressantes pour nous abreuver encore un peu plus de publicités et d’incitations d’achat. Pas très durable. Évidemment, elle peut être utilisée à des fins plus louables, au musée par exemple, même si d’autres techniques sont déjà disponibles, comme tout bêtement des QR codes. A suivre.

Xavier Studer

7 commentaires pour “Swisscom lancera son service interactif et publicitaire Beem en octobre

  1. 20/08/2019 à 07:16

    encore un truc inutile pour l’utilisateur…
    on nous tends une petite carotte pour pouvoir siphonner nos données personnelles…
    on nous fait croire que ça va nous aider, mais au final on se fait encore plus baiser…

    ABE…

  2. Danou
    20/08/2019 à 08:39

    “Avec les smartphones d’utilisateurs ayant donné leur autorisation” –> alors là c’est le monde à l’envers, un système d’opting-in alors que la règle générale depuis des années est de vendre son âme au diable sans le savoir (système d’opting-out) ? J’y crois pas un instant, en particulier chez Swisscom qui réalise une emprunte vocale de ses clients et exploite leurs données personnelles sans rien demander, on le constate seulement en se plongeant dans les profondeurs des options de son compte utilisateur…

  3. 20/08/2019 à 09:31

    C’est certain qu’il nous faudra pas compter sur moi pour installer ce mouchard consumériste… Je n’ose même pas imaginer l’impact que cela peut avoir sur la batterie (car Bluetooth ou micro activé en permanence) !

  4. Aurélien
    20/08/2019 à 12:34

    Nouveau jour; nouvelle raison de délaisser de plus en plus son smartphone. Je crois qu’avec les smartphones, c’est un peu comme avec Facebook. C’est précisément au moment ou les “vieux” commençaient à s’y mettre que tous les “jeunes” fuyaient la plateforme. Récemment ma grand-mère de 80 ans s’est achetée un smartphone car toutes ses connaissances (du même âge) en avaient, tandis qu’en parallèle, la plus part de mes amis essayent de l’utiliser le moins possible, se rendant enfin compte de la toxicité du truc. Le fait que ces deux constats soient simultanés ne relève pas du hasard. Même constat sur internet (vous me direz que c’est ironique), nombreuses sont les communautés des gens voulant limiter l’usage du smartphone, voir même des écrans en général (sur reddit: nosurf, offlineday, digitalminimalism).

    Bien sûr ce la concerne les “jeunes” de 20-30, pas les ados.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :