Certains concurrents de Swisscom vont-ils mieux défendre leurs intérêts?

  • Post last modified:08/01/2020
  • Post comments:6 commentaires
Suissedigital se renforce et s'ouvre aux anciens membre d'Openaxs.
Suissedigital se renforce et s’ouvre aux anciens membre d’Openaxs.

On peut se poser cette question après la lecture du dernier communiqué de presse de Suissedigital, qui relate la dissolution de l’association des électriciens Openaxs et évoque la possibilité donnée à ses membres de rejoindre la faitière des téléréseaux. Dans tous les cas, les entreprises concernées actives sur la fibre optique devraient pouvoir bénéficier d’un meilleur soutien.

Pour mémoire, l’association des entreprises électriques Openaxs était active depuis 2008 pour favoriser dans toute la Suisse la construction de réseaux en fibre optique sans discrimination. Elle est aussi à l’origine de la fondation de Swiss Fibre Net, davantage orientée vers la commercialisation des réseaux en fibre de verre.

Alors que la construction de la fibre optique dans les villes est plus ou moins avancée (parfois pas du tout jusque chez le particulier), il peut être difficile d’échapper à la position historiquement dominante de Swisscom ou du téléréseau local… Cette association ayant mis un terme à ses activités à la fin de l’année passée, ses anciens membres, dont la Fribourgeoise FTTH-FR ou la Romande Energie, peuvent se rapprocher de Suissedigital.

Nouvelle dynamique en vue?

Concrètement, cela pourrait constituer une opportunité pour les électriciens, les téléréseaux, voire d’autres opérateurs comme Salt ou Sunrise d’unir leurs forces Ce dernier est d’ailleurs déjà membre de soutien d’Openaxs. Il avait déjà tenté jadis de se rapprocher de Suissedigital. Même s’il a probablement d’autres défis actuellement, que va-t-il faire?

En effet, le transfert des membres à part entière ou de soutien n’est pas automatique. Chacun devra décider s’il souhaite intégrer Suissedigital ou non. Une source proche du dossier m’indiquait ainsi mercredi soir que la plupart étaient informés de la situation et devrait franchir activement le pas ces prochaines semaines…

Premiers transferts

Pour certains, c’est déjà fait. «Des forces unies, un lobbying plus efficace, des prestations de coordination à plus vaste échelle: c’est avec conviction que nous adhérons à Suissedigital», s’enflamme Mauro Suà, directeur de Azienda Multiservizi Bellinzona. Romande Energie, Kommunikationsnetz Däniken et Swiss Fibre Net sont également déjà devenus membres.

Du côté de la faîtière des téléréseaux, on ne manque pas de souligner que c’est une belle opportunité. «Ensemble, nous pouvons réaliser encore plus de choses — toujours au service d’une infrastructure de télécommunication extrêmement performante en Suisse», souligne Simon Osterwalder, directeur de Suissedigital, cité dans un communiqué.

Du côté des téléréseaux, on me précise que Suissedigital est une association ouverte aux fournisseurs de services mobiles et aux opérateurs d’infrastructure pure. Elle se définit comme très hétérogène et n’ayant pas de dogmes techniques. L’arrivée des membres d’Openaxs, fournisseur d’infrastructure, permet d’assoir Suissedigital comme association faîtière pour tous les fournisseurs alternatifs de télécommunications… A suivre!

Xavier Studer

Cet article a 6 commentaires

  1. Tricoline

    Les principales grandes villes de Suisse sont déjà en FTTH, sauf les neuchâteloises en Suisse Romande, quelle est la situation de l’autre côté de la Sarine ?

    Qui va investir les centaines millions nécessaire pour le reste du pays (85%), pour le moment rien n’est prévu, politiquement l’obligation c’est juste un petit 10 Mbit/s, c’est une honte pour un pays comme la Suisse.

    Swisscom va continuer avec sa politique cuivre qui lui permet de garder une main mise totale sur les accès, et ainsi les facturer cher aux autres opérateurs.

    Sunrise rêve avec Federer de 5G pour couvrir toutes les zones difficiles, cela sera plutôt un cauchemar à construire, si dans un village ou une région personne ne veut mettre un terrain ou un toit pour poser une antenne, l’affaire est morte, et cela semble contagieux.

    La fibre en pure FTTH c’est la seule solution pérenne pour relier le pays, mais cela il faudrait que nos édiles politique assimilent cela, et c’est loin d’être le cas.

    1. Henry Dunant

      Absolument d’accord.

  2. Joe

    Beh moi je suis contre, que l’on construise de la fibre avec l’argent de nos impôts. Et cela me semble peu réaliste, que nos politicien arrivent a se mettre d’accord pour forcer nos operateurs à investir des milliards si ils peuvent pas rentabiliser leur investissements pour leurs actionnaires, juste pour vous donner un meilleur débit. Continuez à rêver.

    1. Tricoline

      Dans la même veine, les personnes qui n’ont pas d’enfants devraient avoir un gros rabais d’impôts, car pourquoi payer pour l’éducation s’ils n’ont pas de gosses ?

      Avec ce genre de raisonnement ont est rapidement transposé en Afrique, là bas pas d’impôts, mais zéro (ou presque pas) infrastructure ‘

      Cependant il est aussi possible de contraindre les opérateurs à maximiser les investissements à la place des bénéfices versés aux actionnaires, mais pour le moment c’est gagner plus tous en investissant le moins possible, Salt est numéro un dans cette catégorie !

  3. Joe

    C’est juste. Je ne suis pas contre les impôt et il y a des raisons plus que valables pour que l’état met à disposition des infrastructures et des services à la population. Apres tout dépend ou on va placer le curseur entre libéralisme totale et planification d’état comuniste et aussi combien d’impôt nous sommes prêt a payer. Moi je dis juste que pour ce qui est de la fibre on doit laisser ça au libre marché et pas engager des impôts la dessus. C’est mon opinion démocratique et on peu avoir une autre opinion sur ce point. Je trouve par exemple aussi bizarre que des entreprises qui ont un monopole sur la distribution électrique (ou affiliées) puisse au frais de notre facture électriques construire de la fibre un peu comme le faisait Swisscom (PTT) pour le cuivre dans le passé. Faut pas s’étonner si après Salt et autres ne veulent pas investir dans la fibre sauf si il voyent une chance de rentabiliser leur investissement. Ca semble aussi difficile de vouloir les contraindre sans que il ne demandent une contrepartie financière qui viendrais a se moment de nos impôts.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.