Le blog high-tech & telecom de Xavier Studer

Coronavirus: la mobilité a reculé de 50% en Suisse, selon Swisscom

Les clients de Swisscom bougent moins.

Les clients de Swisscom bougent moins.

A la suite de la pandémie de coronavirus, le nombre de kilomètres parcourus en Suisse a diminué d’environ 50% par rapport à une période normale comparable, selon Swisscom. Les Tessinois sont ceux qui ont le plus diminué leurs déplacements, selon des données tirées de l’exploitation du réseau mobile de l’opérateur, qui permet de localiser ses usagers.

Comme cette autre étude zurichoise, ces résultats livrés par le leader du marché montrent que la population de Suisse fait beaucoup moins de déplacements depuis la première interdiction de rassemblements de plus de cinq personnes décidée par le Conseil fédéral. Mais que sont ces données et pourquoi Swisscom livre-t-il ces résultats?

Mieux protéger la population

C’est l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) qui a demandé à Swisscom, qui pèse environ 60% du marché de la téléphonie mobile, des éléments statistiques pour vérifier si les mesures de protection contre l’infection du coronavirus COVID-19 sont respectées. Cela permet notamment d’apprécier d’éventuels rassemblements de personnes dans l’espace public.

Dans son communiqué de presse, Swisscom précise que l’«OFSP ne reçoit à aucun moment des données géographiques de Swisscom, mais seulement des statistiques et des visualisations. Les données qui sous-tendent les analyses et les visualisations sont anonymisées et agrégées. Aucun lien avec des personnes spécifiques ne peut être établi.»

Mobility Insight

Les informations reçues par l’OFSP sont tirées de la plateforme Mobility Insights. Cette dernière, de même que les analyses correspondantes, ont déjà été utilisées dans le contexte de la Smart City, comme à Montreux ou à Pully. On en avait notamment fait état dans cette note. Il faut relever que ces données incomplètes ne donnent qu’un aperçu de la situation…

Pour localiser les rassemblements de personnes, Mobility Insight, en conformité avec la loi, affiche les zones où se trouvent au moins 20 cartes SIM par surface de 100 mètres par 100 mètres. Les analyses se basent sur des données géographiques approximatives sur les 24 heures passées, selon le même texte de presse. Elles ne comprennent pas les positions des clients des autres opérateurs.

Comment ça marche?

Dans son communiqué de presse, Swisscom rappelle le fonctionnement d’un réseau cellulaire, c’est-à-dire composé de petites cellules, qui ont pour cœur une antenne de téléphonie mobile. Chaque cellule répertorie en permanence quel appareil (quelle SIM) est connecté.

Lorsqu’un abonné se déplace, il passe de cellule en cellule. Les métadonnées qui proviennent de l’exploitation du réseau mobile sont utilisées par Mobility Insights de manière anonymisée. La précision de cette forme de localisation est en principe moindre que celle établie par GPS, comme les applications de cartographie.

XS

13 commentaires pour “Coronavirus: la mobilité a reculé de 50% en Suisse, selon Swisscom

  1. Pedro
    28/03/2020 à 09:19

    Mode avion, arrêter-le ou enlever la batterie pour ceux qui ont pris des téléphones à batterie amovible et votre vie privée redeviendra privée.

    Monsieur Studer, vous avez vu que la norme SAR a passé les mesures de rayonnement de 2.5cm du corps à 5mm en 2017 pour les mesures mais toujours pas collé à l’oreille comme tout le monde l’utilise ? (Nokia 3, 5, 6.1 dépasse les normes)
    Les mesures supérieures à 2W/kg ont des effets biologiques sur l’activité cérébrale lorsque l’appareil est collé à l’oreille. Lisez le Bon à Savoir de mars, ils ont écrit une page là-dessus.

    Je leur avais aussi écris apparement certains se renseignent quand même et tente d’informer la population. C’est très positif heureusement que certains médias se bougent.
    Et vous pourriez faire aussi un article là-dessus en expliquant comment éviter les expositions les plus élevés (couverture faible, éloigner le téléphone du corps dans en le mettant dans un sac par exemple et en utilisant des écouteeurs enfin comment éviter tout risque même si aucun n’a été avéré actuellement surtout à faible dose en dessous de 2kg/wh.

  2. Etienne
    28/03/2020 à 12:24

    Imaginez la même chose sous un pouvoir un peu plus ferme… Ca vous fait ps froid dans le dos?

  3. Niblas
    28/03/2020 à 15:03

    De tout temps il y a eu des personnes contre le progrès. Souvenez-vous des premières voitures, des premiers trains, des premiers trams etc… Que certains prophètes du malheur cessent un peu de toujours nous faire peur de tout et de rien et de nous imposer leur seule vision des choses et qu’ils commencent par fermer leur WiFi et leurs ordinateurs.

    • 28/03/2020 à 17:59

      +1

    • Pedro
      30/03/2020 à 19:50

      Le but n’est pas la peur mais la connaissance et le savoir.
      Celui qui veut rester bête peut le faire mais au moins informer ceux qui veulent savoir.

      Et personne ne pourra dire, on ne savait pas comme pour plein de choses. Ensuite chacun fait ce qu’il veut de ces informations.

  4. Philippe
    28/03/2020 à 15:24

    Bonjour Monsieur Studer,
    Que pensez-vous de ceci ?

    De la part de l’internaute « Coronavirus Info Live » qui donnent des infos live sur Telegram depuis 3 mois et qui sont presque tout le temps corrects:
    —-
    Mise à jour sur l’histoire des abonnements mobiles mystérieusement disparus en Chine :

    21 millions d’abonnements, voici le total qui a disparu juste pour février, on n’a pas encore les informations de mars.

    Où sont passés ces abonnés ? Tous les opérateurs enregistrent une perte dramatique du nombre d’abonnés. Si vous ne payez pas votre abonnement, il n’est pas désactivé instantanément, il est donc peu probable que ce soit un défaut de paiement. Si ce sont des résiliations, pour quelle raison ?

    Je pose les questions, je n’ai aucune réponse.

    • Pedro
      30/03/2020 à 20:08

      Ces chiffres ne semblent pas ressortir dans les résultats trimestriels de ces entreprises. Vous avez une source d’où ils ont trouvé cette information ?
      Ce pays ne laisse pas vraiment sortir les informations librement.

      La Corée semble être bien plus neutre au niveau publication et ils contiennent sans trop de problème l’épidémie. Ils sont plus que nous, ont été touché bien avant et pourtant ils semblent déjà s’en sortir bien mieux que chez nous donc il était tout à fait possible de contenir ce virus. La Chine bien plus strict à tout a fait pu contenir cela.

      Pour ça, il faut des gens informer et éduquer qui ne croient pas que le froid rend malade. Qui protège les autres et que le pays fasse un dépistage systématique de toutes les personnes croisées dans les deux semaines pour éviter une trop grande propagation.
      l’Europe et les US pourront informer la population des bonnes pratiques pour la prochaine.

  5. Ludo
    28/03/2020 à 16:49

    C’est important de savoir si les gens respectent les mesures ou pas. Les groupes sur les places publics sont très visibles. Par contre, dans les appartements, c’est nettement plus anonyme, mais ça contribue largement à la propagation du virus.

    Le virus continue aussi à largement se propager sur le lieu de travail. Il ne faut pas me dire que les chantiers sont prioritaires à la survie de la population, tout comme bon nombre d’industries. Comme disait Nuria Gorrite à la RTS, il faut choisir entre envoyer les gens au chômage ou les laisser mourir. Évidemment, le chômage est la meilleure solution, ce que les autorités fédérales peinent à comprendre.

    2 petits sites pour suivre l’évolution en live de la pandémie en Suisse : https://interactif.tdg.ch/2020/covid-19-carte-suisse/

    https://www.corona-data.ch/

    Quand on pense que l’OFSP utilise encore le fax et le courrier postal pour tenir à jour ses statistiques alors que le temps est un facteur clé pour prendre les mesures à temps et éviter / limiter le désastre. A l’heure actuelle, on doit malheureusement déplorer 258 morts. Vaud et le Tessin sont particulièrement touchés. Si seulement les autorités avaient fermés les frontières entre le Suisse et l’Italie (notamment mise en quarantaine des gens qui revenaient d’Italie, fermeture du trafic ferroviaire, etc…) dès le début de la crise au lieu d’attendre quelques semaines pour le faire… ça aurait certainement permis d’aplatir la courbe épidémique.

  6. Yannick
    28/03/2020 à 17:20

    Perso je trouve très bien. Les données ne sont pas en temps réel et cela permet aux autorités de détecter si les consignes sont respectées ou non.

    Regardez cela au USA, ils arrivent sélectionner la liste des téléphones présent sur la plage lors du spring break et de voir jusqu’où ces téléphones se redéplacent lorsque les gens rentrent: https://youtu.be/cq2zuE3ISYU

    On ne sait pas qui est qui, mais quand vous devez combattre une épidémie ce genre de données c’est vital afin de se concentrer là où cela aura le plus d’impact pour ralentir l’épidémie. Ceci dit il faut effectivement que l’accès à ce genre de données soit réglementé.

    • Pedro
      30/03/2020 à 20:13

      La surveillance de masse n’est pas la solution quelque soit la situation. Cela est bien plus néfaste que positif.
      Je ne crois pas que la Corée utilise cette méthode de surveillance massive et leur système est bien plus efficace. Il n’y a même pas de confinement là bas..

  7. Étienne
    29/03/2020 à 14:04

    Quand on regarde les routes et les trains l’impression est plutôt une baisse de 95%, je ne crois pas à ces chiffres.
    Concernant le tracking, sachez que Swisscom (et les autres opérateurs) peuvent vous localiser même avec l’appareil éteint.

    • Jo
      30/03/2020 à 08:54

      Vos théories me fon rigoler, mais malheureuse ne valent pas plus de ce que tweet Donald à longueur de journée.

    • 31/03/2020 à 08:12

      Etienne,

      Curiosité, comment un appareil éteint peut être suivi ?

      Daniel

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :